Dans beaucoup de disciplines les sportifs héritent d'un surnom. On a pu le voir en football, athlétisme, escrime, cyclisme, mais aussi en Formule 1. De flatteur à peu élogieux, ils sont nombreux à être reconnus à l'évocation de leur surnom.

Provenant des journalistes, de leur entourage, de l'opinion publique, par leurs fans ou des pilotes eux-mêmes, ils ont hérité d'un surnom au cours de leur carrière.

Les surnoms des pilotes de F1

Téflonso / Le Taureau des Asturies

Martin Brundle qui officiait comme commentateur à la BBC a utilisé le surnom de "Téflonso" pour évoquer le pilote espagnol. Il fait référence à l'implication d'Alonso dans les controverses "Spygate" (McLaren / Ferrari) et "Crashgate" (Renault / Singapour) de 2007 et 2008, qui ont toutes deux concerné l'espagnol mais dont le pilote ne fut pas directement impliqué. Martin Brundle reliant Alonso au Téflon, cette matière antiadhésive. Plus élogieux et en rapport avec ses performances, le natif d'Oviedo fut surnommé par ses fans, le "Taureau des Asturies", le pilote a popularisé la F1 en Espagne en créant cette Alonsomania.

Black Jack

Jack Brabham - Silverstone 1962

Jack Brabahm est l'un des meilleurs pilotes des années 60, il est triple Champion du Monde de F1 en 59, 60 et 66 et le seul à ce jour à l'être avec l'une de ses voitures. "Black Jack" fait référence à son caractère, son silence ténébreux, son approche impitoyable de la course et son apparence aux cheveux et la barbe noire.

Big John / Il figlio del vento

John Surtees - Spa 1964

John Surtees, débute sa carrière sur 2 roues et s'adjuge 7 titres de champion du monde de vitesse moto. Sur 35 courses, il monte 35 fois sur le podium (100% de réussite) et décroche 32 victoires, "il figlio del vento" (le fils du vent) fait sa réputation. Après les 2 roues, "Big John" s'essaie à la Formule 1 et remporte le titre de Champion du Monde en 1964. Il est le seul pilote a être sacré à moto et en F1.

El Maestro / Le Finlandais Volant

L'argentin Juan Manuel Fangio est quintuple Champion du Monde de F1 dans les années 50, une époque de gladiateurs où la mort était présente à chaque virage. Surnommé "El Maestro" dans son pays (Le Maître), il fut pendant des années la référence, et l'est encore aujourd'hui jusqu'à ce que son nom entre dans le langage populaire (ne fais pas ton Fangio...). Le "Flying Finn", soit le Finlandais Volant est le titre attribué à Mika Häkkinen, double Champion du Monde en F1 en 98 et 99, il est l'un des premiers à porter affectueusement cette référence des pilotes finlandais.

Hunt the Shunt

James Hunt - 1976

James Hunt, le britannique playboy qui collectionnait les conquêtes (près de 2 500 dans sa carrière de pilote) est arrivé en F1 par un coup de volant plutôt efficace mais aux résultats encore erratiques. Impliqué dans certains accidents, parfois de son fait (souvent ce que l'on retient le plus facilement), il sera surnommé Hunt The Shunt (littéralement 'l'accident', que l'on peut traduire par le casse-cou). L'icône britannique, cependant, a en quelque sorte mis à mal cette réputation en remportant le Championnat du Monde en 1976.

Godasse de Plomb / Godasso

Jean-Pierre Jarier - 1974

C'est en faisant ses preuves en F2 que Jean-Pierre Jarier a pu faire ses premiers pas en F1, "Godasse de Plomb" avait un joli coup de volant. Mais la F1 est ainsi, la malchance de n'être jamais au bon endroit au bon moment et votre carrière ne décolle pas. Pourtant, 3 pole positions, 3 podiums et 3 meilleurs tours en course ne suffiront pas pour le hisser sur la plus haute marche du podium tant attendue. Un pilote sans victoire mais pas sans talent, la F1 n'a pas toujours récompensé ceux qui étaient méritants.

Crashtor

Arrivé en 2011 en F1, le vénézuélien Pastor Maldonado s'est forgé une bonne réputation en formules de promotion. Mais depuis son entée en catégorie reine, il commettra souvent l'erreur de trop qui sabrera de bonnes opportunités de bons résultats. Malgré une victoire au Grand Prix d'Espagne en 2012, Pastor Maldonado retombera dans ses travers au cours des saisons suivantes où il traînera son surnom de "Crashtor" d'autant qu'il choisira pour ses dernières saisons, comme numéro permanent, le n°13.

Monsieur Monaco

Graham Hill - 1971

S'imposer dans les rues de la Principauté, ce n'est pas donné à tout le monde, mais le faire à 5 reprises entre 1963 et 1969, forcément Graham Hill hérite du surnom de "M. Monaco". Graham Hill est aussi à ce jour le seul à s'être imposé à Monaco, à Indianapolis et aux 24 Heures du Mans, faisant de lui le seul pilote à décrocher le titre honorifique de la Triple Couronne (que beaucoup associent aussi au fait d'être Champion du Monde de F1...). Même si Ayrton Senna l'aura dépassé au palmarès de Monaco, et Michael Schumacher de l'avoir égalé, Graham Hill restera le premier qui aura dompté le Rocher.

