A l'issue du Grand Prix de Hongrie, qui a été un cauchemar dans le clan Ferrari avec une stratégie totalement bâclée, Mattia Binotto s'en est défendu et assume ses choix. Que faut-il faire à présent ? Des têtes doivent-elles tomber ?

La F1 entame sa trêve estivale de 4 semaines et ne reviendra que fin août pour le Grand Prix de Belgique ! Cela ne sera pas de trop pour que Maranello se remette en question !

Faut-il du changement à la tête de Ferrari ?

Max Verstappen partira en vacances avec 80 points d'avance sur Charles Leclerc au classement des pilotes. Un gouffre que devra combler le Monégasque en seulement 9 courses ! C'est dire si la Scuderia Ferrari n'a plus son destin entre ses mains.

Faisons un constat assez simple en quelques questions : est-ce que la Scuderia Ferrari dispose d'une voiture capable d'être championne du monde ? Est-ce que Charles Leclerc est capable de devenir Champion du Monde de F1 ? Est-ce que la Scuderia Ferrari décrochera l'un des deux titres en 2022 ? Si vous avez répondu Oui, Oui, Non, c'est que vous n'êtes pas loin de la vérité !

A présent que faire au sein de la Scuderia Ferrari pour que de telles errements n'arrivent plus en course ? Car même si Mattia Binotto défend sa stratégie, n'importe quel quidam comprend qu'il se ment à lui-même !

Et dans le paddock, les langues se sont déliées à propos de la stratégie de Ferrari. L'ancien pilote de F1 Ralf Schumacher a déclaré que la décision de mettre Charles Leclerc sur le pneu dur pour son dernier relais était incompréhensible. "Je ne pense pas que Red Bull s'attendait à une telle aide", a-t-il déclaré à Sky Deutschland.

La stratégie de Ferrari biaisée dès le départ ?

Cependant, alors que le pneu dur semblait être un choix bizarre pour beaucoup, il apparaît que la stratégie de course de Ferrari avait en fait été déterminée bien plus tôt. "Ferrari n'avait pas d'autre option que le pneu dur", a déclaré Toto Wolff. "Il ne leur restait que des pneus durs et tendres, et il était trop tôt pour le mettre en softs. Ferrari a déjà fait l'erreur vendredi en ne gardant pas un jeu de Mediums neufs en stock."

Que ce soit chez Ferrari, Red Bull et Mercedes, toutes avaient un train de pneus Hard neufs, deux sets de pneus Medium neufs et trois jeux de pneus Soft usés avant le départ. Sur la grille, Russell en pole position s'élance avec les pneus Soft usés, Hamilton avec des Medium neufs comme les deux pilotes Ferrari. Derrière, Verstappen a pris le départ en Soft usés, Pérez avec des Soft neufs (sauvegardés car il n'a pas fait la Q3).

Le premier relais en pneus Medium de Leclerc était de 21 tours, le second n'a fait que 18 tours ! Pourquoi se sont-ils précipités dans les stands pour couvrir la stratégie de Verstappen qui venait de chausser les Medium, alors qu'eux optaient pour des pneus Hard, bien trop lents, comme Alpine l'avait démontré en piste ?

Max Verstappen a également pointé du doigt l'erreur de Ferrari, mais a en même temps tenu à saluer sa propre chef de la stratégie chez Red Bull (Hannah Schmitz) pour être toujours restée "incroyablement calme". "C'est incroyablement important si vous voulez vous battre pour un championnat", a déclaré le Néerlandais.

Jos Verstappen, est d'accord, il a déclaré à De Telegraaf : "Nos décisions ne sont pas toujours bonnes, mais oui, nos erreurs sont moins nombreuses. C'est pourquoi nous avons 80 points d'avance."

Le patron de Ferrari, Mattia Binotto, a admis que la victoire n'était pas possible pour eux ce dimanche. "Nous avions la bonne stratégie en France, également en Autriche, donc nous avons généralement raison. Parfois nous faisons des erreurs, mais les autres en font aussi. Comme je l'ai déjà dit, nous manquions de rythme et je ne pense pas que nous aurions gagné aujourd'hui."

Cependant, il ne fait aucun doute que l'enchaînement des erreurs de stratégie coûtera à l'équipe de Maranello son premier titre de pilote depuis 2007. Ferrari devrait-elle envisager de remplacer le chef de la stratégie Inaki Rueda ?

"Non seulement Inaki mais toute l'équipe est formidable et je les soutiens pleinement", insiste Binotto. "Je pense que lorsque nos adversaires font des erreurs, cela n'attire pas autant l'attention. Donc je soutiens complètement tout le monde dans l'équipe pour avoir fait un excellent travail dans l'ensemble."

Selon Ralf Schumacher, cependant, le rôle de Binotto en tant que directeur d'équipe pourrait commencer à être remis en question au fil du temps dans le contexte d'erreurs répétées. "Je vois sa position en danger", a-t-il déclaré. "Quand vous avez le cadeau de pouvoir aller chercher le championnat du monde avec Ferrari et que vous le gâchez de manière aussi négligente, cela devient difficile pour vous de vous justifier. Donc je le vois en danger pendant la pause estivale. Il y a trop de petites choses qui ne vont pas et trop de problèmes techniques."

Les erreurs stratégiques de Ferrari ne date pas de 2022, cela fait quelques saisons qu'elles s'accumulent, mais elles passaient inaperçues les années précédentes quand Ferrari n'avait pas la voiture pour la gagne. A présent sous les feux des projecteurs, c'est difficilement justifiable de jeter à la poubelles des occasions pareilles.

Et pour donner le ton de l'ambiance qui doit régner à Maranello, un tweet n'est pas passé inaperçu, celui de Lapo Elkann (Petit-fils de Gianni Agnelli et arrière-arrière-petit-fils du fondateur de Fiat Giovanni Agnelli) qui en dit long !