24 Heures du Mans 2018 : Victoire de la Toyota #8 Nakajima/Buemi/Alonso

2018-12-02T10:21:16+00:00dimanche 17 juin 2018|WEC|

Les 24 Heures du Mans 2018 s’achèvent sur une victoire qui n’a pas le goût de la surprise. C’est Toyota qui enlève la couronne après une course maîtrisée mais pas vraiment disputée de ses concurrents.

C’est donc après 20 tentatives que le constructeur japonais succède enfin à Mazda. On se souvient tous de la victoire en 1991 de Mazda et son moteur rotatif.

24 Heures du Mans, encore des déçus…

A moins de 50 minutes du drapeau à damier, la BR1 du SMP Racing #11 connait un nouveau souci mécanique. Après une entame de course dans le box pour un souci mécanique, Jenson Button crut ne pas pouvoir courir ces 24 Heures du Mans.
Ils réaliseront néanmoins quelques heures, avec pour objectif d’inscrire quelques points, ils étaient 5ème en LMP1. Mais la mécanique en décidera autrement, et le pilote britannique voit sa première édition des 24 Heures du Mans partir en fumée au virage d’Indianapolis.

La dernière heure, la plus dure

La Toyota #7 de Conway/Kobayashi/López a eu une belle frayeur en oubliant de ravitailler. S’en est suivi un tour au ralenti causant la plus grande panique chez les passionnés du Mans. Mais Kamui Kobayashi a dû adopter un rythme sous régime de Full Course Yellow pour ne pas surconsommer. Ensuite, la direction de course a rappelé par 2 fois la Toyota pour des pénalités de Stop&Go de 10″ (excès du nombre de tours par relais et excès vitesse en Slow Zones).

La lutte intense en LMGTE-Pro

Si la catégorie reine n’a pas offert un spectacle haletant, les GT nous ont tenu éveillé. Mais quel spectacle de la part des LMGTE-Pro entre Porsche et Ford à la lutte pare-choc contre pare-choc. Même si beaucoup de pilotes pestent contre la BoP, force est de constater que le spectacle est là, même après 20 heures de course.

LMGTE-Pro : Les 2 Porsche, la Pink Pig, puis la Rothmans défilent comme à la parade en tête de la catégorie. La Ford #68 du Chip Ganassi Racing Team USA est sur le podium.

La Porsche rose semble être appréciée des autres concurrents, tout du moins, pour prendre l’aspiration, comme très tôt ce matin.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_raw_html]JTNDaWZyYW1lJTIwc3JjJTNEJTIyaHR0cHMlM0ElMkYlMkZ3d3cuZmFjZWJvb2suY29tJTJGcGx1Z2lucyUyRnZpZGVvLnBocCUzRmhyZWYlM0RodHRwcyUyNTNBJTI1MkYlMjUyRnd3dy5mYWNlYm9vay5jb20lMjUyRmZpYXdlYyUyNTJGdmlkZW9zJTI1MkYxODc4ODkzMTAyMTY3MTM1JTI1MkYlMjZzaG93X3RleHQlM0QwJTI2d2lkdGglM0Q1NjAlMjIlMjB3aWR0aCUzRCUyMjU2MCUyMiUyMGhlaWdodCUzRCUyMjMxNSUyMiUyMHN0eWxlJTNEJTIyYm9yZGVyJTNBbm9uZSUzQm92ZXJmbG93JTNBaGlkZGVuJTIyJTIwc2Nyb2xsaW5nJTNEJTIybm8lMjIlMjBmcmFtZWJvcmRlciUzRCUyMjAlMjIlMjBhbGxvd1RyYW5zcGFyZW5jeSUzRCUyMnRydWUlMjIlMjBhbGxvd0Z1bGxTY3JlZW4lM0QlMjJ0cnVlJTIyJTNFJTNDJTJGaWZyYW1lJTNF[/vc_raw_html][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Au bout de la fiabilité, la victoire

Les 24 Heures du Mans c’est la course d’une vie, s’y imposer est indescriptible. Il faut attendre le drapeau à damier pour officialiser les victoires par catégories, voici le Top 3 à 10 minutes du but.

LMP1 : 1-Toyota #8 (Buemi/Nakajima/Alonso), 2-Toyota #7 (Conway/Kobayashi/López), 3-Rebellion Racing #3 (Laurent/Beche/Menezes)
LMP2 : 1-G-Drive Racing #26 (Rusinov/Orudzhev/Vergne), 2-Signatech Alpine Matmut #36 (Lapierre/Negrão/Thiriet), 3-Graff-SO24 (Gommendy/Hirshi/Capillaire)
LMGTE-Pro : 1-Porsche GT Team #92 (Christensen/Estre/Vanthoor), 2-Porsche GT Team #91 (Lietz/Bruni/Makowiecki), 3-Ford Ganassi Racing USA #68 (Müller/Bourdais/Hand)
LMGTE-Am : 1-Dempsey-Proton Racing #77 (Ried/Campbell/Andlauer), 2-Spirit of Race #54 (Flohr/Castellacci/Fisichella), 3-Keating Motorsports #85 (Keating/Bleekmolen/Stolz)

L’horloge Rolex affiche un décompte à zéro, les 24 heures se sont écoulées quand les Toyota sont dans les virages Porsche. Tout un symbole, les japonaises sont à la parade, elles vont franchir la ligne d’arrivée en vainqueur. Le trio Kazuki Nakajima / Sébastien Buemi / Fernando Alonso enlève le trophée des 24 Heures du Mans.