Hungaroring, Hongrie, un été somptueux et orageux, et une pole position remise en cause. Alors que la séance a démarré sous des trombes d'eau, entraînant quelques drapeaux rouges lors de la première partie, la fin de la session a été elle aussi rocambolesque.

Lors du dernier tour lancé des 10 derniers pilotes, Fernando Alonso, qui mène la meute, a malheureusement perdu le contrôle de sa McLaren Honda au virage n°9 et provoqua un drapeau jaune. Ce qui devrait avoir pour conséquence un statu quo en tête de la grille. Mais Nico Rosberg, améliore son temps et "chipe" la première place à son équipier Lewis Hamilton.

Mais voilà, sur le tour de la pole apparait bien les drapeaux jaunes, agités par un commissaire... cela pour un seul virage. L'espagnol était déjà reparti lorsque l'allemand est arrivé au virage 8, et ne représentait donc plus un danger sur la piste.

Nico Rosberg approchant le virage 8 et les doubles drapeaux jaunes

Nico Rosberg approchant du virage 8 et les doubles drapeaux jaunes


 
Nico Rosberg approchant du virage 9

Nico Rosberg approchant du virage 9

Ce détail n'a pas échappé à son équipier qui, lors de la traditionnelle conférence de presse d'après qualification, s'est fendu d'une remarque sur le temps réalisé sous drapeau jaune de son équipier. Pour l'anglais, il y avait encore les drapeaux donc Nico Rosberg devait ralentir et être prêt à s'arrêter si nécessaire: « S'il s'agit d'un double drapeau jaune, il peut y avoir une monoplace sur la piste, il peut y avoir un commissaire sur la piste, vous ne pouvez pas savoir ce qu'il va y avoir, vous devez être prêt à vous arrêter, c'est ce que dit la règle ». Et l'anglais de rajouter « Nico a seulement perdu un dixième sur ce virage, donc si c'est ce qui est autorisé pour le futur, même si vous levez le pied avec soin en approchant du virage, si c'est autorisé avec un double drapeau jaune ... »

Nico Rosberg a donc été convoqué par les commissaires de course à 19h16 pour étudier une violation de la règlementation concernant les drapeaux jaunes et une possible pénalité.

L'article 2.4.5.1 b) de l'annexe H du Code Sportif International stipule que:

b) Drapeau jaune
C’est un signal de danger et il devrait être présenté aux pilotes de deux façons avec les significations suivantes :
- Un seul drapeau agité : Réduisez votre vitesse, ne doublez pas et soyez prêt à changer de direction. Il y a un danger sur le bord ou sur une partie de la piste.
- Deux drapeaux agités : Réduisez considérablement votre vitesse, ne doublez pas et soyez prêt à changer de direction ou à vous arrêter. Un danger obstrue totalement ou partiellement la piste et/ou des commissaires travaillent sur ou à côté de la piste.
Normalement, les drapeaux jaunes ne devraient être montrés qu’au poste des commissaires de course se trouvant immédiatement avant l’endroit dangereux.
Toutefois, dans certains cas, le Directeur de Course peut ordonner qu’ils soient présentés à plus d’un poste de commissaires en amont d’un incident.
Les dépassements sont interdits entre le premier drapeau jaune et le drapeau vert déployé après l’incident.
Les drapeaux jaunes ne devraient pas être montrés dans la voie des stands, sauf incident dont le pilote doit être prévenu.
La question se pose sur la vitesse de Nico Rosberg, sur ce virage 8 où sont agités les drapeaux. Dans une situation pareille, les commissaires étudient les télémétries sur des micro-secteur, voire carrément la seule zone concernée par le drapeau, ici le virage 8. Le double drapeau jaune indique à au pilote qu'il doit réduire sa vitesse de manière significative, ce qui est une notion laissée à la libre interprétation des commissaires.
Rapidement, à 20h34, les commissaires ont conclu que la télémétrie confirmait bien que le pilote allemand avait réduit sa vitesse de manière considérable en arrivant au virage 8, et par conséquent il n'y a pas de violation de l'article 2.4.5.1 b). Le temps de Nico Rosberg est bien valable, il conserve donc sa pole position.
Mais comme l'indique Lewis Hamilton, autoriser les pilotes à seulement lever le pied avec un double drapeau jaune risque de modifier l'approche des pilotes à ces situations. Cependant, dans ce cas précis, le danger était écarté lorsque Nico Rosberg a approché la zone de drapeau jaune, la monoplace n'était plus en piste, et le drapeau n'était plus déployé une fois ce virage 8 passé, réduire sa vitesse était donc suffisant, selon les commissaires. Une tempête dans un verre d'eau.