La NASCAR est le championnat automobile le plus suivi outre Atlantique, le plus plébiscité. Il est parfois un peu étranger à nos yeux, voire totalement inconnu pour certains. Voici le petit lexique pour comprendre le langage NASCAR.

Nées dans les années 1930, les premières courses qui donneront plus tard les lettres de noblesse à la NASCAR étaient issues des contrebandiers d'alcool qui gonflaient le moteur de leur bolide pour échapper aux forces de police. En 1948 c'est Bill France qui réunit toutes les associations sportives sous une même bannière, la NASCAR. Des premiers ovales sur terre, briques puis bitume, les célèbres courses de stock-car sont devenues une religion aux États-Unis.

NASCAR

Commençons par le premier mot, NASCAR. C'est tout simplement l'acronyme de National Association for Stock Car Auto Racing. Aujourd'hui il existe plusieurs ligues, les principales aux États-Unis, au Mexique, au Canada et en Europe.
Aux USA, on compte la ligue majeure divisée en 3 catégories (Cup Series, Xfinity Series et Camping World Truck Series), la Wallmart Series, K&N Pro Series East / West, Whelen Modified Tour / Southern Modified Tour, Whelen All-American Series. Tous les championnats prennent l'appellation de leur sponsor respectif. Pour le Mexique c'est le Toyota Mexico Series, le Nascar Pinty's Series au Canada et le Whelen Euros Series en Europe.

© NASCAR

© NASCAR

Restart

Le "Restart" relance la course en départ lancé avec l'agitation du Green Flag (drapeau vert) après une période de neutralisation. En NASCAR, 34 des 36 épreuves se déroulent sur des ovales, en cas d'accident, d'un débris ou de la présence d'huile sur la piste, d'un concurrent qui crève un pneu et/ou est au ralentit, la course est neutralisée d'un Yellow Flag (drapeau jaune) et la voiture de sécurité (Pace Car) entre en piste.

Restart - green flag - NASCAR

Restart - green flag - NASCAR

Pace Car

Le Pace Car aux USA est l'équivalent de notre Safety Car (voiture de sécurité). Le Pace Car (qui l'on pourrait traduire par véhicule donnant le rythme) intervient systématiquement après un incident de course et un Yellow Flag déployé. Il est là pour retenir la meute avant de s'effacer pour donner un nouveau départ lancé.

Pace Car - NASCAR

Pace Car - NASCAR

Draft

Le Draft est la technique de l'aspiration qui consiste pour une voiture de venir dans le sillage immédiat de son adversaire pour se faire aspirer par le trou d'air créé à l'arrière de cette dernière. La dépression créée favorise la progression de la voiture de derrière et lui donne plus de vitesse. Lorsque celle-ci pousse la voiture de devant, elle gagne de la vitesse mais en fait gagner à celle de devant également. Celle qui est derrière, consomme moins de carburant, use un peu moins la mécanique et favorise à terme le dépassement.

Cette technique est très efficace sur les SuperSpeedways (les très longs ovales) comme Daytona et Talladega qui font plus de 4 km. On voit du Draft quand les pilotes arrivent à une entente ou stratégie de course, en cas d'erreur, ça se transforme souvent en Big One.

NASCAR - Draft

NASCAR - Draft

Big One

Il est redouté des pilotes, parfois attendu de la part de certains fans, c'est le Big One. A ces vitesses-là (plus de 320 km/h) et sur un ovale ou il existe que 3 ou 4 lignes de course, quand vous avez 43 voitures lancées à pleine puissance, le moindre écart se transforme en jeu de quilles. Le Big One est l'accident qui implique un grand nombre de voitures, on peut le considérer à partir de 5 voitures.
A la fin des années 90, Dale Earnhardt a parlé de Big Wreck en évoquant le crash du tour final du Pepsi 400 en 1997. L'année suivante, le commentateur Bob Jenkins a utilisé le terme de The Big One pour décrire l'accident du Winston 500 en octobre 1998. Depuis le terme de Big One désigne ces accidents spectaculaires qui déciment parfois 1/3 du plateau pour les plus virulents.

NASCAR - BIG ONE

NASCAR - BIG ONE

Brickyard 400

C'est le nom donné à la course à Indianapolis depuis 1994. Chaque course est nommée par son sponsor, Pepsi 400, Pennzoil 400, STP 500, Coca-Cola 600... Celui d'Indianapolis est désigné par le surnom du circuit : le Brickyard. Ce circuit est sorti de terre en 1909 et était composé de 3 millions de briques rouges. Depuis entièrement surfacé de bitume, il n'en reste pas moins que la ligne d'arrivée comporte encore 9 rangées de briques rouges. Certains pilotes et membres d'écuries vont embrasser cette ligne d'arrivée en briques, notamment lorsqu'ils s'imposent sur ce célèbre ovale.

Brickyard 400 - NASCAR

Brickyard 400 - NASCAR

Naming

C'est la stratégie marketing qui consiste à sponsoriser les événements, les courses et les circuits. Les courses ne s'appellent pas uniquement du nom du lieu sur lesquels elles prennent place, mais on y accole le nom du sponsor. Ainsi le South Point 400 pour le Las Vegas Speedway, le Ford EcoBoost 400 pour la finale à Homestead Miami ou encore le First Data 500 pour le Martinsville Speedway. Les sponsors peuvent changer d'une année sur l'autre, mais ils ne se limitent pas aux courses.

Les divisions de la NASCAR sont aussi sponsorisées. La première division, désormais appelée Cup Series, a eu plusieurs noms comme Monster Energy Cup Series depuis 2017 (jusqu'à fin 2019). Juste avant cela c'était Sprint Cup Series (l'opérateur télécom américain), Nextel Cup Series (un autre opérateur télécom...) et avant ça, la Winston Cup Series, l'une des plus célèbres et parodiée en Piston Cup Series dans le dessin animé Cars de Disney.
La seconde division est la Xfinity Series, celle des pick-up la Camping World Truck Series (les noms des sponsors des divisions inférieures). Aux USA, tout peut être sponsorisé, la présentation du White Flag (drapeau blanc) synonyme de dernier tour en course dispose aussi de son propre sponsor.

Coca Cola 600 - 1986 - Dale Earnhardt

NASCAR Winston Cup Coca Cola 600 - 1986 - Dale Earnhardt

Sweep

Lors d'une saison de NASCAR, il y a pas moins de 36 rendez-vous, pour 52 semaines, autant dire que le planning est chargé. Mais hormis 2 courses sur circuits routiers, il y a 34 courses sur ovales sur lesquels la NASCAR y retourne parfois deux fois dans la saison. Le match aller et le match retour en quelque sorte (notons que ces courses sont sponsorisées par des mandataires différents). Le pilote qui réussit à s'imposer deux fois sur le même circuit dans la saison réalise le Sweep, le doublé !

NASCAR

NASCAR

CRANK IT UP !!!

C'est le spectacle à l'Américaine, la séance Crank It Up !!! Cela consiste à ce que les commentateurs ne disent plus rien pendant ce laps de temps et la réalisation bascule les caméras au ras du sol, sur les murets extérieurs à la piste, dans le cockpit. Le but est d'augmenter le son afin de faire vibrer le salon comme si vous assistiez à la course, mettez un puissant ventilateur, il ne manque que l'odeur du pneu brûlé et vous y êtes !!! (Lé séquence a tendance à disparaître).