Après le succès d’une Ferrari en ouverture de saison en Australie, les Champions du Monde en tête ont à cœur de montrer leur pointe de vitesse. Le Grand Prix de Chine s’annonce indécis avec les conditions climatiques capricieuses. A l’heure du départ, la piste est humide obligeant les pneus rainurés d’être choisis.

C’est l’hésitation dans le paddock, certaines portions du circuit sont sèches. Dans les tours de reconnaissance, quelques pilotes ont tenté les pneus slicks. Seul Carlos Sainz tente le pari de s’élancer en pneus SuperSoft en 11e position, contre des pneus intermédiaires pour tous les autres sur la grille.

Parties chinoises

Vettel s’est décalé sur la grille pour optimiser son grip. A l’extinction des feux rouges, c’est un bon envol pour Hamilton qui conserve l’avantage. Vettel emmène Bottas au large sur le premier virage, mais aucun contact ne perturbera cet envol. Plus loin dans le peloton, Stroll ne voit pas Pérez à l’intérieur, il y a contact et le Canadien est contraint à l’abandon dans les graviers. Ceci provoque un drapeau jaune et une voiture de sécurité virtuelle. A la fin du premier tour, Hülkenberg plonge dans les stands pour chausser les pneus Soft (jaune).

Le classement au tour 2 : Hamilton, Vettel, Bottas, Ricciardo, Räikkönen, Kvyat, Verstappen, Alonso, Massa et Pérez.

C’est l’heure de pointe dans les stands… Vettel, Massa, Kvyat, Alonso, Ocon, Pérez, Magnussen, Ericsson, Vandoorne, Giovinazzi. Les pneus Soft sont sollicités (jaune), peut-être pour tenter le seul et l’unique arrêt.

Seul le top 5 est toujours en pneus intermédiaires, comme Hamilton, Bottas, Ricciardo, Räikkönen et Verstappen. La voiture de sécurité n’est plus, et ces 5 là ne rentrent pas aux stands pour changer leurs gommes. Ils continuent avec les Pirelli rainurés.

Antonio Giovinazzi sort de la piste et tape le muret des stands, la Sauber est détruite. C’est la voiture de sécurité réelle qui va faire son entrée en piste. Les pilotes Mercedes, sont dans la voie des stands, tout comme les 2 Red Bull et la Ferrari de Räikkönen. Tous les pilotes sont désormais en pneus slicks, une situation risquée lorsque ont voit la perte d’adhérence qu’a subi la Sauber de l’Italien. Tous les pilotes sont obligés d’emprunter la voie des stands, car la ligne de départ / arrivée est obstruée par la Sauber meurtrie.

Le classement au tour 5 : Hamilton, Ricciardo, Räikkönen, Verstappen, Bottas, Vettel, Alonso, Sainz, Kvyat et Massa.

Alors que la voiture de sécurité va s’effacer au tour 7, Bottas est parti à la faute en tentant de chauffer ses gommes. Il perd des places par poignées. Le Finlandais se relance en 12e position.

Jeu de dupes

Les pneus SuperSoft (rouge) semblent plus véloces que les Soft (jaune), ainsi Verstappen a pu faire l’extérieur à Räikkönen. Dans le peloton derrière, Pérez en délicatesse au virage 1, a pu décroiser avec Massa et Kvyat. Hamilton mène toujours devant Ricciardo, une bonne seconde devant ce dernier. Les Red Bull sont en embuscade, Ricciardo devançant Verstappen. Les Ferrari sont placées juste derrière, Räikkönen ayant des difficultés à contenir Vettel.

Max Verstappen fait le forcing sur Daniel Ricciardo, et plonge au freinage du virage 4 pour s’emparer de la 2e place. Le Néerlandais va essayer de chasser le leader de la course. Il signe le meilleur tour de la course en 1’40″405. Derrière l’Australien sur la Red Bull est en difficulté face aux Ferrari.

Lewis Hamilton réplique avec le meilleur tour en 1’39″358, imité par la Red Bull qui le poursuit en 1’39″375, les deux hommes de tête se jaugent. Les Ferrari perdent du temps derrière la Red Bull de Ricciardo. Max Verstappen reprend la meilleure référence en 1’39″238.

Au-delà des 5 protagonistes aux avant-poste de la course, Carlos Sainz sur la Toro Rosso est en 6e place, une belle performance, tout aussi impressionnante que celle de Fernando Alonso 7e sur la McLaren. Sergio Pérez est 8e sur sa Force India devant la Haas de Kevin Magnussen. Valtteri Bottas tente de refaire son retard suite à son erreur, il est 10e à près de 32″ de retard sur la tête de course.

En tête de course, Hamilton a réussi à prendre ses distances avec Verstappen avec près de 3’4 d’avance. La Red Bull est chaussée en pneus SuperSoft (rouge) qui sont moins endurants dans le temps que les gommes Soft (jaune) de la Mercedes.
Au tour 20, dans le virage 4, Vettel procède à la même attaque que Verstappen quelques tours plus tôt. Les Ferrari échangent de position. Le pilote allemand va essayer de chasser Ricciardo devant lui.

