Il était une fois Audi au Mans…

2017-06-13T20:49:13+00:00

[vc_row][vc_column][vc_row_inner][vc_column_inner offset= »vc_hidden-md vc_hidden-sm vc_hidden-xs »][vc_column_text css= ».vc_custom_1497378598614{padding-top: 5px !important;padding-bottom: 220px !important;padding-left: 5px !important;background-image: url(https://franceracing.fr/wp-content/uploads/2017/03/audi-lemans-header.png?id=16028) !important;} »]

Il était une fois Audi au Mans …

Par | mardi 13 juin 2017|A la une en Endurance, Endurance, WEC[/vc_column_text][vc_column_text css= ».vc_custom_1493171847577{padding-top: 3px !important;padding-right: 3px !important;padding-bottom: 3px !important;padding-left: 3px !important;background-color: #2f2015 !important;} »]

Le 26 octobre 2016 le constructeur allemand décide de se retirer du FIA World Endurance Championship (WEC) à la surprise générale des fans d’endurance et de la marque, Audi laisse néanmoins une trace incommensurable au Mans, retour sur le succès de la marque au quatre anneaux.

[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner offset= »vc_hidden-lg »][vc_column_text css= ».vc_custom_1497378623444{padding-top: 5px !important;padding-bottom: 220px !important;padding-left: 5px !important;} »]

Il était une fois Audi au Mans …

Par | mardi 13 juin 2017|A la une en Endurance, Endurance, WEC

Le 26 octobre 2016 le constructeur allemand décide de se retirer du FIA World Endurance Championship (WEC) à la surprise générale des fans d’endurance et de la marque, Audi laisse néanmoins une trace incommensurable au Mans, retour sur le succès de la marque au quatre anneaux.

/!\ Attention : cet article est optimisé pour une lecture sur ordinateur ou écran large /!\[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_row_inner css= ».vc_custom_1488920778154{margin-top: 50px !important;} »][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]

C’était hier

Soit en 1999, l’année du commencement pour Audi au Mans. Malgré une grande ambition c’est aussi l’année de l’incertitude car Audi ne sait pas trop dans quel projet se lancer. Alors la décision est prise de se lancer dans deux programmes différents :

  • Le Mans Prototype avec la R8R (Prototype ouvert) préparée par le team Joest.
  • Grand Tourisme Prototype avec la R8C (Prototype fermé) préparée par le team Audi UK.

Deux R8R et deux R8C prennent le départ de l’édition 1999. Mais seules les R8R terminerons les 24 heures avec une 3e et 4e place. La R8R devient la R8 et Audi choisira Joest comme partenaire pour conquérir les années 2000.

[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_single_image image= »16083″ img_size= »large » onclick= »link_image »][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_column_text css= ».vc_custom_1488941711678{padding-top: 50px !important;} »]

La décennie magistrale (2000-2010)

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/2″ css= ».vc_custom_1488941332362{padding-top: 40px !important;} »][vc_column_text][TS_VCSC_Lightbox_Gallery content_images= »16102,16103,16105,16106,16111,16112,16113,16115,16116,16117,16119,16121,16124,16126,16127,16130,16131,16132,16133,16135,16128,16129,16122,16123,16125,16120″][/TS_VCSC_Lightbox_Gallery][/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/2″][TS-VCSC-Icon-Counter icon_position= »left » icon_size_slide= »16″ counter_value_start= »0″ counter_value_end= »169688″ counter_note= »kilomètres de course » counter_note_color= »#a91717″][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][TS-VCSC-Icon-Counter icon_position= »left » icon_size_slide= »16″ counter_value_start= »0″ counter_value_end= »12427″ counter_note= »tours en course » counter_note_color= »#a91717″][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_column_text css= ».vc_custom_1497253127264{margin-top: 15px !important;} »]

En 2000 Audi arrive avec trois R8. La monture est équipée d’un moteur V8 de 3595cc. Sans surprise, Audi réalise le triplé car son concurrent BMW préfère ne pas se défendre cette année-là. C’est aussi l’année de l’arrivée de Tom Kristensen, qui amène la R8 numéro 8 sur la plus haute marche du podium. Il enregistre sa deuxième victoire au Mans et interrompt surtout une série d’abandons (1998 et 1999 avec BMW). Au coté de Frank Biela et Emanuele Pirro, il renouvellera l’exploit les deux années suivantes. Ce qui fait d’Audi la sixième marque à réaliser cet exploit.

En 2003, c’est une Audi R8C modifiée et un peu particulière que l’on retrouve sur les deux premières places du podium au Mans puisqu’il s’agit de la Bentley. Mais qu’importe, c’est la même maison ! A noter que trois autres Audi R8 sont engagées cette année en supplément et occuperont la 3e et 4e place à l’arrivée. Car la numéro 10 tombera en panne d’essence dans la troisième heure. Et encore une fois c’est Tom Kristensen qui remportera l’édition au volant de la Bentley Speed 8 #7.

