En 1987, BMW eu l'idée de développer un moteur encore plus puissant et plus excentrique que le V12, ce sera le V16. Une expérience qui restera sans lendemain pour ce prototype unique que seule la "fabrique bavaroise de moteurs" pouvait créer.

Avant ces idées farfelues de moteur V16, il y a un héritage dans cette doctrine de la performance, du moteur et du sport automobile si cher à BMW. Après s'être illustré dans les championnats GT, Endurance et F1, aux USA comme en Europe, les BMW CSL, M1 ou encore Brabham F1 ont attiré la sympathie de toute une générations de Petrolheads...

Avec le V16, le V12...

Cette même année 1987 voit les premières livraisons du 12 cylindres BMW annoncé l'année précédente. Ce "12" en alliage léger qui délivrait déjà 300 ch voit sa cylindrée portée à 5,4l pour afficher désormais 326 ch. Ce sont ces modèles haut-de-gamme qui voient l'arrivée du premier système ESP mis au point par la marque. BMW démontre ainsi sa volonté de s'investir dans la sécurité active avec des trains roulants d'une technique d'avant-garde.
Les qualités exceptionnelles des BMW 750i et plus tard la 850i munies de ce moteur sont remarquées par la presse professionnelle et inciteront BMW à les utiliser pour la course. C'est ainsi que le 12 cylindres trouve rapidement refuge sous le capot de la McLaren F1.

Préparé par les soins de Motorsport (M), il va développer au cours de sa carrière jusqu'à 600 ch. La McLaren F1, cette super sportive qui est l'une des plus rapides jamais construites affichera une vitesse de pointe de 350 km/h. Elle sera vendue à des pilotes privés pour environ 1,5 million de marks (770 000 €). Preuve de ses capacités, elle remportera la victoire au général lors des 24 Heures du Mans en 1995.

BMW V16 - 6,6l - 405 ch

Parfois, des coups de sang !

Il ne faut jamais laisser mûrir un projet fou aux ingénieurs de chez BMW, car ils sont capables de le mener à terme. Alors que l'on évoque souvent Bugatti ou Cadillac lorsqu'on parle de 16 cylindres, chez BMW on a vu la motorisation comme une montée en gamme, une autre idée d'un standing de luxe.

En 1987, les normes antipollution sont encore loin des préoccupations des motoristes d'aujourd'hui, le V16 est imaginé, sorti de la chaîne de production pour un essai sur un prototype, le tout pour accoucher d'une BMW 767iL Golfdfish absolument dingue !
Basé sur le moteur V12 (celui qui équipe encore aujourd'hui les Série 7 et Rolls-Royce Ghost), le V16 affiche une cylindrée de 6,6l dépourvu du moindre turbo et affiche une puissance de 405 ch. Cela parait peu en 2019 pour une telle débauche de cylindres, mais à l'époque, franchir la barre des 300, puis 400 ch était réservé aux supercars.

Une fois fabriqué, ce V16 a été installé dans une Série 7 limousine, la 750iL (rallongée, donc) qui prenait le nom de code de "Secret Seven" en interne. Comme le V16 était si imposant (ce qui n'est pas une surprise, même sous le capot d'une Série 7), les ingénieurs ont été forcé d'installer les radiateurs... à l'arrière, dans le coffre. C'est pour cela que cette Série 7 est équipée de larges ouïes proéminentes sur les ailes arrières.

Après un développement intense, ce prototype a été présenté à un cercle très fermé de dirigeants de la marque pour approuver le projet. Malheureusement, ils ont décidé de passer ce projet à la trappe et le V16 n'entrera jamais en production.