Au cours de ces cinq dernières années faites de titres disputés et de courses à rebondissements, les fans de Formule E ont pu suivre les joies et les peines de noms désormais ancrés dans l'histoire de la discipline.

Les champions passés, Nelson Piquet Jr, Sébastien Buemi, Lucas di Grassi et Jean-Eric Vergne, ont laissé leur empreinte dans cette catégorie atypique. Mais d'autres pilotes, parfois détenteurs d'un riche palmarès en sport automobile, ont également participé plus furtivement au développement de la Formule E. Retour sur ces noms insolites étant passés par le championnat électrique.

Dans la longue liste de pilotes de Formule E, quelques noms se démarquent des autres par la trajectoire qu'a pris leur carrière après leur passage dans la discipline électrique. C'est le cas de Felix Rosenqvist, qui a trouvé un baquet en Indycar après deux saisons couronnées de trois victoires, mais aussi de notre héros du jour, Pierre Gasly.

Le français, qui pilote actuellement en Formule 1 pour l'écurie Toro Rosso, a démarré la saison 2019 en tant que titulaire chez Red Bull. Si ses résultats n'ont pas satisfait Helmut Marko qui l'a renvoyé chez l'écurie cadette en milieu de saison, sa 2ème place acquise au Grand Prix du Brésil signe le point d'orgue de sa carrière en sport automobile.

Pierre Gasly, sa carrière, son palmarès

Pierre Gasly remporte son premier titre régional de karting en 2006, et récidive les deux années suivantes. Il est repéré par la Fédération Française du Sport Automobile (FFSA) en 2008, qui lui permet d'accéder à la 3ème place du championnat de France et de la coupe du monde en 2009. En 2010, il intègre l'équipe de France de karting et devient champion de France. Il est également vice-champion d'Europe et termine 4ème de la coupe du monde.

Gasly débute en monoplace en 2011, lorsqu'il devient le plus jeune pilote de l'histoire du championnat français de Formule 4, avec quatre victoires et deux pole positions. Il termine 3ème du championnat. Le français rejoint l'Eurocup Formula Renault 2.0 en 2012 et décroche une 10ème place finale. L'année suivante, il devient le plus jeune pilote à remporter un titre dans la discipline. Cet excellent résultat lui ouvre les portes du Red Bull Junior Team, qui le fait rouler en Formula Renault 3.5 Series.

Il effectue ses premiers pas en GP2 à la fin de la saison 2014, où son potentiel est rapidement remarqué. C'est l'équipe Dams qui lui met la main dessus pour la saison 2015. Gasly monte sur le podium à quatre reprises et finit 8ème du classement pilotes. Il effectue ses premiers tours de roues en Formule 1 lors des essais prévus après le Grand Prix d'Espagne.

Mais c'est la saison 2016 qui est réellement décisive pour la suite de sa carrière. Avec son nouveau rôle chez Red Bull, Gasly a gagné une pression supplémentaire : celle de répondre aux attentes de sa nouvelle équipe. C'est donc le titre qu'il vise en GP2, avec l'espoir de mériter une place en F1 l'année suivante.

Il décroche sa première victoire de la saison lors de la course principale à Silverstone. La Hongrie et la Belgique lui portent chance également, puisqu'il ajoute deux succès à son palmarès, qui lui permettent d'être sacrés lors de la dernière course de la saison à Abu Dhabi. Mais ses espoirs de monter en F1 tombent pourtant à l'eau. En effet, Red Bull préfère conserver son duo de pilotes actuel et envoie Gasly au Japon pour disputer le championnat de Super Formula, la règle du GP2 empêchant le champion en titre participer au championnat la saison suivante.

© France Racing - Red Bull - Pierre Gasly

Tandis qu'il termine vice-champion de cette année d'exil en Super Formula, Red Bull lui propose de remplacer Daniil Kvyat. Fin 2017, Red Bull offre le baquet du russe à Pierre Gasly pour les Grand Prix de Malaisie et du Japon. Les places sont à nouveau échangées aux Etats-Unis, avant que le français ne soit titularisé pour la fin de la saison. Gasly obtiendra son meilleur résultat au Brésil, où il décroche une 12ème place après s'être élancé dernier sur la grille.

Gasly connait sa première saison complète de Formule 1 en 2018, où il s'illustre à Bahrein en amenant sa Toro Rosso à la 4ème place. Il entre à nouveau dans les points à Monaco, en Hongrie, en Belgique et au Mexique, ce qui lui permet de terminer 15ème du championnat. Ayant largement dominé son coéquipier Brendon Hartley, le français est promu chez Red Bull pour la saison 2019.