La 72ème édition des 24 Heures du Mans a lieu en 2004 et c’est aussi ma première édition sur place. Je me souviens de l’originalité du team Veloqx qui engage cette année deux R8 avec des couleurs violettes, avec dans la numéro 8 un certain Allan McNish, pour sa 5ème participation dans la Sarthe. Le pilote écossais terminera à la 5e place. Deux R8 sont également engagées, une avec le Audi Sport Japan Team Goh et l’autre avec ADT Champion Racing. La #5 remporte la course avec au volant … Tom Kristensen notamment. Ce dernier remportera la course en 2005 avec ADT Champion Racing. Il comptabilise alors 7 victoires au Mans, rien que ça. Enfin il est à noter que cette année, une Audi  est engagée par Oreca, aux couleurs bleues de la Playstation et à son bord 3 Français (Franck Montagny, Jean-Marc Gounon et Stéphane Ortelli). Le trio terminera au pied du podium.

En 2006 est l’année du DIESEL. Et pour marquer le coup, c’est aussi le retour de Joest au Mans. Et Audi engage deux nouvelles montures baptisées R10 avec à bord un V12 de 5499cc (on parlera de ce bijoux de technologie plus tard). La R10 fait tomber la pole position à 3’30″466 sur le circuit de 13,650 km. Audi s’impose mais Tom Kristensen est battu par la C60 de Pescarolo et ne finira qu’en 3e position devant 240 000 spectateurs cette année là.

En 2007 Audi réalise l’exploit de battre Peugeot après une course marquée par de nombreux rebondissements et des conditions climatiques changeantes et humides. Un exploit car la numéro 1 sauve l’honneur du trio Audi engagé cette année (la numéro 2 sort de la piste après 3570km de course et la numéro 3 sort également après seulement 313km). Le trio monte sur la plus haute marche du podium devant Peugeot et Pescarolo. Peugeot rate son retour au Mans devant plus de 250 000 spectateurs et moi-même dans ma modeste tente plantée entre deux arbres quelques part dans les Hunaudières. J’ai de mémoire ce son unique des Audi qui sifflent en harmonie quand elles se suivent en plein-gaz au niveau du Golf. Honnêtement je suis loin d’être le seul a avoir vu l’arrivée de la R10 comme un OVNI dans le paysage sarthois. Et à l’époque, personne ne le savait mais ce n’était que le début ! L’OVNI terminera également en tête en 2008 avec le trio Rinaldo Capello, Allan McNish et Tom Kristensen à bord de la numéro 2. D’ailleurs c’est l’unique victoire du trio et c’est un bonne revanche après l’abandon de l’année précédente. Et comme si tout cela n’était pas assez, Audi prépare son OVNI V2.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row css= ».vc_custom_1488941607257{margin-top: 20px !important;} »][vc_column][vc_raw_html]JTNDc2NyaXB0JTIwYXN5bmMlMjBzcmMlM0QlMjIlMkYlMkZwYWdlYWQyLmdvb2dsZXN5bmRpY2F0aW9uLmNvbSUyRnBhZ2VhZCUyRmpzJTJGYWRzYnlnb29nbGUuanMlMjIlM0UlM0MlMkZzY3JpcHQlM0UlMEElM0MlMjEtLSUyMGVudHJlJTIwc2hhcmVib3glMjBldCUyMGF1dGhvcmluZm8lMjBkYW5zJTIwYXJ0aWNsZSUyMC0tJTNFJTBBJTNDaW5zJTIwY2xhc3MlM0QlMjJhZHNieWdvb2dsZSUyMiUwQSUyMCUyMCUyMCUyMCUyMHN0eWxlJTNEJTIyZGlzcGxheSUzQWJsb2NrJTIyJTBBJTIwJTIwJTIwJTIwJTIwZGF0YS1hZC1jbGllbnQlM0QlMjJjYS1wdWItNjQxMjExNzEyMzM3MDgzMyUyMiUwQSUyMCUyMCUyMCUyMCUyMGRhdGEtYWQtc2xvdCUzRCUyMjk3MjI2NzM5MDAlMjIlMEElMjAlMjAlMjAlMjAlMjBkYXRhLWFkLWZvcm1hdCUzRCUyMmF1dG8lMjIlM0UlM0MlMkZpbnMlM0UlMEElM0NzY3JpcHQlM0UlMEElMjhhZHNieWdvb2dsZSUyMCUzRCUyMHdpbmRvdy5hZHNieWdvb2dsZSUyMCU3QyU3QyUyMCU1QiU1RCUyOS5wdXNoJTI4JTdCJTdEJTI5JTNCJTBBJTNDJTJGc2NyaXB0JTNF[/vc_raw_html][/vc_column][/vc_row][vc_row css= ».vc_custom_1488941607257{margin-top: 20px !important;} »][vc_column width= »1/3″][vc_column_text]

2009/2010 : O.V.N.I. acte 2

Cette année l’Automobile Club de l’Ouest (A.C.O.) applique un nouveau règlement technique et par conséquence Audi débarquera avec un nouveau modèle : la R15. Le manque de fiabilité flagrant de ce modèle, puis une sortie de piste en course mettra hors course 2 des 3 voitures engagées cette année. La voiture rescapée est la numéro 1 et terminera seulement sur la troisième place du podium. Oui « seulement » car c’est une déception évidement, laissant Peugeot et sa 908 aux deux premières places.