Vettel est proche de Ricciardo, qui lui fait l’extérieur au virage 4, les deux hommes sont jumelées à la sortie du virage, les deux monoplaces s’entrechoquent les pneus. C’est sans conséquence, mais la Ferrari s’est débarrassé de la Red Bull.

Le classement au tour 23 : Hamilton, Verstappen, Vettel, Ricciardo, Räikkönen, Sainz, Alonso, Bottas, Magnussen et Pérez.

Stratégies croisées

Sebastian Vettel fait son retard face à la Red Bull de Verstappen, il n’est plus qu’à une seconde derrière lui. Son rythme de course est bien meilleur et équipé des gommes Soft (jaune) qui peuvent effectuer plus de tours que les SuperSoft (rouge) de Verstappen. La Ferrari peut user de son DRS, il tente un rapprochement et en bout de ligne droite c’est le Néerlandais qui rate son freinage, sort au large et laisse la voie libre à la Ferrari.

La Red Bull de Verstappen rentre aux stands au tour 29 pour mettre à nouveau les SuperSoft. Le leader de la course compte près de 12 secondes d’avance sur Vettel, Ricciardo est à 18 secondes de la tête de course. Max Verstappen signe le meilleur tour en course avec ses gommes neuves en 1’36″722, repris immédiatement par Hamilton en 1’36″711. Est-ce le signe que l’Anglais souhaite changer ses gommes pour sécuriser un dernier relais serein ?

Dans le tour 34, Vettel effectue un arrêt pour chausser des pneus Soft (jaune), il laisse Räikkönen en seconde position. Bottas est rentré aux stands, imité par le leader de la course, un tour plus tard. Dans le tour 39, Ferrari rappelle Räikkönen aux stands. le Finlandais ressort en SuperSoft (rouge).

La Ferrari de Räikkönen est repartie derrière la Toro Rosso de Sainz. Il perdra quelques secondes sur son rythme, et parviendra à doubler le pilote espagnol dans la longue ligne droite sous DRS dans le tour 42.

Le classement au tour 42 : Hamilton, Vettel, Verstappen, Ricciardo, Räikkönen, Sainz, Bottas, Pérez, Magnussen et Ocon.

Rush final

Il reste moins de 10 tours à présent dans ce Grand Prix de Chine, Hamilton est solidement installé en tête de la course. Vettel se concentre à sécuriser sa seconde place. Pour la dernière place du podium, rien n’est fait. Ricciardo est dans les échappements de Verstappen, le plus dur reste à faire. Le pilote australien va essayer de subtiliser la 3e place de Verstappen, il lui reste 4 tours pour imposer sa manœuvre !

Lewis Hamilton entre dans dernier tour, les pilotes Red Bull sont logés sous la même seconde, un podium est en jeu ! Une petite alerte sur le freinage raté du virage 4, Ricciardo se rapproche il aborde la longue ligne droite sous DRS. Max Verstappen bloque ses roues à l’intérieur du virage, Ricciardo est à l’extérieur sans possibilité de décroiser la trajectoire, il est trop loin !

C’est une nouvelle victoire pour Lewis Hamilton, qui s’impose pour la 54e fois de sa carrière. Sebastian Vettel est second devant Verstappen qui sauve son podium. Ricciardo termine 4e devant les Finlandais Räikkönen et Bottas. Carlos Sainz termine sur une belle 7e place, Kevin Magnussent est 8e est inscrit des points pour Haas. Les deux Force India sont 9e et 10e, le pilote mexicain devant le pilote français.

Classement de course :

  1. L. Hamilton (Mercedes) Vainqueur des 56 tours en 1h37’36″160 (moyenne : 187.36 km/h)
  2. S. Vettel (Ferrari) +6″250
  3. M. Verstappen (Red Bull) +45″192
  4. D. Ricciardo (Red Bull) +46″035
  5. K. Räikkönen (Ferrari) +48″076
  6. V. Bottas (Williams) +48″808
  7. C. Sainz (Toro Rosso) +72″893
  8. K. Magnussen (Haas) +1 tour
  9. S. Pérez (Force India) +1 tour
  10. E. Ocon (Force India) +1 tour
  11. R. Grosjean (Haas) +1 tour
  12. N. Hülkenberg (Renault) +1 tour
  13. J. Palmer (Renault) +1 tour
  14. F. Massa (Williams) +1 tour
  15. M. Ericsson (Sauber) +1 tour
  16. F. Alonso (McLaren) abandon
  17. D. Kvyat (Toro Rosso) abandon
  18. S. Vandoorne (McLaren) abandon
  19. A. Giovinazzi (Sauber) abandon
  20. L. Stroll (Williams) abandon