Cette année, les 24 Heures du Nürburgring fêteront leur 50ème anniversaire. En effet la première édition de cette course mythique a eu lieu les 27 et 28 Juin 1970. A travers une série d'articles, nous reviendrons sur le célèbre double tour d'horloge allemand.

1991 : Le Grand 8 pour BMW

Comme en 1988, les équipes usine se sont retrouvées en difficulté... Pourtant les équipes usine y ont mis les moyens avec une pole signée par une BMW de l'équipe Linder (première pole pour cette équipe) grâce à un moteur spécial qualifications, le chrono est de 9'09"37. Chez Schnitzer on a préféré conserver le moteur classique, le chrono est de 9'14"26. Après 4 heures de course, les 2 BMW Schnitzer mènent la danse. Peu avant la 5e heure, Manuel Reuter sort de la piste sur la portion rapide de Kesselchen au volant de la Ford Sierra Cosworth #1 Ford Wolf Racing (on retrouvait le français François Delecour parmi ses équipiers).

La BMW gagnante l'année précédente casse son moteur après avoir couvert 88 tours. Les Opel Omega sont accablées par les problèmes mécaniques... Dès minuit, chez Schnitzer on a demandé à la #15 pilotée par Joachim Winkelhock, Kris Nissen et Armin Hahne de baisser le rythme. Bien leur en a pris car c'est cette voiture qui a permis à BMW d'accrocher sa 8e victoire sur l'épreuve ! Elle devance 2 Porsche 911 Carrera Cup qui terminent tout de même 6 tours derrière. 110 000 spectateurs sont présents.

1992 : Une édition rocambolesque

© BMW

C'est déjà la 20e édition pour les 24 Heures du Nürburgring ! Les têtes d'affiche sont toujours les BMW M3 mais aussi les Opel Omega 3000. De nombreuses Porsche Carrera Cup sont présentes. La course démarre sous le soleil mais 20 minutes après, la terrible météo de l'Eifel fait des siennes !
Un déluge s'abat sur le circuit. Le célèbre Karussell se remplit d'eau... Les équipes viennent protester en direction de course. Toutes ? Non, car certaines autos des petites catégories sont à l'aise sous la pluie et dépassent sans problème les Porsche. Les Safety-Car entrent en action vers 18h00 pour rentrer aux stands vers 22h00.

Seulement, des erreurs ont été commises durant la phase de Safety-Car, ce qui a faussé le classement... A minuit la direction de course déclare que les tours effectués sous régime de Safety-Car ne seront pas comptabilisés !
Un brouillard de plus en plus épais se forme sur la Nordschleife... Dans ces conditions, le double champion du monde des rallyes Walter Röhrl excelle ! Il reprend 15" par tour aux BMW M3 E30. Des groupes de voitures se forment et se suivent dans le brouillard, quand la première rentre aux stands, les autres suivent. La direction de course est dépassée par les événements. Encore mieux, Joachim Winkelhock surnommé "Smokin Jo'" arrête sa BMW Schnitzer à un poste de commissaire pour s'en griller une ! La direction de course finit par brandir le drapeau rouge.

La course redémarre à 9h00 sous une pluie battante, à ce moment-là c'est la BMW M3 E30 #2 Fina Motorsport Team qui mène avec 37 tours couverts, 23" devant la Porsche Carrera Cup #2, la M3 Schnitzer est troisième. Frank Jelinski est au volant de la Porsche qui est quatrième et sort à Aremberg dès le premier tour. Les 4 dernières heures de course se dérouleront sous le soleil !

La BMW Fina pilotée par Johnny Cecotto, Jean-Michel Martin, Marc Duez et Christian Danner s'impose avec 76 tours couverts devant la BMW Schnitzer de Joachim Winkelhock, Altfrid Heger et Armin Hahne. Troisième place pour la Porsche de Walter Röhrl, Hans Joachim Stuck, Olaf Manthey et Frank Biela. L'Opel Omega 3000 termine quatrième, résultat célébré comme une victoire ! A noter la présence d'Alexander Wurz sur une Porsche qui termine huitième.