En 2010, Peugeot engage quatre 908 mais aucun des V12 français ne passera la ligne d’arrivée. De plus les R15+ rectifie son manque de fiabilité de la précédente R15 et les défauts signalés par les pilotes sont rectifiés. Ils feront une course sans faute et un triplé sous le drapeau à damiers. Audi occupe les 3 places du podium, une situation déjà vue… il y a dix ans.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »2/3″][vc_video link= »https://www.youtube.com/watch?v=EtmNOsgfiV8″][/vc_column][/vc_row][vc_row css= ».vc_custom_1493081955368{margin-top: 10px !important;background-color: rgba(0,0,0,0.2) !important;*background-color: rgb(0,0,0) !important;} »][vc_column][vc_column_text css= ».vc_custom_1493128369559{padding-bottom: 5px !important;} »]

Différence entre la R10 et la R15

[/vc_column_text][TS-VCSC-Image-Switch image_start= »18606″ image_end= »18607″ switch_type= »ts-imageswitch-slide » switch_trigger_slide= »ts-trigger-drag » switch_handle_color= »#0094ff » switch_click= »false »][vc_column_text]

déplacez le curseur pour découvrir la différence entre les deux modèles 

[/vc_column_text][vc_row_inner css= ».vc_custom_1493082096418{margin-top: 15px !important;} »][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text css= ».vc_custom_1493128387849{border-right-width: 3px !important;padding-right: 10px !important;border-right-color: #a91717 !important;border-right-style: solid !important;} »]

Audi R10 TDI

Première année au Mans : 2006
Dernière année au mans : 2009

Longueur : 4650 mm
Largeur : 2000 mm
Hauteur : 1030 mm
Poids : 925 kg

Type moteur : Moteur en V à 90° de 12 cylindres
Cylindrée moteur : 5500 cm3
Puissance : 650 chevaux
Couple : 1100 Nm
Transmission : Propulsion

[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text css= ».vc_custom_1493128403963{border-left-width: 3px !important;padding-left: 10px !important;border-left-color: #a91717 !important;border-left-style: solid !important;} »]

Audi R15 TDI

Première année au Mans : 2009
Dernière année au mans : 2010
Longueur : 4650 mm
Largeur : 2000 mm
Hauteur :  1030 mm
Poids : 930 kg (+ 5 kg)
Type moteur : Moteur en V à 90° de 10 cylindres (-2 cyl.)
Cylindrée moteur : 5500 cm3
Puissance : 650 chevaux
Couple : 1050 Nm (+20 Nm)
Transmission : Propulsion[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_column_text css= ».vc_custom_1497192627112{margin-top: 10px !important;padding-bottom: 10px !important;} »]

La R10 et la R15 utilisent un moteur Diesel turbocompressé mais celui de la R15 est petit, plus compact et plus léger, ce choix s’explique car le règlement a rendu le V12 moins optimal. L’aérodynamique fait l’objet de nombreuses études de dynamique des fluides (CFD) sur ordinateurs : « avec l’Audi R10, nous avions conçu la première voiture de course moderne à moteur diesel. Nous nous étions concentrés sur le moteur, complètement nouveau pour nous. Avec l’Audi R15, tout en faisant évoluer le moteur, nous avons surtout innové sur le châssis et l’aérodynamique« . explique Ralf Jüttner. La R15 évolue esthétiquement avec un nez travaillé pour améliorer la pénétration dans l’air, un aileron arrière suspendu, de nombreux décrochements sur le capot arrière et des flancs entaillés par des prises d’air et des sorties. Au niveau du châssis, les suspensions sont remontées et l’empattement allongé pour favoriser la stabilité.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column css= ».vc_custom_1489014327245{margin-top: 20px !important;} »][vc_raw_html]JTNDc2NyaXB0JTIwYXN5bmMlMjBzcmMlM0QlMjIlMkYlMkZwYWdlYWQyLmdvb2dsZXN5bmRpY2F0aW9uLmNvbSUyRnBhZ2VhZCUyRmpzJTJGYWRzYnlnb29nbGUuanMlMjIlM0UlM0MlMkZzY3JpcHQlM0UlMEElM0MlMjEtLSUyMGVudHJlJTIwc2hhcmVib3glMjBldCUyMGF1dGhvcmluZm8lMjBkYW5zJTIwYXJ0aWNsZSUyMC0tJTNFJTBBJTNDaW5zJTIwY2xhc3MlM0QlMjJhZHNieWdvb2dsZSUyMiUwQSUyMCUyMCUyMCUyMCUyMHN0eWxlJTNEJTIyZGlzcGxheSUzQWJsb2NrJTIyJTBBJTIwJTIwJTIwJTIwJTIwZGF0YS1hZC1jbGllbnQlM0QlMjJjYS1wdWItNjQxMjExNzEyMzM3MDgzMyUyMiUwQSUyMCUyMCUyMCUyMCUyMGRhdGEtYWQtc2xvdCUzRCUyMjk3MjI2NzM5MDAlMjIlMEElMjAlMjAlMjAlMjAlMjBkYXRhLWFkLWZvcm1hdCUzRCUyMmF1dG8lMjIlM0UlM0MlMkZpbnMlM0UlMEElM0NzY3JpcHQlM0UlMEElMjhhZHNieWdvb2dsZSUyMCUzRCUyMHdpbmRvdy5hZHNieWdvb2dsZSUyMCU3QyU3QyUyMCU1QiU1RCUyOS5wdXNoJTI4JTdCJTdEJTI5JTNCJTBBJTNDJTJGc2NyaXB0JTNF[/vc_raw_html][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column css= ».vc_custom_1489014327245{margin-top: 20px !important;} »][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]