The Rat / l'Ordinateur

Niki Lauda - James Hunt - 1977

C'est certainement l'un des surnoms les plus cruels qui fut entendus dans le paddock de la F1, il concerne Niki Lauda et touche à son physique. Le triple Champion du Monde autrichien avait les dents cassées et on le compara à un rongeur, "The Rat" et notamment par le bellâtre James Hunt. Néanmoins, Niki Lauda confia plus tard au journaliste Bob McKenzie pour l'Express et la sortie du film Rush (où l'on entend la réplique) qu'il s'agissait plus d'une blague entre pilotes que d'une véritable haine.
Après ses 3 titres de Champion du Monde, son surnom passera à "King Rat". Dans nos contrées il sera aussi surnommé "l'Ordinateur", bien plus flatteur et faisant référence à sa mise au point sans faille et sa maîtrise du pilotage.

IL Leone

Nigel Mansell - Imola 1995

Lorsque Enzo Ferrari mise sur le pilote britannique, les Tifosi voient en ce pilote sa fougue, un style très engagé, agressif et spectaculaire. Pas de doute, "Il Leone" (le Lion en italien) fera battre le cœur de l'Italie. Pourtant c'est avec Williams que le sacre viendra en 1992.

The Professor / Le Professeur

Alain Prost est le premier, et le seul à ce jour, pilote français qui est devenu Champion du Monde de F1, à 4 reprises. Le pilote a taillé son palmarès dans un style de pilotage des plus intelligents qui soit. Pas toujours démonstratif, Alain Prost savait où étaient les limites, il détestait casser une voiture, même une panne mécanique l'ennuyait. Il aura fait face à 11 coéquipiers dont 5 qui étaient ou deviendront Champion du Monde à leur tour, parmi eux, Niki Lauda, Keke Rosberg, Ayrton Senna, Nigel Mansell ou encore Damon Hill. "Le Professeur" n'usurpe pas son surnom.

Britney

Il est "fils de.." et un pilote Champion du Monde qui plus est, il était attendu au tournant et il y répondra par un titre en 2016. Mais avec une apparence juvénile en 2006, la chevelure blonde, les comparaisons entre Nico Rosberg et Britney Spears étaient faciles. Mais c'est l'histoire qui suit qui va sceller ce surnom de "Britney".
Lors du Grand Prix du Brésil 2006, les deux pilotes Williams (Rosberg et Webber) allaient s'accrocher dès le premier tour. L'allemand perdit son aileron avant et l'australien l'arrière. Avec moins de dommages, Nico était prioritaire sur Mark pour rentrer aux stands. Mais Robserg perdra le contrôle de sa Williams vers la remontée du dernier secteur, il frappera violemment le mur, l'ingénieur de piste rappellera à Webber que l'équipe attendait d'abord son coéquipier aux stands. Et au même moment, Webber passa devant l'épave de Rosberg et annonça dans la radio : "Britney est dans le mur..."
Le surnom est resté et bien des années plus tard, quand Lewis Hamilton et Jenson Button ont souhaité l'anniversaire de Nico Rosberg avant le Grand Prix d'Europe 2010, l'allemand a découvert son passeport avec sa photo d'identité remplacée par celle de Britney Spears.

Magic Senna

Ayrton Senna - 1985

Est-il encore nécessaire de présenter le brésilien, Ayrton Senna, triple Champion du Monde de F1 ? C'est Ducarouge, l'ingénieur de chez Lotus à l'époque à qui l'ont doit le surnom du brésilien. C'est après des phases d'inspection minutieuses de la monoplace que l'ingénieur s'agaça et lança : "Si vous voulez disqualifier quelque chose, disqualifiez le pilote. Il n'y a que cela de magique dans notre voiture !" C'est à partir de ce moment qu'Ayrton Senna a été surnommé Magic, "Magic Senna".

Le Baron Rouge / le Kaiser

Michael Schumacher - Mexico 1992

Malgré ses débuts en Formule 1 dans une Jordan verte, remportant son premier Championnat du Monde dans un Benetton bleue et se retirant dans une Mercedes argentée, la carrière de Michael Schumacher est définie par la couleur rouge.
Pilote Ferrari pendant 11 saisons, et y décrochant 5 titres pilotes sous ses années Maranello, le "Baron Rouge" tire son surnom en référence à Manfred von Richthofen, l'as de l'aviation allemande de la Première Guerre Mondiale. Mais Michael Schumacher a attisé les fans, a conquis un public et les surnoms n'ont cessé : "Der Regenmeister" (Le Maître de la pluie), "Schuey", "Der Kaiser" (L'Empereur) et "Schumi" (surnom utilisé affectueusement par ses fans).

Iceman

Le surnom de "Iceman" de Kimi Räikkönen est assez simple puisque le pilote le revendique lui-même. Sur son casque, son site internet, en tatouage, le logo Iceman définit à lui-seul l'autre finlandais volant de la F1 qu'il est. Son style brutal, simple et monosyllabique dans les interviews est loin des approches adoptées par ses pairs formés aux médias et favorables aux relations publiques. Son style est glacial, mais le pilote n'est pas pour autant morne, plutôt facétieux à ses heures et avec les siens ou décontracté quand un verre lui tombe sous la main... Ses frasques un peu alcoolisées sont devenues des pépites pour les fans qui adulent le Champion du Monde 2007 (le dernier en date pour un pilote Ferrari...).