Alors que le règlement change en 2018, Gene Haas a souligné ne pas être inquiet par la réduction des éléments moteur. 

En 2018, ce sera la course à l'économie des moteurs ! Ainsi, les pilotes ne disposent plus que de trois moteurs, trois MGU-H et trois turbos. Aussi, ils auront seulement deux MGU-K, deux unités de stockage d’énergie et deux unités électroniques.

En 2017, alors que la règlementation était à quatre éléments moteurs par saison, les pilotes Haas sont parvenus à rester dans les limites. Gene Haas a confiance en son fournisseur moteur, à savoir Ferrari.

"Je n'ai aucun doute qu'ils peuvent faire la saison avec trois moteurs. Il n'y aura pas d'énormes besoins d'améliorations parce que la puissance du moteur a quelque peu plafonné'', déclare-t-il. "Je pense que du point de vue de la fiabilité, le moteur Ferrari est excellent''.

La fiabilité à toute épreuve en 2018

Si on prend en compte les changements d'éléments moteur de 2017, on peut s'inquiéter pour la saison à venir. Aucune équipe ne pourrait tenir le nouveau quota imposé. Si certaines équipes sont parvenues à les tenir en 2017, comme les équipes clientes Ferrari et Mercedes, d'autres ont eu moins de chance comme McLaren avec le bloc Honda ou les équipes Red Bull.

L'ensemble de la saison a donné lieu à de nombreuses pénalités. Que ce soit les pilotes McLaren, les pilotes Red Bull ou les pilotes Toro Rosso de fin de saison, les places de pénalité sont effarantes !

Pénalité grille F1 2017

© France Racing


La fiabilité sera le maître-mot de la saison. Seulement, outre les moteurs, la conception des voitures aura aussi son importance cette année.