La marque fait ses marques au Mans

[/vc_column_text][vc_column_text]

Depuis 2004, je vais au Mans et chaque année je constate la présence de Audi sur la piste (engagés dans la course avec les voitures officielles mais aussi présent en dehors de la piste : avec les véhicules de services : intervention rapide, Safety-Car, Race Control, Médical Car et j’en passe….), bref j’ai de plus en plus l’impression d’être chez Audi, pourtant rassurez-moi Le Mans est en France ?

Dans le Paddock, l’Hospitality est à lui seul une oeuvre architecturale, de plus il est rempli de véhicules Audi de série et l’arrière des stands ressemble à une annexe de l’usine.

La logistique du team joue donc un rôle très important, et d’ailleurs Docteur Ulrich sait nous le dire « Ce n’est pas seulement un grand challenge sportif et technologique, mais il doit être aussi préparé avec une grande précision en terme de logistique. Chez Audi Sport Team Joest, nous nous appuyons sur une équipe qui est chez elle sur les circuits mondiaux depuis des décennies. L’écurie sait ce qui compte parmi les choses les plus importantes comme pour les détails. » propos recueilli par endurance-info

[/vc_column_text][vc_empty_space height= »103px »][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_gallery interval= »3″ images= »16183,16184,16185,16186,16187,16188,16189,16191,16193″ img_size= »large » onclick= » »][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row parallax= »content-moving » parallax_image= »18633″ css= ».vc_custom_1493171663158{padding-bottom: 20px !important;background-position: center;background-repeat: no-repeat;background-size: cover !important;} »][vc_column][vc_column_text css= ».vc_custom_1493115504209{padding-bottom: 20px !important;} »]

2011 – 2016 : le règne de la R18

[/vc_column_text][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]

Audi R18 TDI : 2011

[/vc_column_text][TS-VCSC-Image-Switch image_start= »18624″ image_end= »18630″ switch_type= »ts-imageswitch-fade » switch_handle_color= »#000000″][vc_column_text css= ».vc_custom_1497193002267{padding-top: 5px !important;padding-right: 5px !important;padding-bottom: 5px !important;padding-left: 5px !important;background-color: rgba(0,0,0,0.65) !important;*background-color: rgb(0,0,0) !important;} »]

La partie cockpit de la R18 rappelle étrangement celui de la Bentley Speed 8, avec un pare brise très bombé, et un capot moteur qui se profile dans la longueur, pour se finir sur une arête presque verticale.

Poursuivant dans une stratégie de downsizing (procédés visant à réduire la cylindrée d’un moteur sans en dégrader la puissance finale et à améliorer le ratio puissance/litre pour en diminuer les émissions toxiques) est contraint par le nouveau règlement LMP1 d’utiliser une cylindrée du moteur moindre et des brides à l’admission d’air, le V10 R15 est abandonné et remplacé par un V6 TDI d’une cylindrée de 3,7l associé à une boîte S-tronic 6 rapports

Signature visuelle et esthétique des automobiles Audi depuis 2007, la R18 adopte également un éclairage entièrement à LED très performant.

[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]

Audi R18 e-tron quattro : 2012 – 2016

[/vc_column_text][TS-VCSC-Image-Switch image_start= »18626″ image_end= »18629″ switch_type= »ts-imageswitch-fade » switch_handle_color= »#000000″][vc_column_text css= ».vc_custom_1497193961441{padding-top: 5px !important;padding-right: 5px !important;padding-bottom: 5px !important;padding-left: 5px !important;background-color: rgba(0,0,0,0.65) !important;*background-color: rgb(0,0,0) !important;} »]

Après l’année 2012 durant laquelle les R18 e-tron quattro sont dominées sur la plupart des circuits lents par la TS030 Hybrid de Toyota. Audi a retravaillé la R18 durant l’intersaison afin d’en améliorer la performance. On note une révision des passages de roues avant, des échappements soufflés à l’intérieur des passages de roues arrière et une version dite « long tail » (queue de pie) qui sera dédiée aux 24 Heures du Mans. Cette version est plus longue que les R18 normales, à l’image des versions longues à l’époque du groupe C, la faute à un règlement limitant le porte-à-faux arrière à 750 mm.

La R18 version 2016 abandonne le volant d’inertie et laisse place aux batteries lithium-ion, et passe à la classe 6 MJ, contre 4 MJ en 2015. Le nouveau design permet de modifier la répartition du poids de la R18, le poids de l’auto passe à 875 kg, c’est le minimum qu’impose par le règlement 2016.

