Grand Prix du Japon 2018 : Présentation et Horaires

2018-10-21T14:13:07+00:00jeudi 4 octobre 2018|Formule 1|

[vc_row][vc_column width= »2/6″][vc_column_text]

Les Horaires du Grand Prix

Jeudi : 15h00
Conférence des pilotes :
Esteban Ocon (Racing Point)
Lance Stroll (Williams)
Stoffel Vandoorne (McLaren)
Sebastian Vettel (Ferrari)
Vendredi : 13h00
Conférence des Teams Managers :
Christian Horner (Red Bull)
Masashi Yamamoto (Honda)
Franz Tost (Toro Rosso)
Frederic Vasseur (Sauber)
Essais Libres 1 : 10h00 / 03h00 heure française
Essais Libres 2 : 14h00 / 07h00 heure française
Samedi :
Essais Libres 3 : 12h00 / 05h00 heure française
Qualifications : 15h00 / 08h00 heure française
Dimanche :
Course : 14h10 / 7h10 heure française[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »4/6″][vc_single_image image= »58543″ img_size= »full » onclick= »link_image »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Le Grand Prix

Le Circuit de Suzuka situé à 50 km au Sud-Ouest de Nagoya dans la Baie d’Ise. C’est sur la côte Pacifique de la plus grande île de l’archipel japonais, Honshu, à la latitude de la Corée du Sud. A l’origine dévolu aux tests Honda pour ses modèles généralistes, le circuit a vu pour son introduction aux disciplines internationales sa grande courbe consécutive au 130R cassée par une chicane qui a marqué l’Histoire du Sport Automobile en 1989 avec le freinage kamikaze d’Ayrton Senna sur Alain Prost…
Idem pour la courbe Degner qui est alors devenue un double-droite en dévers assez incroyable ! C’est la 34e édition du Grand Prix du Japon à Suzuka dont le circuit fût conçu par le Néerlandais John Hugenholtz, ce morceau de bravoure accuse largement son âge et son déficit de sécurité. Hugenholtz avait également conçu Zolder, Zandvoort et Jarama, des tracés en osmose avec le relief, mais reconnus pour leur grande dangerosité et abandonnés pour cela par la F1 depuis bientôt 30 ans.

Le Circuit

D’un développement de 5807 mètres, il devra être parcouru 53 fois pour 307,471 kilomètres. Seul tracé en forme de huit, il est moyennement abrasif, et nécessite un compromis aérodynamique vitesse-charge moyen avec toutefois un train avant très directif pour encaisser les nombreux changements de caps.
Quant à la pleine charge du moteur, elle est d’environ 65% (en majeure partie entre l’épingle Hairpin et la ligne droite des stands). La VMAX se situait autour des 330 km/h. Il n’est, par contre, pas des plus exigeants pour les freins.

Le premier Grand Prix eut lieu en 1987 et attribua avant même la course le titre à Nelson Piquet face à son équipier chez Williams, Nigel Mansell, qui se crasha très violemment en marche arrière dans les rails à droite des « S Curve ». Depuis, seuls de très grands pilotes ont vaincu sur ce tracé… le plus sélectif de tous.
Succession de courbes rapides, de freinages en appuis ou en dévers, il ne pardonne rien avec une seule et unique trajectoire qui exige d’avoir à sa disposition une F1 réglée parfaitement. Du Turn-One où la corde ratée et c’en est fini du tour propre, à la succession des « S-Curve » similaires à l’enfilade Copse-Maggots-Becketts-Chapel de Silverstone, auxquels succèdent la terrible courbe Dunlop qui vous jette sur l’incroyable premier droite de Degner, c’est déjà presque 30 secondes de folie pure façon montagnes russes… le Roller-Coaster de Suzuka niché près de la mer et son parc d’attraction…

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]

Quelques anecdotes pour le tracé japonais

  • Le Grand Prix du Japon eu lieu à Fuji en 1976 et 1977 pour disparaître une décennie et en revenir en 1987 sur le tracé de Honda, à Suzuka. Le circuit de Fuji appartenant à son rival de toujours, Toyota.
  • McLaren est le constructeur le plus victorieux sur les terres nippones, avec 9 victoires. Elle partage le nombre de victoires avec Ferrari à Suzuka avec 7 réalisations, seule McLaren s’est imposé à 2 reprises au Mont-Fuji, en 1977 avec James Hunt et 2007 avec Lewis Hamilton.
  • Pendant 40 ans et 31 courses du Japon, seuls 5 motoristes ont connu la gloire : Renault avec 10 victoires (Williams 92, 94 et 96) (Benetton 95) (Red Bull 09-10, 12-13) (Renault F1 Team 06, 08), Ferrari et Mercedes avec 7 victoires chacun, Ford/Cosworth 5 victoires et Honda 2 victoires !
  • Michael Schumacher est le pilote le plus victorieux au Japon avec 6 victoires (95, 97, 2000-02, 04), on peut en rajouter 2 autres sur le sol japonais avec le Grand Prix du Pacifique à Aida en 1994 et 1995.
  • Les 4 Champions du Monde sur la grille sont les seuls a avoir remporté le Grand Prix du Japon : Kimi Räikkönen en 2005, Fernando Alonso en 2006 (Suzuka) et 2008 (Fuji), Lewis Hamilton en 2007 (Fuji) et 2014-15, 2017 (Suzuka) et Sebastian Vettel en 2009-10 et 2012-13.
  • Statistiquement la pole position n’offre pas plus de chances que la seconde place de la grille pour la victoire. Il y a eu 12 victoires depuis la pole, 11 depuis la seconde place. Lors des 3 dernières courses, c’est le second sur la grille qui s’est imposé.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]

Les Pneus Pirelli

Alors que Singapour et la Russie proposaient la même sélection de pneus, Pirelli change la donne pour le Japon. Ainsi, les pneus Medium (blanc), Soft (jaune) et SuperSoft (rouge) seront proposés avec des pneus pluie prêts à l’emploi comme il est de coutume au pays du soleil levant.

Les Zones DRS

Il n’y a qu’une seule zone de DRS à Suzuka. Le point de détection est situé 50 m avant le virage 16, et son activation positionnée 100 m avant la ligne de contrôle, situé après le dernier virage et conditionnant la longue ligne droite en devers.

Le Commissaire-Pilote

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Grand Prix du Japon 1989 – 16′ minutes de duel Alain Prost / Ayrton Senna (accrochage à 12′)