Ils ont été plusieurs pilotes à troquer leur voiture habituelle des séries de promotion pour une F1. Entre premier essai et l'envie de se montrer pour l'avenir, les jeunes loups ont eu du travail en Hongrie. 

Mercedes

George Russell F1 Mercedes Hongrie

© Mercedes

L'équipe championne du monde a décidé de confier sa voiture lors des deux journées à George Russell. Le leader du championnat GP3 a effectué 119 tours ce mardi et 90 tours ce mercredi. Il a même pu essayer une version du Halo.

"C'était incroyable, j'ai attendu ça avec impatience depuis si longtemps. C'est le rêve de tous les jeunes pilotes de piloter une F1. Dès que je suis allé en piste, j'ai tout de suite compris combien le grip de cette voiture est incroyable. Heureusement pour moi, j'ai fait beaucoup de travail dans le simulateur avec Mercedes, alors je savais à quoi m'attendre'', expliquait-il à la fin de la première journée.

"J'ai été très satisfait du test. J'ai réussi à passer les deux jours sans être trop fatigué physiquement. J'ai l'impression d'avoir fait encore plus de tours. Il est évidemment extrêmement difficile de piloter la voiture 2017. Et il n'y a pas de repos dans un circuit comme celui-là, en particulier avec une température de 36 degrés'', conclut-il.

Ferrari

Charles Leclerc Ferrari F1 Hongrie

© Ferrari

Leader de la première journée, Charles Leclerc a fait sensation. L'actuel leader du championnat FIA F2 a bouclé 98 tours lors de son essai.

"Piloter une Ferrari n'est jamais une expérience « normale ». J'avais l'impression de piloter une voiture de course pour la toute première fois. C'est un grand honneur qui m'a été accordé et je remercie Ferrari de tout mon cœur pour cette opportunité. Je suis satisfait du travail que j'ai accompli et j'espère que l'équipe l'est aussi. Piloter la SF70H était un sentiment fantastique et venant de la F2, c'est un autre monde, de tous les points de vue. C'était la première fois que je pilotais une F1 avec les pneus plus larges et c'était un sentiment incroyable. J'ai également appris beaucoup du travail dans le garage. Ferrari a les meilleurs ingénieurs du monde et je me suis senti très à l'aise. Faire le temps le plus rapide est agréable, mais, lors des essais, son importance n'est que relative'', déclarait-il.

Force India

Nikita Mazepin et Lucas Auer se sont partagé le volant lors des deux journées d'essais. Lors de la première journée, Nikita Mazepin a signé le 6e temps avec 52 tours parcourus alors que Lucas Auer, dont c'était la première sortie au volant d'une F1, a signé le 9e temps, avec 53 tours bouclés.

Lors de la seconde journée, Lucas Auer a signé le 7e temps, avec 49 tours parcourus. Nikita Mazepin a parcouru 48 tours et a signé le 9e temps.

Williams

Luca Ghiotto Williams F1 Hongrie

© Williams

Luca Ghiotto a fait ses débuts dans une F1 à l'occasion de la seconde journée des essais hongrois. Le pilote italien, 5e du championnat FIA F2, a signé le 11e temps. Il a ainsi parcouru 161 tours, réalisant le plus grand nombre de tours sur les deux journées.

"C'était incroyable et maintenant que la journée est terminée, je peux dire que cela a été plus incroyable que je ne l'avais pensé. Je suis vraiment heureux aujourd'hui, surtout parce que je peux voir que l'équipe est heureuse du travail que nous avons accompli, toutes les choses que nous avons testées ont bien fonctionné et nous étions bons. Nous avons pu ressentir tous les changements que nous avons faits. La voiture est incroyable à piloter et bien sûr, cela m'a beaucoup aidé à m'adapter à une voiture aussi formidable. J'ai fait de nombreux tours dont je suis surpris. Je ne pouvais pas croire que je pouvais faire 161 tours, ce qui est beaucoup, surtout sur une piste si étroite pendant une journée aussi chaude, alors oui, je suis vraiment heureux de ma journée entière'', déclarait-il.

McLaren

Lando Norris McLaren F1 Hongrie

© McLaren

Lando Norris a été la sensation de cette seconde journée. L'actuel deuxième du championnat FIA F3 a fini deuxième de la journée et a bouclé 91 tours.