[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row css= ».vc_custom_1493168741227{margin-top: 15px !important;margin-bottom: 20px !important;border-top-width: 2px !important;border-right-width: 2px !important;border-bottom-width: 2px !important;border-left-width: 2px !important;border-left-color: #a91717 !important;border-left-style: ridge !important;border-right-color: #a91717 !important;border-right-style: ridge !important;border-top-color: #a91717 !important;border-top-style: ridge !important;border-bottom-color: #a91717 !important;border-bottom-style: ridge !important;} »][vc_column][vc_column_text css= ».vc_custom_1493157263760{padding-bottom: 10px !important;} »]

2011 : Fässler / Lotterer / Tréluyer sauve l’honneur d’Audi

[/vc_column_text][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/3″][vc_column_text css= ».vc_custom_1493157274815{margin-bottom: 5px !important;padding-top: 5px !important;padding-bottom: 10px !important;} »]

#3 – OUT

[/vc_column_text][vc_video link= »https://www.youtube.com/watch?v=JW3NDGk6YQE » align= »center »][vc_column_text]

Ces images impressionnantes ont fait le tour du monde, celle de l’Audi numéro 3 qui s’accroche avec la Ferrari n°58 d’Anthony Beltoise dans le S de la chapelle. La voiture alors pilotée par Allan McNish part en travers, s’envole et s’écrase dans le mur de pneus après quelques vrilles. L’Audi ne blessera que légèrement les journalistes et commissaires de piste présents derrière le rail et le pilote en sort indemne.

[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/3″][vc_column_text css= ».vc_custom_1493157280926{margin-bottom: 5px !important;padding-top: 5px !important;padding-bottom: 10px !important;} »]

#1 – OUT

[/vc_column_text][vc_video link= »https://youtu.be/YAu3pMgmvpU?t=41s » align= »center »][vc_column_text]

Après huit heures de course, l’Audi n°1, percutée par la Ferrari 458 Italia n°71, part à la faute à plus de 320 km/h et s’écrasant dans le mur à 303 km/h selon les données télémétriques. Transporté à l’hôpital, le pilote Mike Rockenfeller, sera seulement contusionné. La course est interrompue environ 2 h 20.

[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/3″][vc_column_text css= ».vc_custom_1493157286551{margin-bottom: 5px !important;padding-top: 5px !important;padding-bottom: 10px !important;} »]

#2 – 1ER

[/vc_column_text][vc_single_image image= »18670″ img_size= »345×194″ alignment= »center » onclick= »link_image »][vc_column_text]

A 4 heures de l’arrivée : l’Audi no2 profite du manque de performances de la Peugeot sous la pluie pour creuser l’écart à 1 minute 16 secondes et arrive à ravitailler sans que la Peugeot no9 s’empare de la tête, Peugeot est en train de perdre la course.

La #2 franchit la ligne d’arrivée après une course folle, la Peugeot no9 arrive second à seulement 13 secondes. C’est la première victoire d’une femme ingénieur de course aux 24 Heures du Mans : Leena Gade

[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row css= ».vc_custom_1493860715799{padding-bottom: 15px !important;background-color: rgba(255,255,255,0.6) !important;*background-color: rgb(255,255,255) !important;} »][vc_column][vc_raw_html]JTNDc2NyaXB0JTIwYXN5bmMlMjBzcmMlM0QlMjIlMkYlMkZwYWdlYWQyLmdvb2dsZXN5bmRpY2F0aW9uLmNvbSUyRnBhZ2VhZCUyRmpzJTJGYWRzYnlnb29nbGUuanMlMjIlM0UlM0MlMkZzY3JpcHQlM0UlMEElM0MlMjEtLSUyMGVudHJlJTIwc2hhcmVib3glMjBldCUyMGF1dGhvcmluZm8lMjBkYW5zJTIwYXJ0aWNsZSUyMC0tJTNFJTBBJTNDaW5zJTIwY2xhc3MlM0QlMjJhZHNieWdvb2dsZSUyMiUwQSUyMCUyMCUyMCUyMCUyMHN0eWxlJTNEJTIyZGlzcGxheSUzQWJsb2NrJTIyJTBBJTIwJTIwJTIwJTIwJTIwZGF0YS1hZC1jbGllbnQlM0QlMjJjYS1wdWItNjQxMjExNzEyMzM3MDgzMyUyMiUwQSUyMCUyMCUyMCUyMCUyMGRhdGEtYWQtc2xvdCUzRCUyMjk3MjI2NzM5MDAlMjIlMEElMjAlMjAlMjAlMjAlMjBkYXRhLWFkLWZvcm1hdCUzRCUyMmF1dG8lMjIlM0UlM0MlMkZpbnMlM0UlMEElM0NzY3JpcHQlM0UlMEElMjhhZHNieWdvb2dsZSUyMCUzRCUyMHdpbmRvdy5hZHNieWdvb2dsZSUyMCU3QyU3QyUyMCU1QiU1RCUyOS5wdXNoJTI4JTdCJTdEJTI5JTNCJTBBJTNDJTJGc2NyaXB0JTNF[/vc_raw_html][/vc_column][/vc_row][vc_row video_bg= »yes » video_bg_url= »https://www.youtube.com/watch?v=AnS5GUv-PgE » css= ».vc_custom_1493170682134{padding-bottom: 15px !important;background-color: rgba(255,255,255,0.6) !important;*background-color: rgb(255,255,255) !important;} »][vc_column][vc_row_inner css= ».vc_custom_1493170821681{margin-right: 5px !important;margin-left: 5px !important;padding-right: 5px !important;padding-left: 5px !important;background-color: rgba(255,255,255,0.6) !important;*background-color: rgb(255,255,255) !important;} »][vc_column_inner][vc_column_text css= ».vc_custom_1497195665820{margin-bottom: 10px !important;} »]

Qui est Leena Gade ?

