A la fin de la saison 2005 le WRC est chamboulé avec le départ de Peugeot, Citroën, Skoda et Mitsubishi ! De plus, le championnat a été endeuillé par le décès du champion 2001 Richard Burns des suites d'une tumeur et de Michael Park (copilote de Markko Märtin) lors du rallye de Grande-Bretagne...

Subaru et Ford sont toujours présents mais les "privés" sont nombreux. Néanmoins, ce n'est pas l'équipage attendu qui sortira vainqueur de ce 74ème Monte-Carlo !

Les Forces en présence

Chez Subaru, le chef de file est bien entendu le Champion du Monde 2003 Petter Solberg accompagné par Stéphane Sarrazin et l'australien Chris Atkinson. Après une saison de transition en 2005, M-Sport et Ford alignent une belle équipe à l'accent finlandais avec le Champion du Monde 2000 et 2002 Marcus Grönholm et le jeune Mikko Hirvonen.

Néanmoins on ne s'attend pas à faire des étincelles : le Monte-Carlo c'est pas le truc du grand Marcus qui n'y a jusqu'alors récolté une 4ème place pour meilleur résultat. Ford dispose également d'une équipe bis avec Matthew Wilson et le belge Pieter Tsjoen.

Citroën a pris une année sabbatique pour développer la future C4 WRC, les Xsara sont confiées à l'équipe belge Kronos Racing mais personne n'est dupe, Citroën reste dans l'ombre ! Bien entendu le pilote numéro 1 est Sébastien Loeb, Champion du Monde lors des 2 saisons précédentes et déjà triple vainqueur en principauté. Le duo Loeb/Elena est accompagné par les espagnols Xevi Pons et Dani Sordo qui fait à cette occasion ses grands débuts en WRC !

Les 307 WRC seront à surveiller avec Manfred Stohl, Henning Solberg (le grand frère de Petter) et Toni Gardemeister. Les 2 Skoda sont engagées par Red Bull pour Andreas Aigner et surtout Gilles Panizzi !

Une dernière aventure en WRC pour Panizzi qui approche doucement de la retraite sportive... Une Skoda est également engagée par First Motorsport pour le fantasque François Duval... Le très rapide belge reste tout de même le dernier vainqueur en date en WRC avec sa victoire lors du Rallye d'Australie 2005. L'italien Gianluigi Galli est présent sur une Mitsubishi Lancer WRC.

Subaru - Chris Atkinson / Petter Solberg / Stéphane Sarrazin

Etape 1 : Loeb caracole en tête... et bascule !

Le rallye démarre par un passage au col de la Couillole, une spéciale qui n'était plus empruntée depuis 1984. Le duo Loeb/Elena assomme d'emblée la concurrence en signant le scratch 25"5 devant... Gilles Panizzi ! Galli est à 26", Grönholm à 36"5... Le 7ème est déjà plus d'une minute ! Sur 22 km, ça fait déjà mal... La seconde spéciale est remportée par Marcus Grönholm et Timo Rautiainen pour 2"5 sur Loeb et 7"9 sur Panizzi.

Panizzi perd 49" dans l'ES4 et Grönholm lui chipe sa seconde place, néanmoins il est déjà à plus d'une minute de Loeb. Duval se rappelle au bon souvenir de tous en remportant l'ES5 devant Sarrazin et Loeb. Néanmoins chez Subaru ce n'est pas la fête : Atkinson est 4ème avec l'ancien modèle de l'Impreza tandis que Sarrazin et Solberg pointent respectivement aux 7ème et 10ème places !

Mais le rallye bascule dans la dernière spéciale du jour : scratch de Grönholm devant les 307 de Stohl et Gardemeister, mais où est Loeb ? L'alsacien s'est fait piéger par le verglas et est sorti de la route... La Xsara a glissé en contrebas de la route mais avec très peu de dégâts ! Loeb et Elena pourront repartir en Super Rallye avec une pénalité de 5 minutes.

Grönholm rentre au parc en tête avec 1'23"7 sur Atkinson, 1'27"1 sur Gardemeister. Panizzi est quatrième devant Stohl, Duval et Sarrazin. Loeb se retrouve 8ème à 3'43"6 du leader, la victoire est hors de portée mais une belle remontée est clairement possible.

Peugeot 307 WRC - Toni Gardemeister

Etape 2 : Grönholm contrôle

Loeb passe à l'attaque : il remporte les 3 spéciales de la matinée et se retrouve sixième, il gagne une place suite à la sortie de Duval dans l'ES9. Et Loeb ne s'arrête pas là car il ne fait qu'une bouchée des 2 spéciales de l'après-midi.

A la fin de cette seconde étape, Loeb et Elena sont remontés à la 4ème place à 2'41"6 du leader ! En tête Marcus Grönholm contrôle sagement sa course, il mène avec un peu plus de 2 minutes d'avance sur Gardemeister et Stohl. Loeb et Sarrazin complètent le top 5. Il reste 6 spéciales avant l'arrivée et Loeb est clairement en capacité d'aller chercher une seconde place.

BP Ford World Rally Team - Marcus Grönholm

Etape 3 : La folle remontée de Loeb

Dès le premier passage dans le col de Braus, l'Alsacien refait la moitié de son retard sur Gardemeister et Stohl ! Mais Gardemeister réplique dans l'ES14 en reprenant 5"2 à Loeb, mais pour Stohl l'espoir d'un podium monégasque semble s'éloigner : il n'a plus que 3"8 d'avance sur Loeb.
Loeb réplique et remporte la dernière spéciale de cette première boucle devant Gardemeister et Sarrazin. Loeb est de nouveau sur le podium provisoire et à moins de 15" de la place de dauphin...

Loeb remporte l'ES16 2"3 devant Gardemeister et 2"5 devant Grönholm. Stohl remporte l'avant-dernière spéciale devant Sarrazin. La dernière spéciale fait plus de 30km et Loeb compte 6"2 de retard sur la 307 WRC de Gardemeister... Stohl régale et remporte la dernière spéciale 18"7 devant Loeb, 36" devant Sarrazin et Gardemeister concède 46"2 et sa seconde place !

Tout en sagesse, Marcus Grönholm et Timo Rautiainen remportent leur seul Monte-Carlo avec un peu plus d'une minute d'avance sur Sébastien Loeb et Daniel Elena. La folle remontée de Loeb lui a permis de glaner des points qui seront très précieux en fin de saison !
Gardemeister termine 3ème tandis que Stohl et Sarrazin complètent le top 5. Belle 8ème place de Dani Sordo pour ses débuts en WRC. Le japonais Fumio Nutahara termine 17ème et premier du Groupe N.

© Pinterest - Kronos Racing - Sébastien Loeb / Daniel Elena