Retour de la MotoGP au Brésil après l'avoir quitté en 2004, lorsque la course se déroulait sur le circuit de Jacarepaguá. 

Retour au Brésil pour la MotoGP qui roulera sur le nouveau circuit de Rio de Janeiro. Le contrat signé avec Rio Motorsports débute dès 2022, au lieu de 2021 comme annoncé il y a quelques mois, pour une durée de cinq ans.

"Cette annonce comme quoi nous accueillerons d’ores et déjà une compétition sur ce tout nouveau tracé de Rio, constitue une belle avancée pour notre ville. La construction du circuit de Deodoro est un projet spectaculaire qui générera 7000 emplois et permettra à notre ville de regagner un rôle majeur dans l’organisation de compétitions mondiales. Cela permettra aussi de développer la région et tout particulièrement de stimuler le secteur du tourisme, sans que la ville n’investisse un centime'', déclare Marcelo Crivella, maire de Rio de Janeiro.

"Je suis très fier d’annoncer que le MotoGP fera son retour à Rio de Janeiro - l’une des villes les plus emblématiques au monde, dans un pays tout aussi extraordinaire. Le Brésil est un marché important pour notre industrie, pour les courses autos / motos, avec une histoire qui suscite la fierté et un avenir auquel je suis impatient d’assister. Un avenir où le MotoGP jouera un rôle vital dès notre retour en 2022'', déclare Carmelo Ezpeleta, PDG de la Dorna Sports.

Un projet sous enquête

Alors qu'un contrat a été signé, le circuit de Rio de Janeiro est toujours sous enquête. D'après El Globo, une irrégularité a été constatée dans l'appel d'offres remporté par la société Rio Motorpark Holding. Selon le média brésilien, l'homme à la tête de la société qui a remporté la mise aurait été un partenaire de la société qui a mené des études sur l'appel d'offres. Certains définissent cette affaire comme l'un des plus grands cas de corruption connus à Rio de Janeiro.

Outre cette irrégularité, Rio Motorpark Holding ne dispose de 0,14% du capital nécessaire pour la construction du circuit, soit 22 806 euros sur les 15,74 millions demandés. Le coût du circuit est estimé à 159 millions d'euros.

Rappelons que la société victorieuse a été créée 11 jours avant le début de l'appel d'offres. Certains spécialistes considèrent l'entreprise comme une "société fantôme", n'ayant pas une infrastructure composée d'employés, ni d'un environnement.