Doit-on prendre au sérieux le projet de Zoran Stefanovic ?

2017-07-11T09:13:05+00:00mardi 11 juillet 2017|Formule 1|
  • Zoran Stefanovic Stefan GP F1

Au cours du week-end, la rumeur d’une nouvelle équipe pour 2019 s’est faite entendre. L’homme à la tête n’est autre que Zoran Stefanovic, connu pour son projet avorté Stefan GP.

Présent en Autriche pour rencontrer Ross Brawn, Zoran Stefanovic n’a pas hésité à dévoiler ses plans. L’homme vise la création d’une équipe afin de la faire courir en 2019, si la FIA ouvre les candidatures pour l’arrivée d’une ou plusieurs nouvelles équipes.

« J’ai mis en place des accords très importants. J’ai défini la base de l’équipe à Parme, qui se trouve à une distance raisonnable de la soufflerie. J’ai également signé un contrat avec un spécialiste en aérodynamique pour m’aider à travailler sur le projet », déclare-t-il à Autosport.

Ce projet est le second connu avec le projet chinois.

Zoran Stefanovic, échec sur échec

Avant son projet de 2009, le serbe a voulu rejoindre plusieurs fois la F1. La première fois remonte à 1996 où l’homme d’affaires serbe veut une équipe yougoslave en F1. Mais Bernie Ecclestone met un coup d’arrêt rapide à ce projet. Il remet ça en 1998. Il voulait engager des Lola de 1997. Mais cela se solde par un échec.

Il faut attendre dix ans pour réentendre le nom du serbe en F1. Alors que la F1 cherche de nouvelles équipes pour participer au championnat 2010, il pose sa candidature. Il est recalé lors de la première sélection. Mais le départ de Toyota va faire renaître le projet tel un phénix. Grâce à un accord avec Toyota, il rachète les TF110 et reprend les installations de Toyota à Cologne. Cet accord permet aussi à l’équipe de disposer d’un soutien technique de Toyota et le paiement de Kazuki Nakajima si l’équipe participe au championnat 2010. Aussitôt cet accord entériné, Mike Coughlan, un des acteurs du StepneyGate, est embauché.

Mais la suite des évènements n’est pas aussi réjouissante. Si l’équipe a envoyé du matériel à Bahreïn pour participer au premier Grand Prix de la saison, Stefan GP n’a pas pu faire des essais à Algarve, Bridgestone refusant de fournir l’équipe en pneus tant que l’inscription n’est pas finalisée. L’homme d’affaires serbe tente de fusionner avec USF1, qui s’avère un projet abandonné pour récupérer les droits d’entrée. Mais Peter Windsor et Ken Anderson refusent. La FIA a refusé d’inscrire l’équipe au championnat 2010. La collaboration avec Toyota est arrêtée.

En décembre 2013, Zoran Stefanovic dépose une nouvelle demande avant de la retirer deux mois après. L’homme d’affaires serbe ne donne aucune information sur son retrait. Omnicorse révélait à l’époque que Zoran Stefanovic était aussi en négociation avec Marussia pour reprendre l’équipe.

Après autant de projets avortés, cette dernière sortie peut-elle être prise au sérieux ?