Leena Gade a grandi en grande partie en Angleterre, elle et sa sœur cadette, Teena s’intéressent à l’ingénierie et à la Formule 1 attirées par « ce que les machines pouvaient faire ».

Leena Gade a étudié l’ingénierie à l’Université de Manchester, et obtient son Master de Science en Génie Aérospatial en 1998. Puis, elle s’inscrit à l’université où elle est l’une des seules cinq élèves femmes dans une classe de 100 candidats.

Après l’université, Leena Gade a travaillé en tant qu’ingénieur de finition pour Jaguar pendant six ans et demi. Dans le même temps, elle a travaillé à temps partiel en tant qu’ingénieur pour les équipes de course de la Formule BMW, A1 Grand Prix, et GT Racing.

En 2006, elle va aux 24 Heures du Mans pour la première fois dans le cadre de l’équipe Chamberlain Synergy Le Mans Prototype. Elle a commencé à travailler pour l’équipe Audi Sport team Joest en 2007. En 2011, elle devient la première femme ingénieur de course à remporter une victoire au Mans, avec les pilotes André Lotterer, Benoît Tréluyer et Marcel Fässler. Elle et son équipe sont de nouveau victorieux en 2012 et 2014.

En décembre 2012, Gade a été nommée « Man of the Year » du Championnat du monde d’endurance FIA, et le même mois, elle a reçu le C&R Racing Women in Technology award. En 2013, elle a été nommée ambassadrice de la FIA de la Commission pour les Femmes dans le sport automobile.

Leena Gade quitte Audi après Le Mans 2016 pour rejoint Bentley.

 

[/vc_column_text][vc_btn title= »Interview (Oct 2011) » style= »custom » custom_background= »#a91717″ custom_text= »#ffffff » shape= »square » size= »sm » align= »center » i_icon_fontawesome= »fa fa-youtube-play » add_icon= »true » link= »url:https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3D1z5m4djTKDM||target:%20_blank| »][vc_btn title= »Profil Linkedin » style= »custom » custom_background= »#0084bf » custom_text= »#ffffff » shape= »square » size= »sm » align= »center » i_icon_fontawesome= »fa fa-linkedin » add_icon= »true » link= »url:https%3A%2F%2Fwww.linkedin.com%2Fin%2Fleena-gade-48044818%2F%3Fppe%3D1||target:%20_blank| »][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row equal_height= »yes » css= ».vc_custom_1493213808134{margin-top: 20px !important;} »][vc_column width= »1/2″ css= ».vc_custom_1493213777296{border-top-width: 3px !important;border-bottom-width: 3px !important;border-left-width: 3px !important;border-left-color: #a91717 !important;border-left-style: solid !important;border-top-color: #a91717 !important;border-top-style: solid !important;border-bottom-color: #a91717 !important;border-bottom-style: solid !important;} »][vc_column_text]

2012

Cette année, Audi engage 2 modèles de la R18 évoluée : la R18 Ultra et 2 R18 e-tron quattro, c’est l’année de transition, à noter parmi les 12 pilotes inscrits la présence de 3 Français : Romain Dumas, Loïc Duval sur la #3 R18 Ultra et Benoît Tréluyer à bord de la R18 e-tron quattro #1, cette dernière est placée en pole position par André Lotterer et sera victorieuse de la 80ème édition devant 240 000 spectateurs et… sans la présence de Peugeot qui décida de mettre un terme à son programme. Toyota présent pour sa première année accusera 2 abandons sur 2 TS030 Hybrid engagées.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″ css= ».vc_custom_1493213694982{background-color: #a91717 !important;} »][vc_column_text css= ».vc_custom_1497218019692{padding-bottom: 25px !important;} »]

2013

Ce sont 2 des 3 Audi R18 e-tron quattro engagées cette année qui connaîtront quelques soucis de fiabilité. L’Audi #1, victorieuse en 2012 restera 45 minutes à son stand pour des problèmes de boîte de vitesse et d’alternateur. Elle perd 11 tours sur les premiers. Quelques minutes plus tard, l’Audi #3 connaîtra également des problèmes, perdant 2 tours. A 48 minutes de l’arrivée, la Toyota #7 perd le contrôle au virage Porsche, laissant la troisième place à l’Audi #3. Tom Kristensen s’impose pour la neuvième fois de sa carrière. C’est aussi l’année de la mort en course de Allan Simonsen survenu après 10 minutes de course seulement

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row equal_height= »yes » content_placement= »middle » css= ».vc_custom_1493217029357{margin-top: 20px !important;background-color: #010101 !important;} »][vc_column width= »1/2″][TS-VCSC-Lightbox-Image content_image= »18749″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]

Audi et ses 25 ans du TDi

2014 : c’est l’année des 25 ans de commercialisation du moteur TDi, cette technologie a vu le jour sous l’impulsion de la crise pétrolière des année 1970, aidé par Bosh, Audi choisit comme procédé le multijet, largement utilisé aujourd’hui sur ses modèles engagés au Mans.