1993 : Porsche prend sa revanche

© Porsche AG

Avantage Porsche cette fois avec 25 Porsche 911 au départ. De plus, certaines libertés ont été accordées et certaines 911 ne sont plus des versions Cup standard. Chez BMW, la M3 E30 a laissé la place à la M3 E36. Mais les forces sont maigres cette fois, Schnitzer est présent le même week-end à Brand Hatch en BTCC.
L'usine BMW engage donc 2 voitures différentes : une BMW M3 E36 GTR conforme au règlement du championnat GT allemand et une BMW 320i. Opel est bien présent et en qualification c'est une Opel Omega DTM qui signe la pole en 9'17"81. Véritable camouflet pour BMW avec une "vieille" E30 qui signe le second chrono.

La Porsche 911 pilotée par Harald Grohs, Walter Röhrl, Jürgen von Gatzen et Uwe Alzen domine la course mais l'embrayage cède après 16h30 de course. Les BMW et les Opel sont en proies à des problèmes techniques, Finalement c'est la Porsche Konrad Motorsport pilotée par Antonio de Azevedo, Franz Konrad, Ornulf Wirdheim et Frank Katthöfer qui gagne avec 53" d'avance sur la Porsche Freisinger Motorsport ! C'est le plus petit écart enregistré à l'arrivée jusqu'alors. La première non-Porsche est une Opel Omega qui termine 5e. La première Groupe N termine 14e.

1994 : Les Groupe N signent le triplé !

Les BMW 318i STW et les BMW du Groupe A sont les plus rapides lors des qualifications. Mais les BMW les plus rapides sont victimes de casse mécanique où de sorties de route, dont une très spectaculaire de Leopold Prinz von Bayern. Une véritable tempête s'abat sur le circuit, la BMW 318i STW abandonne à 6h20 (casse moteur).
La voie est libre pour les Groupe N mais à 6h47, la direction de course sort le drapeau rouge. La course reprendra à 8h40 et le soleil recommencera à briller en fin de course. Finalement c'est la BMW M3 E36 Groupe N pilotée par Karl Heinz Wlazik, Frank Katthöfer et Fred Rosterg s'impose devant une étonnante Opel Astra pilotée par Jürgen Baumgarten et les frères Fritsche. L'Opel Astra était très à l'aise sous la pluie mais le soleil dans les 2 dernières heures de course a ruiné ses espoirs de victoire.

1995 : L'usine BMW se reprend

© ADAC Nordrhein

Cette fois BMW engage 4 BMW 320i STW, 2 pour l'usine et 2 pour le Team Bigazzi, on retrouve notamment l'ancien rallyeman Rauno Aaltonen sur l'une d'elles. Les meilleurs voitures pour leur donner la réplique sont les 2 Volvo 850 T5 engagées par Heico Motorsport. Le nombre de spectateurs est en chute libre avec seulement 73 000 personnes présentes.

Une des Volvo abandonne au bout de seulement 5 tours... L'armada BMW est décimée mais la voiture pilotée par Marc Duez, Roberto Ravaglia et Alexander Burgstaller mène la course de bout en bout et s'impose très largement ! La seconde place est pour les vainqueurs du groupe N sur une BMW M3 E36, Johannes Scheid, Hans Wildmann et Ingo Jeleniowski à 8 tours des vainqueurs ! Une Ford Escort Cosworth termine troisième, c'est le premier podium de la marque depuis 1989. Une autre Ford était très rapide avant de casser son moteur après 18h de course, parmi ces pilotes on retrouvait 2 champions d'Europe des Rallyes, à savoir les français Yves Loubet et César Baroni.

L'équipage de la Peugeot 106 Rallye Groupe N #184 (Martin Tschornia, Hubert Nacken, Jürgen Wirtgen et Klaus Häckel) fait sensation à l'arrivée en la franchissant à la 19e place !