Il est souvent question des fameuses filières de pilotes en Formule 1, que ce soit l'ancienne filière Elf qui a permis l'arrivée d'un bon nombre de pilotes français ou celles entretenues par les équipes avec Red Bull ou Ferrari entre autres. Ce n'est pas pour autant qu'il n'existe pas de structures du même type pour les ingénieurs. C'est à cela que s'est attaché Infiniti, la marque premium de Nissan, en créant l'Infiniti Performance Engineering Academy.

On y retrouve des aspirants ingénieurs recrutés après sélection faisant suite à leur dépôt de CV. Pour être éligibles, il faut pratiquer l'anglais couramment, étudier en ingénierie ou diplômé dans le milieu mais sans emploi, et enfin être disponible pour une compétition au cours de l'été. A titre d'exemple, plus de 3000 se sont inscrits pour la sélection de cette année. Celle-ci se fait par région : Chine, Europe, Asie, Émirats Arabes Unis, Mexique, Canada et États-Unis, avec en tout 70 finalistes, soit 10 par secteurs. La dernière sélection consiste à répondre à des questions d'habileté et à faire face à des défis techniques, le tout analysé par des juges qui prêteront attention au travail d'équipe et aux méthodes de travail de chacun.

Ceux sélectionnés travaillent ensuite pendant un an : six mois avec la marque au centre technique européen et l'autre moitié avec l'équipe Renault de Formule 1. Par exemple, Alex Allmandinger, issu de la précédente sélection, a apporté sa contribution sur l'Infiniti Q30 avant de se pencher sur l'aérodynamique de la Renault RS16, pour finalement assister au Grand Prix de Monaco. Daniel Sanham a lui travaillé pour les systèmes électroniques d'Infiniti puis de Renault. Les futurs ingénieurs ont même droit à des avantages de la part d'Infiniti qui paie leur voyage, leur offre un gîte et gère les démarches quant au permis de travail, le tout avec une voiture de location de la marque. Tommaso Volpe, le directeur d'Infiniti Motorsport, évoque un "projet pionnier qui n’existe nulle part ailleurs".

Cette année, une femme a été pour la première fois récompensée en la personne de Caitlin Blunt, une étudiante de 24 ans de l'Illinois, qui a remporté la sélection finale des États-Unis. Elle pourra donc à son tour travailler avec Infiniti puis avec l'équipe Renault. Qui sait, peut-être que certains des noms passés par cette académie feront partie des têtes pensantes des équipes de Formule 1 dans l'avenir.