[/vc_column_text][vc_btn title= »25 ans de Audi TDI » style= »custom » custom_background= »#a91717″ custom_text= »#ffffff » shape= »square » size= »sm » align= »center » i_icon_fontawesome= »fa fa-newspaper-o » add_icon= »true » link= »url:http%3A%2F%2Fwww.guideautoweb.com%2Farticles%2F26090%2F25-ans-de-audi-tdi-les-jalons-technologiques%2F||target:%20_blank| »][vc_column_text css= ».vc_custom_1497473895844{padding-bottom: 5px !important;} »]

Le Mans est un laboratoire de l’automobile, il a permis à de nombreuses technologies de se développer et de faire ses preuves : les pneumatiques, l’aérodynamique, les groupes propulseurs ultra-performants, des systèmes de récupération d’énergie mais aussi des évolutions au niveau de la sécurité, comme l’éclairage. Audi introduit dans la R18 un nouveau type d’éclairage très puissant et efficace. Les diodes laser émettent une lumière monochrome et homogène, avec une longueur d’onde de 150 nanomètres. Marcel Fässler, vainqueur des 24 Heures du Mans à deux reprises, est enthousiaste : « Plus qu’un pas en avant, c’est trois pas en avant ! La lumière laser est plus intense, plus homogène et plus précise.» C’est un complément parfait aux phares LED, qui offre une fonction spéciale pour les virages et un éclairage optimal de l’apex.

[/vc_column_text][vc_btn title= »Eclairage Laser par Audi » style= »custom » custom_background= »#a91717″ custom_text= »#ffffff » shape= »square » size= »sm » align= »center » i_icon_fontawesome= »fa fa-newspaper-o » add_icon= »true » link= »url:http%3A%2F%2Fwww.audi.fr%2Ffr%2Fweb%2Ffr%2Fvorsprung_durch_technik%2Fcontent%2F2014%2F04%2Feclairage_laser.html||target:%20_blank| »][/vc_column][/vc_row][vc_row equal_height= »yes » css= ».vc_custom_1493217537901{margin-top: 20px !important;border-top-width: 3px !important;border-right-width: 3px !important;border-bottom-width: 3px !important;border-right-color: #a91717 !important;border-right-style: solid !important;border-top-color: #a91717 !important;border-top-style: solid !important;border-bottom-color: #a91717 !important;border-bottom-style: solid !important;} »][vc_column width= »1/2″ css= ».vc_custom_1493217518709{background-color: #a91717 !important;} »][vc_column_text css= ».vc_custom_1497474102255{padding-bottom: 25px !important;} »]

2014 : l’arrivée des cousines

Lors des essais, Loic Duval est victime d’un énorme crash « Je ne me souviens de rien, je ne sais même pas comment l’accident s’est déroulé, j’ai une cicatrice sur la jambe et on m’a posé 9 points de suture », La Audi #1 est détruite. Malgré cela, elle sera présente au départ de la course (donné par Fernando Alonso) en LMP1-H, la nouvelle catégorie décidée par l’ACO, aux cotés de 2 autres Audi, 2 Toyota et 2 Porsche.
Audi montre une nouvelle fois sa suprématie en occupant les deux premières marches du podium à l’arrivée malgré une pole décrochée par Toyota, cette dernière se voit piégée par la pluie en course et est victime d’un incident au petit matin. C’est la 13ème victoire d’Audi au Mans.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]

2015

Lors des qualifications, la première Audi du classement occupera seulement la 4ème place à 3 secondes de la pole position obtenue par la Porsche #18. Notons l’arrivée d’un nouveau concurrent dans la catégorie : Nissan avec 3 GT-R LM Nismo, mais elles n’inquiéteront pas Audi, ni même Porsche et Toyota. Porsche domine et à l’inverse de l’année précédente, les cousines occuperont cette fois-ci les deux premières marches du podium, et c’est l’Audi #7 qui complétera le podium. Pour se consoler, la Audi #7 pilotée par André Lotterer décrochera le record absolu du tour en course en 3 min 17 s 475 au 337ème tour. En 2015 c’est aussi la première année d’Audi sans Tom Kristensen.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row content_placement= »middle » css= ».vc_custom_1493856665652{margin-top: 20px !important;border-top-width: 2px !important;border-right-width: 2px !important;border-bottom-width: 2px !important;border-left-width: 2px !important;padding-bottom: 20px !important;border-left-color: #000000 !important;border-left-style: solid !important;border-right-color: #000000 !important;border-right-style: solid !important;border-top-color: #000000 !important;border-top-style: solid !important;border-bottom-color: #000000 !important;border-bottom-style: solid !important;border-radius: 4px !important;} »][vc_column width= »1/3″][vc_single_image image= »19213″ img_size= »large » alignment= »center »][/vc_column][vc_column width= »2/3″][vc_column_text]

Tom Kristensen ou « Monsieur Le Mans »

Si il y a bien un pilote Audi d’exception à retenir, c’est bien lui ! Le Danois, qui fêtera ses 50 ans au mois de Juillet prochain et retraité de l’épreuve, a un palmarès exceptionnel, il cumule les statistiques suivantes :

– Première participation = première victoire
– 14 podiums en 18 participations
– Chaque fois que sa voiture est passée sous le drapeau à damiers c’était pour un podium
– Seulement 4 abandons en 18 participations »

« Crains l’âme, mais ne la cultive pas, car elle ressemble à un vice ».