"Aujourd'hui, ça a été une journée très excitante pour moi, et quelque chose que j'attendais avec impatience depuis longtemps. Ce fut une très bonne journée, et c'est très productif pour nous tous. J'ai réussi à passer en revue tous les tests que l'équipe m'a demandé de compléter, et tout s'est bien déroulé. S'adapter à la voiture était d'abord un défi, mais à la fin de la journée, je me sentais très à l'aise'', déclare-t-il.

Toro Rosso

Sean Gelael Toro Rosso F1 Hongrie

© Toro Rosso

Sean Gelael a pris le volant de la voiture italienne lors de la première journée. Réalisant le 8e temps, il a couru 100 tours.

"J'ai vraiment apprécié la journée. Je me sentais beaucoup plus à l'aise dans la voiture aujourd'hui que la dernière fois à Bahreïn - avoir un nouveau siège m'a aidé ! C'était dommage d'avoir été un peu lent ce matin, mais à la fin, ça s'est avéré être une journée très productive. Nous avons effectué 100 tours et j'espère que l'équipe est satisfaite de mon pilotage et de la façon dont j'ai contribué à la mise en place de la voiture. Il a fait très chaud là-bas aujourd'hui, mais, une fois que mon corps s'était habitué à ça, ça allait bien'', déclarait-il.

Haas

Santino Ferrucci Haas F1 Hongrie

© Haas

L'équipe américaine a confié sa voiture à un pilote américain. Durant deux jours, Santino Ferrucci a parcouru un total de 217 tours (101 mardi et 116 mercredi). Il a réalisé le 10e temps lors de la première journée et le 12e temps lors de la seconde.

"Le matin, j'ai eu du mal à m'adapter à la voiture. J'ai fait trois ou quatre tours avant d'être acclimaté et heureux dans la voiture. L'après-midi, nous avons fait de bons changements. En fin de compte, j'ai pu pousser un peu plus et travailler sur mon propre pilotage. Je pense utiliser maintenant presque 95% de la voiture'', déclarait-il à la fin de la première journée.

"Le matin était bon. Nous avons fait deux ou trois bons tours avec les pneus Soft, avec un bon équilibre. L'après-midi, nous avons passé les SuperSoft. Nous faisions juste du développement pour les futurs week-ends de course. Nous avons fait beaucoup de progrès, particulièrement avec la voiture et comment les pneus se comportent. Je suis vraiment heureux avec l'équipe et je pense que nous avons fait un vraiment bon travail'', déclarait-il à la fin de la dernière journée.

Renault

Nicholas Latifi Renault F1 Hongrie

© Renault

Nicholas Latifi s'est retrouvé au volant de la Renault mardi. Après son essai à Barcelone pour Pirelli, le 4e du championnat FIA F2 a connu des essais mouvementés avec un problème de moteur.

"Même quand les températures sont aussi élevées comme aujourd’hui, piloter une F1 de 2017 reste une expérience incroyable. J’avais vraiment hâte de reprendre le volant après les tests Pirelli de Barcelone. La voiture était bonne et j’espère avoir fourni tous les retours attendus par l’équipe. Les mécaniciens du garage ont fait un excellent travail pour changer le moteur et me permettre de revenir en piste en fin de journée. C’était évidemment dommage de faire une croix sur le roulage prévu, surtout des relais légers en carburant sur les pneus Ultra-tendres, mais c’était une journée positive dans l’ensemble'', déclarait-il.

Sauber

Gustav Malja a été le premier à faire les essais pour Sauber. Le pilote suédois a bouclé 108 tours pour son premier essai en F1.

"Cela a été un grand jour pour moi. Piloter une F1 est quelque chose pour laquelle j'ai travaillé et voulu depuis que j'étais un enfant et maintenant c'est devenu une réalité. En général, l'expérience a été très positive pour moi et j'ai appris beaucoup pour mon développement comme un pilote automobile. Nous avons réussi à compléter notre programme et j'ai fait de mon mieux pour mettre en œuvre tout l'apport de l'équipe'', déclarait-il.

Le lendemain, Nobuharu Matsushita a également fait son premier essai en F1. Le pilote FIA F2 a parcouru 121 tours.

"C'était un jour très intéressant pour moi. J'ai complété 121 tours, qui est la plus grande distance que je n'ai jamais couvert en un jour dans une voiture. Cela a été étonnant. La voiture a beaucoup plus de déportance que ce j'ai l'habitude dans la F2 et la possibilité de freiner si tard dans les virages était une super sensation'', déclarait-il.