A la veille du début des essais du Grand Prix de Belgique 2015, le média finlandais Ilta Sanomat révélait la possible fin de la Ferrari Driver Academy, créée en 2009 et qui a vu Jules Bianchi en sortir. Selon le média, Sergio Marchionne, Président de Ferrari et Maurizio Arrivabene, Team Manager de la Scuderia, ne sont pas satisfaits des résultats des pilotes du moment, à savoir Raffaele Marciello, Antonio Fuoco, Lance Stroll et Guan Yu Zhou. L'information a été démentie depuis.

Les académies ou programmes jeunes pilotes sont une pépinières de jeunes talents, profitant du financement d’une ou plusieurs saisons par une équipe. Mais faire parti de ce genre de programme peut avoir un effet à double tranchant.

L’un des plus anciens programmes jeunes a été instauré par Red Bull, présent en F1 en tant qu’équipe depuis 2005 et sponsor dans la catégorie reine depuis 1995. Officiellement créé en 2001, le Red Bull Junior Team, anciennement RSM Marko, cette filière reste à ce jour l’une des plus importantes de ces quinze dernières années. Elle a financé la carrière d’un peu moins d’une cinquantaine de pilotes. Parmi eux, les plus connus sont ceux qui ont accédé à la F1. Le premier d’entre eux a été Enrique Bernoldi, pilote Arrows en 2001 et 2002. Ont suivi après lui un certain nombre de pilotes, dont Christian Klien, premier pilote Red Bull à piloter pour l’équipe éponyme ; Sebastian Vettel, premier pilote Red Bull vainqueur dans une voiture de la marque mais aussi seul champion sur une voiture Red Bull ou encore les pilotes actuels Daniel Ricciardo, Daniil Kvyat, Carlos Sainz Jr et Max Verstappen. Ce sont seize pilotes qui ont eu l’honneur d’accéder au pinacle du sport automobile, soit environ un tiers des pilotes qui ont fait parti de la filière.

Parmi les autres programmes, on peut noter le McLaren Young Driver Development Programme dont dépendent actuellement Stoffel Vandoorne ou Nyck de Vries et anciennement Kevin Magnussen.
Impliqué dans le financement de carrière au travers du McLaren Autosport BRDC Young depuis 1989, avec une dotation de 100 000 livres (puis 150 000 depuis 2010), ce prix a récompensé de grands noms du sport automobile en général comme le premier lauréat David Coulthard, qui devint pilote McLaren de 1996 à 2004 ; Dario Franchitti, quadruple champion d’IndyCar et triple vainqueur des 500 miles d’Indianapolis ; Jenson Button, actuel pilote Mclaren ou encore Anthony Davidson et Paul di Resta.
Mais le premier pilote financé par Ron Dennis lui-même n’est autre que Lewis Hamilton.

On compte aussi le Lotus F1 Junior Team, anciennement Renault Driver Development. Créé en 2002, le programme a vu passer de nombreux pilotes, une trentaine selon les différentes sources. Parmi les anciens pilotes, on peut noter Romain Grosjean, pilote actuel Lotus ; Charles Pic ; Pastor Maldonado ; Robert Kubica ; Heikki Kovalainen ; Lucas di Grassi ou encore Jérôme d’Ambrosio.
La Ferrari Driver Academy, dont le premier pilote à avoir été signé en 2009 fut Jules Bianchi, n’a vu que deux de ses pilotes accéder à la F1, à savoir le Français et Sergio Pérez.
Enfin, Force India a lancé son académie en 2012 et ne compte actuellement en son sein que Jehan Daruvala.

Être membre d’une filière liée à une équipe de F1 ne donne pas nécessairement un ticket pour la F1. Prenons le cas Red Bull. Aujourd’hui présent en F1 avec deux équipes (Red Bull et Toro Rosso), l’équipe n’a plus placé un pilote en dehors de l’une de ses deux propriétés depuis son arrivée, à l’exception de Daniel Ricciardo en 2011 chez HRT. Fort de deux duos plutôt jeunes et récents, quel avenir attend les trois pilotes membres du programme 2015, à savoir Dean Stoneman, Callum Ilott et le Français Pierre Gasly ? A moins d’un placement dans une autre équipe, ce qui semble être un scénario peu probable, ou d’un revirement de situation avec les quatre pilotes actuels, ce qui semble aussi ne pas être à l’ordre du jour, aucun ne devrait intégrer la F1 en 2016. Pour preuve, Pierre Gasly est le seul à être resté dans le programme.
Il en va peut-être de même pour Raffaele Marciello, champion de F3 2013, qui aurait pu espérer une place chez Sauber, où il officie comme pilote d’essais mais le renouvellement de Marcus Ericsson et de Felipe Nasr vont empêcher son accession à la F1. Le pilote Italien a depuis quitté la FDA.

On l’aura compris, les filières sont une solution intéressante pour tout jeune pilote, grâce au financement, à l’aide sur la préparation physique, à l’accès au simulateur et bien d’autres avantages mais la F1 ne compte que vingt places actuellement, deux de plus la saison prochaine, et a surtout une longue liste de pilotes en attente d’une place…