Après avoir déposé deux plaintes à l'issue du Grand Prix d'Abu Dhabi, Mercedes a été déboutée de ses deux demandes. Et fort logiquement, l'équipe annonce son intention de faire appel.

Mercedes a immédiatement lancé deux appels contre le résultat, l'un contre Verstappen pour avoir prétendument dépassé sous une voiture de sécurité et un second invoquant une violation des règles concernant les reprises de course après une période de voiture de sécurité.

Mercedes veut faire appel

Les deux plaintes ont été rejetés après que les deux équipes aient passé des heures dans le bureau des commissaires, Verstappen a pu célébrer son titre plus de quatre heures après avoir franchi la ligne d'arrivée bien que Mercedes ait choisi de déposer une intention de faire appel de la décision.

Lorsqu'on lui a demandé s'il comprenait la décision prise par Mercedes (dont un avocat était présent à l'audience) de faire appel, le directeur de l'équipe Red Bull, Christian Horner, a répondu :

"C'était évidemment un peu désespéré, mais nous ne voulions pas que cela se termine devant les commissaires. Nous n'avons jamais voulu nous retrouver devant les commissaires, il y a eu beaucoup de débats avant la course."

"Il s'est avéré que c'était très différent après la course, nous ne faisons pas de course avec des avocats, c'est une honte que cela ce soit terminé ainsi mais les commissaires ont pris la bonne décision."

"Nous avons parlé du "Let Them Race", Niki Lauda était le gars qui a poussé fort pour cela et nous avons toujours parlé de ne pas finir la course sous les voitures de sécurité, le directeur de course dans des circonstances difficiles a pris absolument la bonne décision et stratégiquement nous avons eu raison. S'ils font appel, ils font appel. Nous nous battrons contre eux devant la cour d'appel, puis devant la cour de justice s'ils choisissent cette voie."