Grand Prix d'Abu Dhabi 2017 : Présentation et Horaires

2017-11-23T01:32:04+00:00jeudi 23 novembre 2017|Formule 1|

Le circuit Yas Marina d’Abu Dhabi accueille la dernière épreuve du calendrier, une course née en 2009. Le circuit se voulait être l’autre Grand Prix du Moyen-Orient avec la particularité de l’obscurité comme artifice spectaculaire. Si quelques titres de Champions du Monde se sont décidés lors de cet ultime Grand Prix, ce ne sera pas le cas cette saison.

Le circuit

Le tracé de Yas Marina à Abou Dabi (en français dans le texte) est la seule course qui présente la particularité de débuter en plein jour, de connaître le crépuscule pour se terminer enfin sous les projecteurs à la nuit tombée.
Un spectacle télégénique, dont le tracé s’articule autour de phases d’accélérations et de freinages, ponctué de deux longues lignes droites qui seront les zones de DRS, arbitrées par une chicane. D’ailleurs, elles sont le théâtre chaque édition du même running-gag du pilote doublé dans la première zone DRS, avant que ce dernier puisse défendre son bien perdu dans la seconde ligne droite sous DRS.

© FIA.com – Track Yas Marina

Le tracé de Yas Marina a la particularité d’avoir un sens anti-horaire (comme le précédent au Brésil), d’une longueur totale de 5 554m, il est formé de 21 virages aux allures quasi-similaires, tant le tour de la marina se fait tel un tourniquet ponctué de phases d’accélération et de freinages.
Ni la sortie de la voie des stands sous un tunnel, ni l’hôtel enjambant la piste ou encore le dernier secteur baigné de Yachts ne sauraient lui donner plus d’enjeux de pilotage. Assimilé telle une piste de karting, il y a tout de même trois secteurs bien distincts.
Le premier est déjà crucial pour le temps au tour avec les virages 2 et 3 où se démarquent la pointe de vitesse et l’agilité des monoplaces. Le second secteur se compose de deux chicanes et deux longues lignes droites, c’est le principal contraste avec le reste du tracé. Le défi technique est dans le réglage des monoplaces, ponctué par la nuit tombante pendant la course qui occasionne une chute de près de 15°C du tarmac.
L’ultime secteur est de loin le plus plus technique et périlleux, composé de onze virages, il y est primordial d’inscrire toutes les bonnes trajectoires !

Les anecdotes du tracé d’Abou Dabi :

  • C’est la neuvième édition du Grand Prix d’Abu Dhabi. La course inaugurale de 2009 a été remportée par Sebastian Vettel alors chez Red Bull Racing.
  • Outre sa victoire en 2009, 2010 et 2013, Sebastian Vettel détient le record de victoire. Lewis Hamilton s’y est imposé en 2011 pour McLaren-Mercedes, et Mercedes pour célébrer son titre en 2014. Il a remporté l’édition 2016 en vain, c’est Nico Rosberg qui fut sacré Champion du Monde. Kimi Räikkönen a triomphé en 2012 au volant d’une Lotus-Renault, Nico Rosberg en 2015 pour Mercedes.
  • La course a consacré le plus jeune pilote Champion du Monde de F1 : Sebastian Vettel à l’âge de 23 ans. En 2010, il n’avait jamais mené le championnat du monde, était le challenger de Mark Webber son coéquipier chez Red Bull, ainsi que Fernando Alonso chez Ferrari. En 2014, le titre est revenu à Lewis Hamilton face à Nico Rosberg, les duellistes de chez Mercedes dans la seule course de F1 où les points étaient doublés.
  • Felipe Massa qui prendra sa retraite de la F1 prendra part à son 250ème Grand Prix à Abou Dabi. Il aura parcouru le globe durant ses 11 années en F1, débuté en Australie en 2002 au sein de Sauber, avant d’être troisième pilote Ferrari l’année suivante, de revenir au sein de Sauber. Il intègrera la Scuderia Ferrari en 2006 pour 8 saisons, aux cotés de Michael Schumacher, Kimi Räikkönen, puis Fernando Alonso.
  • Felipe Massa est le seul pilote du plateau a avoir inscrit des points à toutes les courses d’Abu Dhabi auxquelles il a participé. Il a manqué la course inaugurale en 2009, accidenté depuis le Grand Prix de Hongrie, lorsqu’il fut percuté au casque (et à l’œil) par un ressort de la BrawnGP de Rubens Barrichello.
  • Pierre Gasly, Brendon hartley, Lance Stroll et Stoffel Vandoorne feront leurs débuts à Yas Marina en F1. Lance Stroll n’a jamais couru à Yas Marina, quant tous les autres y ont roulé en GP2. Brendon Hartley en 2010 terminant 9ème et 6ème des 2 courses. Pierre Gasly y disputa les courses en 2014-2016, remportant la course principale l’an passé, l’aidant pour le titre. Stoffel Vandoorne y fit une apparition en 2014 et 2015, y remportant la victoire en course principale.

Les Pneus

Pour cette ultime course de la saison, le constructeur sino-italien a décidé d’apporter les composés les plus tendres de sa gamme, à savoir les Soft (jaune), SuperSoft (rouge) et UltraSoft (violet). La piste peu abrasive n’offre pas un grip mécanique exceptionnel, d’où la nécessité d’avoir les meilleurs gommes pour chasser le chronomètre.
Le peu de dégradation des gommes va offrir une opportunité pour certains d’opter pour des stratégies différentes. Il faudra en user, tant le circuit n’offre que peu d’opportunités de dépassements, hormis les zones de DRS.

© Pirelli Motorsport

Zones du DRS

Les deux zones de DRS se situent dans les deux lignes droites, il y a également deux lignes de détection. La première se situe 40m avant le virage 7 pour une mise en activation 390m après ce même virage. La seconde détection située après la chicane, soit 50m après le virage 9 et une mise en pratique au virage 10.

Le commissaire-Pilote

Le pilote-commissaire sera Emanuele PIRRO, cinq fois vainqueur des 24 Heures du Mans. Une couronne aux 24 Heures de Daytona et deux autres aux 12 Heures de Sebring. Il aura une carrière F1 de trois saisons de 1989 à 1991, pour le compte de Benetton puis la Scuderia Italia. Il a débuté son rôle de commissaire-pilote au Grand Prix d’Abou Dabi en 2010. Il revient régulièrement depuis dans le collège des commissaires de course.

Emanuele PIRRO

© FIA.com – Emanuele Pirro

Les horaires du Grand Prix

Conférence de presse du jeudi : 

Partie 1 :

Lewis Hamilton (Mercedes)
Daniel Ricciardo (Red Bull)
Sebastian Vettel (Ferrari)

Partie 2 :

Fernando Alonso (McLaren)
Valtteri Bottas (Mercedes)
Max Verstappen (Red Bull)

Conférence de presse du vendredi :

Partie 1 :

Maurizio Arrivabene (Ferrari)
Christian Horner (Red Bull)
Toto Wolff (Mercedes)

Partie 2 :

Cyril Abiteboul (Renault)
Zak Brown (McLaren)
Mario Isola (Pirelli)

Vendredi :
Essais Libres 1 : 13h00 / 10h00 heure française
Essais Libres 2 : 17h00 / 14h00 heure française

Samedi :
Essais Libres 3 : 14h00 / 11h00 heure française
Qualifications : 17h00 / 14h00 heure française

Dimanche :
Course : 17h00 / 14h00 heure française