Grand Prix de Belgique 2018 : Présentation et Horaires

2018-08-23T00:40:03+00:00jeudi 23 août 2018|Formule 1|

[vc_row][vc_column width= »2/6″][vc_column_text]

Les Horaires du Grand Prix

Jeudi :
Conférence des pilotes :
Partie 1 :
Fernando Alonso (McLaren)
Pierre Gasly (Toro Rosso)
Daniel Ricciardo (Red Bull)
Carlos Sainz (Renault)

Partie 2 :
Marcus Ericsson (Sauber)
Lance Stroll (Williams)
Stoffel Vandoorne (McLaren)
Max Verstappen (Red Bull)

Vendredi :
Conférence des Teams Managers :
Partie 1 :
Cyril Abiteboul (Renault)
Gil de Ferran (McLaren)
Christian Horner (Red Bull)

Partie 2 :
Otmar Szafnauer (Force India)
Franz Tost (Toro Rosso)
Claire Williams (Williams)

Essais Libres 1 : 11h00
Essais Libres 2 : 15h00

Samedi :
Essais Libres 3 : 12h00
Qualifications : 15h00

Dimanche :
Course : 15h10

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »4/6″][vc_single_image image= »55698″ img_size= »full » onclick= »link_image »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Le Grand Prix / Le Circuit

Les Ardennes belges accueillent une nouvelle fois le Grand Prix de Belgique sur le circuit de Spa-Francorchamps. La trêve estivale n’aura que trop duré pour certains, il est temps d’en découdre. La trêve de trois semaines s’inscrit naturellement dans ce calendrier et les organismes sont au repos forcé. Les employés prennent le temps de rentrer aux ateliers, mais dans une phase de travail restreinte, le règlement sportif imposant que les usines soient fermées.
Le mois d’Août étant celui des premières tractations et paraphes des contrats, il faut avouer que la Silly Season n’aura que peu laisser de répit aux acteurs de la F1.

Ce tracé belge qui a la plus grande côte de popularité auprès des pilotes, grâce à sa spécificité alliant courbes lentes et rapides, longues lignes droites et une piste en dénivelée. Le célèbre virage du Raidillon de l’Eau Rouge lui vaudra son surnom du Toboggan des Ardennes.

Situé dans la province de Liège, il est le théâtre bien souvent de courses rocambolesques, souvent aidées par les conditions climatiques changeantes et délicates pour les pilotes.

Lors des précédentes éditions, on se souvient de l’énorme carambolage au départ, sous la pluie en 1998 qui a décimé près de la moitié du peloton. Les accrochages y sont légion, les pilotes s’autorisant parfois quelques manœuvres hasardeuses, désespérées et qui resteront pour certains à leur crédit comme de lourds fardeaux.
L’édition de 2012 entachée d’un départ catastrophique, remettra sur la table des pourparlers, le délicat sujet de la sécurité active et passive des pilotes, notamment le casque des pilotes (Alonso y ayant réchappé pour quelques centimètres), un sujet qui divise toujours mais qui progresse, lentement hélas, le Halo ouvrant la voie à une vision future…

Ayant traversé les époques (présent au calendrier depuis 1950), le Grand Prix de Belgique se déroule sur le tracé de Spa-Francorchamps. Il aura subi plusieurs modifications, des aménagements, les derniers datant de 2007 avec la construction de nouveaux stands, la modification de la chicane (dite de « l’abri bus ») est inversée, l’élargissement de la ligne de départ, un dégagement à l’épingle de la Source, ainsi qu’une nouvelle couche d’asphalte.

Aujourd’hui il développe une longueur de 7 004m à parcourir pendant 44 tours pour un total de course de 308,052 Km. Le point le plus culminant du circuit étant aux Combes, nous y sommes à une altitude de 469m, pour tomber dans la cuvette que représente le Double Gauche, Fagnes, Campus et la Courbe Paul Frère, point le plus bas à 370m. La grille de départ étant à un altitude de 416m.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]

Quelques anecdotes pour le tracé belge

  • Il s’agira du 63e Grand Prix de Belgique, et le 51e sur le circuit de Spa-Francorchamps. Le pilote le plus victorieux est Michael Schumacher avec 6 réalisations (1992, 1995 pour Benetton et 1996-1997, 2001-2002 pour Ferrari). Le second sur la liste est Ayrton Senna avec 5 victoires, Jim Clark et Kimi Räikkönen en ont 4 chacun.
  • Kimi Räikkönen a gagné pour McLaren en 2004 et 2005, en 2009 pour Ferrari. Il est le dernier pilote en rouge a avoir soulevé le trophée du vainqueur ici en Belgique. Les autres pilotes vainqueurs sur la grille sont : Sebastian Vettel (2001 et 2013), Lewis Hamitlon (2010, 2015 et 2017) et Daniel Ricciardo (2014).
  • Le constructeur le plus victorieux ici est Ferrari avec 16 réalisations (dont 4 à Zolder, 1975, ’76, ’79 et ’84), McLaren suit avec 14 victoires.
  • Michael Schumacher a ouvert son compteur de victoires à Spa en 1992. D’autres l’ont précédé comme Peter Collins en 1956, Jim Clark en 1962, Gunnar Nilsson en 1977 et Didier Pironi en 1980.
  • Trois constructeurs ont enregistré leur première victoire à Spa. Eagle en 1967 avec Dan Gurney, l’écurie Jordan en 1998 (et unique doublé). Ce sera l’occasion de célébrer les 50 ans de la première victoire d’une McLaren ici à Spa avec Bruce McLaren à bord.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]

Les Pneus Pirelli

Pirelli arrive en Belgique avec un choix différent de la Hongrie. C’est normal, les longues lignes droites en relief et dévers vont solliciter les gommes sino-italiennes. Les Medium (blanc), Soft (jaune) et SuperSoft (rouge) ont été choisi pour le tracé belge. En cas de pluie, on rappelle que la gamme Cinturato offre deux choix, les Intermediate (vert) et les Wet (bleu), soit les rainurés et les sculptés.

Les zone DRS

Il y a deux zones de DRS qui se partagent le même point de détection. Le point de détection de la première est situé 240m après le virage 2 et l’activation se fait 210m après le virage 4. La seconde zone a un point de détection 160m après le virage 18 et une mise en action 30m après le virage 19.

Le Commissaire-Pilote

Le pilote-commissaire sera le finlandais Mika Salo. Ayant une carrière de 100 Grand Prix entre 1994 et 2002, il fera ses débuts en F1 après ses succès au Japon et Angleterre en formule de promotion. Débutant au volant de la Lotus en 1994, il pilotera pour Tyrrell, Arrows, BAR, Ferrari, Sauber et Toyota. Il finira par 2 fois sur le podium pour le compte de Ferrari en 1999 lorsqu’il remplaça un Michael Schumacher convalescent. Le pilote finlandais inscrira des points pour Toyota. Après avoir raccrocher le casque en F1, il s’essaiera en GT, avec notamment des victoires au Mans et Sebring en GT2.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_single_image image= »55708″ img_size= »full » onclick= »link_image » title= »Le Raidillon de l’Eau Rouge »][/vc_column][/vc_row]