Alan van der Merwe qui est au volant de la voiture médicale sur les Grands Prix de F1, n'est pas et ne veut pas se faire vacciner et accepte le fait qu'il doive manquer quelques autres courses d'ici la fin de saison.

L'équipage permanent de la voiture médicale de Formule 1, composé du pilote Alan van der Merwe et du docteur Ian Roberts, mieux connus des fans désormais depuis qu'ils ont sauvé la vie de Romain Grosjean, ont été testés positifs au Covid-19 et non pu être présents dans le paddock en Turquie.

Van der Merwe assumera de ne pas être vacciné

Le pilote de la Medical Car, le sud-africain Alan van der Merwe, qui est au volant de la voiture médicale depuis 2009 sur tous les Grands Prix, risque d'être absent sur d'autres courses, notamment pour les pays hôtes qui n'acceptent que des personnes vaccinés.

"Pour éviter tout doute, si vous voulez vous faire vacciner, faites-le. Je suis pro-vaccin pour ceux qui le veulent et peuvent le faire", a déclaré l'intéressé sur ses réseaux sociaux. "Une différence d'opinion est tout à fait acceptable, et c'est l'objet d'une discussion. La haine, le racisme, les attaques personnelles, le fait de me dire qu'avec un peu de chance je vais mourir, d'essayer de me faire virer, etc... vous serez alors bloqués" s'est défendu le sud-africain.

"Je continuerai à adhérer aux directives de santé publique, à réduire les risques autant que possible et je respecterai les décisions des autres pays de la même manière. Il n'est pas nécessaire qu'il y ait de la polarisation ou de la haine dans chaque discussion sur les masques ou les vaccins."

Van der Merwe a déclaré qu'il était "pleinement conscient" que sa décision pourrait l'écarter pour de futurs Grands Prix. Même s'il reconnait que les vaccins sont efficaces pour la majorités des personnes, il ne peut s'empêcher d'avoir un doute sur la réelle nécessite qu'il soit lui-même vacciné.

"Les vaccins se révèlent sûrs et efficaces pour la grande majorité des gens. Mais que se passe-t-il si vous n'êtes pas dans la majoritaire ?" s'interroge-t-il. "Doit-on être automatiquement exclu de la société ? Que je ne choisisse pas la commodité au détriment de ma propre santé ne signifie pas que je prends des décisions par égoïsme. Nous voulons tous être en bonne santé", a-t-il ajouté.