Dans une discussion en direct sur Instagram avec Max Biaggi, Andrea Iannone admet qu'il n'aurait pas dû quitter Ducati fin 2016.

Pilote Aprilia, bien qu'en attente de son verdict suite à un contrôle positif aux stéroïdes anabolisants exogènes androgènes lors d'un contrôle effectué à Sepang, Andrea Iannone admet avoir fait une erreur en quittant Ducati à la fin de la saison 2016.

"Avec le recul, vous changeriez toujours quelque chose de votre passé. Dans mon cas, je n'aurais pas dû quitter Ducati. Les saisons 2015 et 2016 ont été très bonnes pour moi. La  Ducati  en particulier était impressionnante en accélération et en freinage, mais a souffert en entrée de virage. J'ai changé pour Suzuki et j'ai trouvé le contraire'', explique-t-il dans une discussion Instagram avec Max Biaggi. 

Durant ses quatre années avec Ducati, Andrea Iannone a remporté une course et est monté sept reprises sur le podium. Depuis, il n'a pas remporté la moindre course avec Suzuki, pour qui il a couru en 2017 et 2018, et avec Aprilia, avec qui il court depuis 2019.

Le challenge Aprilia pour Andrea Iannone

Aujourd'hui pilote Aprilia, il a mené brièvement le Grand Prix d'Australie l'an passé. 16e du dernier championnat, avec 43 points et pour meilleur résultat une sixième place à Phillip Island, Andrea Iannone ne regrette pas le challenge avec le constructeur italien.

"Je me sens bien avec l'équipe et je suis convaincu que je peux faire un très bon travail. Toute l'entreprise a beaucoup grandi et le confinement nous laissera encore du temps pour améliorer la GP2020'', explique-t-il.

Pour le moment, le pilote italien ne sait pas s'il pourra courir le moindre Grand Prix en 2020. Le verdict concernant le contrôle antidopage positif a été retardé. Le pilote italien espère une chose : "qu’un verdict viendra bientôt et laissera tout ça derrière moi'', comme il le souligne à la Gazzetta dello Sport.