Malheureusement, la comparaison avec Max Verstappen fait mal à Gasly, qui voit sa cote baisser aux yeux des dirigeants de Red Bull. Le hollandais connait une régularité impressionnante en début de saison, et ne termine jamais hors du top 5 sur les douze premiers Grand Prix. Avec deux 3ème places et deux victoires au compteur, Verstappen montre que la Red Bull vaut mieux que l'unique 4ème place décrochée par Gasly à Silverstone.

Red Bull décide donc de procéder à un échange de baquets entre le français et Alexander Albon, alors chez Toro Rosso. Le thaïlandais se montre plus incisif en course et termine systématiquement dans le top 6, le minimum attendu par un top team. Gasly retrouve cependant ses marques dans la Toro Rosso, et ce regain de confiance se manifeste par cinq arrivées dans les points, dont une 2ème place mémorable au Brésil. Il est officialisé dans la Toro Rosso rebaptisée Alpha Tauri pour 2020.

Un remplaçant de luxe

Après un début de saison 3 exceptionnel, Sébastien Buemi mène le championnat avec cinq victoires en six E-Prix. Le suisse semble instoppable, mais le champion en titre et son équipe Renault e.Dams ne partent pas confiants pour autant. En effet, suite à un clash de calendrier avec le championnat du monde d'endurance, Buemi sait déjà qu'il manquera le double-header de New York, dernière épreuve de la saison avant la grande finale de Montréal.

A nouveau vainqueur des deux courses de Berlin, Buemi est cependant disqualifié de la course 1 pour des pressions de pneus trop basses. Cela permet à Lucas di Grassi et à Abt Schaeffler Audi Sport de se rapprocher au classement. C'est dans ce contexte que Renault e.Dams, toujours en tête du championnat constructeurs, fait appel à Pierre Gasly pour remplir le rôle de remplaçant de luxe dans l'optique de marquer de précieux points à New York.

Le weekend commence relativement bien pour Gasly qui découvre la discipline et la conduite d'une monoplace électrique. Il termine 17ème et 15ème des deux premières séances d'essais libres, bouclant un programme plutôt porté sur l'apprentissage de la gestion de l'énergie. En qualifications de la course 1, le français touche le mur et termine dernier de son groupe suite à une casse de suspension. Il est 19ème et avant-dernier sur la grille, devant un Maro Engel victime d'un souci mécanique.

Plus à l'aise en course, Gasly commence sa remontée dès le premier tour et parvient à se tenir à l'écart des problèmes. Il se retrouve rapidement devant son coéquipier d'un jour, Nico Prost, qui endommage sa voiture dès le départ de la course. Grâce à une bonne compréhension de la gestion d'énergie, Gasly rallie l'arrivée à une impressionnante 7ème place, devant Prost. Il ramène ainsi 6 points précieux à son équipe qui concède deux petits points à Abt Schaeffler.

2016/2017 FIA Formula E Championship. Round 9 - New York City ePrix, Brooklyn, New York, USA.

Le lendemain, Gasly termine 18ème de l'unique séance d'essais libres de la journée, à 1,171s du temps de référence fixé par Sam Bird. Le français parvient à réduire l'écart et même à imposer son rythme en qualifications, puisqu'il signe le meilleur temps de la phase de groupes. La Super Pole lui réussit moins, et il se hisse juste devant Nick Heidfeld pour prendre la 4ème place sur la grille.

A l'extinction des feux, l'allemand prend le meilleur sur le français qui glisse à la 5ème place. Plutôt confiant au volant de sa nouvelle monture, Gasly parvient à se maintenir en haut du tableau, se retrouvant virtuellement sur le podium à plusieurs reprises. Son manque d'expérience lui fait perdre un peu de temps lorsque la course est placée sous régime de Full Course Yellow, mais il parvient à conserver la 5ème place.

Fort de son rythme plus que satisfaisant, Gasly se rapproche même des Mahindra de Felix Rosenqvist et Nick Heidfeld, avec la possibilité de terminer sur le podium. En bataille avec l'allemand dans le dernier tour de course, Gasly commet une petite erreur et vient toucher le mur dans le dernier virage. Le choc endommage fortement sa voiture, qui franchit malgré tout la ligne d'arrivée à la 4ème place.

Le contrat est rempli, avec 18 points inscrits en deux courses et une arrivée devant les deux Abt de Lucas di Grassi et Daniel Abt lors de la course 2, Gasly a satisfait les attentes de son équipe, battant au passage Nico Prost sur les deux manches du weekend. Ce double-header réussi lui offre la 16ème place finale au championnat sur 25 pilotes. Cela permettra également à Renault e.Dams de décrocher son troisième titre à la fin de la saison.

Deux mois après ce test grandeur nature en Formule E, Gasly est appelé par Toro Rosso. Le français connaîtra la carrière que l'on sait, avec une présence sur la grille de départ pour la saison 2020 chez Alpha Tauri.