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column offset= »vc_hidden-md vc_hidden-sm vc_hidden-xs »][vc_single_image image= »19224″ img_size= »large » alignment= »center »][vc_row_inner css= ».vc_custom_1493859501419{margin-right: 39px !important;margin-left: 39px !important;background-image: url(https://franceracing.fr/wp-content/uploads/2017/03/audi-lemans-header.png?id=16028) !important;} »][vc_column_inner][vc_column_text css= ».vc_custom_1497474792538{margin-bottom: 20px !important;padding-right: 5px !important;padding-bottom: 5px !important;padding-left: 5px !important;background-color: rgba(255,255,255,0.7) !important;*background-color: rgb(255,255,255) !important;} »]

2016 : « We hope you will come back one day… »

Le contexte de l’édition est un peu spécial, bien que l’ACO ait prévu 4 stands supplémentaires, portant le nombre d’engagés à 60, Porsche et Audi arrivent dans la Sarthe avec seulement 2 voitures chacun souffrant du dieselgate (la polémique/scandale industrielle du groupe VAG). De plus le projet Nissan étant un échec, la marque ne renouvellera pas ses engagements cette année. Néanmoins les Allemandes retrouveront deux Toyota TS050 Hybrid. Alors qu’on assiste à des essais pluvieux, la grille de départ est respectivement occupée par une suite de paire : Porsche, Toyota, Audi et Rebellion.

À quelques minutes du départ de la course une pluie battante s’abat sur le circuit obligeant la direction de course à choisir un départ derrière la voiture de sécurité. C’est la première fois dans son histoire que les 24 Heures du Mans débuteront derrière une voiture de sécurité. Il faudra finalement attendre six tours de circuit et 50 minutes pour que la course débute réellement, à ce moment-là, nous le savons pas encore mais Audi s’élance pour sa dernière édition. Les deux Audi termineront à la 3ème et 4ème place, Porsche remporte la course de justesse car Toyota #6 est victime d’une panne en fin de course, mais termine deuxième en se stationnant sur la ligne. Loïc Duval / Lucas di Grassi / Oliver Jarvis occuperont donc la troisième place du podium.

[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_single_image image= »19225″ img_size= »large » alignment= »center »][/vc_column][/vc_row][vc_row css= ».vc_custom_1493859927271{margin-top: 30px !important;} »][vc_column offset= »vc_hidden-md vc_hidden-sm vc_hidden-xs »][vc_column_text css= ».vc_custom_1497378283524{padding-bottom: 15px !important;} »]

2016 : « We hope you will come back one day… »

Le contexte de l’édition est un peu spécial, bien que l’ACO ait prévu 4 stands supplémentaires, portant le nombre d’engagés à 60, Porsche et Audi arrivent dans la Sarthe avec seulement 2 voitures chacun souffrant du dieselgate (la polémique/scandals industrielle du groupe VAG). De plus le projet Nissan étant un échec, la marque ne renouvellera pas ses engagements cette année. Néanmoins les Allemandes retrouveront deux Toyota TS050 Hybrid. Alors qu’on assiste à des essais pluvieux, la grille de départ est respectivement occupée par une suite de paire : Porsche, Toyota, Audi et Rebellion.

À quelques minutes du départ de la course une pluie battante s’abat sur le circuit obligeant la direction de course à choisir un départ derrière la voiture de sécurité. C’est la première fois dans son histoire que les 24 Heures du Mans débuteront derrière une voiture de sécurité. Il faudra finalement attendre six tours du circuit et 50 minutes pour que la course débute réellement, à ce moment-là, nous le savons pas encore mais Audi s’élance pour sa dernière édition. Les deux Audi termineront à la 3ème et 4ème place, Porsche remporte la course de justesse car Toyota #6 est victime d’une panne en fin de course, mais termine deuxième en se stationnant sur la ligne. Loïc Duval / Lucas di Grassi / Oliver Jarvis occuperont donc la troisième place du podium.

[/vc_column_text][vc_column_text]

En 2014, Audi avait salué l’arrivée de Porsche, à son tour Porsche salue et remercie Audi avec un message fort « Nous espérons que vous reviendrais un jour… »

[/vc_column_text][vc_video link= »https://www.youtube.com/watch?v=Wg8TtuXvkug »][vc_column_text css= ».vc_custom_1493860033351{padding-top: 40px !important;padding-bottom: 40px !important;} »]

A bientôt Audi

[/vc_column_text][vc_column_text css= ».vc_custom_1493860445520{padding-bottom: 60px !important;} »]

Remerciements et inspirations
Wikipédia – Audi Mediacenter – AutomotivPress – les24heures.fr – ACO – lemans.org – Endurance Info – guideautoweb – actusmoteur – audimotorsport

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]