L'interview a été réalisée après la deuxième course du week-end.

Tu es originaire de Cannes, comment prépare-t-on un week-end quasiment à domicile ?
Je suis né à Cannes mais j'habite dans le Var. C'est un circuit à domicile pour moi. Mais ça ne veut pas dire que je le connais plus que d'autres circuits. On ne s’entraîne pas sur les circuits près de chez nous, juste sur ceux sur lesquels on court pendant le championnat. Par exemple j'ai fait plus de courses à Monza qu'ici au Castellet.
C'est ma première course sur le grand circuit. Il y a deux ans, j'ai fait la course de Formule 4 Academy, sur le petit circuit qui fait 2 km de moins. Ça change un peu parce que je ne connaissais pas tout le premier secteur en course. Pourtant ce secteur 1 et le secteur 2, qui changent par rapport à la Formule 4, c'est là où j'étais meilleur. Et paradoxalement, le secteur 3 que je connaissais, c'est là où j'étais le moins bien du week-end.
Il y a aussi toute la famille, tous les amis qui viennent.

Ça met une pression en plus ou pas ?
Oui, on a envie de bien faire. Après j'essaie de complètement faire le vide à chaque fois que je rentre dans la voiture. C'est comme s'il n'y avait plus personne autour, et je me concentre juste pour être efficace dans la voiture, faire de mon mieux. Après ce qui peut arriver... Toutes les erreurs qu'on fait, c'est un apprentissage. Aussi, il faut essayer de ne plus refaire la même erreur, ou moins. On fait toujours des erreurs. Même Norris qui a gagné, dans la course je suis sur qu'il a fait une erreur, peut-être moins que nous, mais il faut essayer de faire le moins d'erreurs possible.

Ton week-end ne s'est pas forcément passé comme tu le voulais, tu a eu un problème d'embrayage.
J'ai eu un problème d'embrayage en qualif 1. J'étais un peu déçu après cette qualif, mais j'ai pu me rattraper et montrer que j'étais un pilote assez agressif et que dépasser ne me posait pas de problème. Je partais 17e, j'ai remonté 12 places en 13 tours. J'ai ainsi prouvé qu'on pouvait doubler en Formule Renault.

Il y a eu un beau duel avec Max Defourny en course 2.
Au premier tour, il essaie de doubler Norris à l'extérieur au virage 1. Je prends une meilleure sortie au virage 2, je me mets à l'intérieur. Il a pris mon aspiration dans la grande ligne droite avant d'arriver dans la chicane. Il était du coup à l'intérieur et moi à l'extérieur dans Signes, qui se passe limite à fond. On a fait tout le Beausset aussi ensemble, moi à l'extérieur et lui à l'intérieur. Souvent l'intérieur est la meilleure trajectoire. A l'extérieur c'est pas forcément propre.
C'était un bon duel. Après j'ai tenté de remonter sur lui, mais j'ai fait une petite erreur dans la chicane, j'ai du la couper. J'ai repris ma position mais j'ai perdu un peu de temps. Sur la fin je remontais petit à petit mais ça ne suffisait pas. Les deux derniers tours j'étais vraiment plus vite. J'étais concentré à ne pas faire d'erreur, il a fait quelques erreurs. J'ai pu revenir juste derrière et tenter au Beausset et au dernier virage. Mais il a bien fermé la porte pour ne pas que je passe. Quelques tours de plus auraient été utiles. Mais en Formule Renault il faut être plus agressif d'entrée de jeu car il n'y a que 13 tours.

Dorian Boccolacci FIA F3 2015

Image : FIA F3

Il s'agit de ta 3e saison en monoplace. Tu a fais une saison en F4, de la F3 la saison dernière et de la Formule Renault aujourd'hui. Comment s'est passé ton passage en F3 avec l'équipe Signature ?
Signature est une équipe française. Je n'ai pas eu énormément de préparation en hiver. Ça s'est décidé tardivement. Et comme le Grand Prix de Macao se déroule fin novembre, durant toute cette période je n'ai rien fait parce que les équipes doivent rentrer avec leur matériel. J'ai fais quelques essais en décembre. Je me sentais bien, j'étais plutôt rapide avec le peu d'essais et d'expériences que j'avais. Mais il y a une grosse différence entre la Formule 4 et la Formule 3, sur un tour. Sur un circuit comme le Castellet ça peut faire 12 à 15 secondes d'écart.
Quand on rentre dans un championnat européen avec 36 voitures et avec les meilleurs pilotes du monde, il faut une bonne préparation mais aussi un peu plus d'expérience.

Le cap n'était-il pas trop important de passer de la F4 à la F3 ?
Ça dépend, si on se prépare bien avec beaucoup d'essais, beaucoup de pneus neufs, pour bien appréhender les qualifs , ça peut le faire. Max Verstappen l'a bien fait. C'est un très très bon pilote mais, ça veut dire que c'est possible, avec une bonne préparation. Si je devais le refaire, je le referai différemment. Mais c'est le passé, je pense au présent et mieux me positionner pour le futur. Mieux me placer et essayer de ne pas faire les erreurs que j'ai faites avant.

Dorian Boccolacci eurocup Castellet 2016

Image : Fred F Photographies

Comment a été décidé le retour en Eurocup ?
Signature arrêtait cette année et je voulais être dans une équipe top team. Prema gagne le championnat depuis 5 ans. C'est un top team. Il y a aussi Van Amersfoort. Mais il faut un budget. J'étais avec Lotus Junior Team avant, qui m'aidait à trouver des sponsors et financer mes saisons. Mais le contrat s'est arrêté, maintenant ce n'est plus Lotus mais Renault. Donc il faut trouver le budget. La Formule Renault est bien moins chère. Il y a moins d'écart entre les voitures. Toutes les voitures sont des Renault avec des moteurs Renault. Seuls les réglages peuvent être changés. Enfin, il n'y a pas autant d'écart qu'en Formule 3. Le pilote peut faire un peu plus la différence/ Même si la voiture est un peu moins bien réglée, ça ne va pas changer beaucoup.

Quelles sont les futures étapes ? La Formula V8 ? Le GP3 ? Est-ce que cela dépendra des sponsors ?
Je sais que dès la fin de saison, il faut que je sois en haut. Il faut que je sois régulier, être dans le top 3, être rapide et faire des poles. C'est ce que je cherche, on va tout faire pour. Si ça se passe comme prévu, j'aimerai faire une catégorie au-dessus de la Formule Renault. Formula V8 ou Formule 3 ou même GP3, mais dans une équipe qui a déjà gagné. Mais il faut que je trouve le budget. C'est un mot important dans le sport auto. Je vais essayer de trouver des sponsors, c'est le challenge. On va essayer d'y arriver et de faire une belle saison l'année prochaine. Pour l'instant, ce n'est pas sûr. Mais déjà finir bien comme il faut cette saison. Mieux que le début, même si ce n'est pas trop mal, je veux finir sur une note positive.

Dorian Boccolacci Casque Castellet 2016

Image : FranceMonoplaces