Le champion de Formule E en titre, Lucas Di Grassi, a été nommé Président Directeur Général de la Roborace. Le brésilien est le premier pilote à avoir rejoint la Formule E en tant que pilote de développement en 2014. Il avait également un rôle de conseiller auprès de la Roborace depuis l’année dernière.

Des convictions profondes

Il peut sembler étrange au premier abord qu’un pilote de course prenne la tête d’une série sans pilotes. Mais Lucas Di Grassi milite depuis le début de l’aventure Formule E pour que les véhicules électriques et autonomes se développent.

« Nous voulons amener la Roborace là où le sport automobile ne peut pas aller, en se concentrant sur une technologie de l’autonomie en rapport avec la route », a déclaré le pilote Abt Schaeffler. « Le futur de la mobilité est autonome, c’est un consensus dans l’industrie maintenant ».

Le nouveau président de la Roborace a également tenu à rassurer ceux qui craignent la disparition du sport automobile tel que nous le connaissons : « Je crois que le sport automobile est à propos du pilote, qui est le meilleur homme derrière le volant. Je veux développer la Roborace pour être complémentaire au sport automobile traditionnel, pas pour le remplacer ».

Le futur, c’est bientôt

Di Grassi a par ailleurs profité de son nouveau rôle pour lancer un appel au monde du véhicule autonome, mais pas seulement. « Nous invitions les fabricants d’équipement, les fournisseurs, les entreprises de technologie et les universités à utiliser notre plateforme pour promouvoir leurs technologies et leurs capacités intellectuelles en ce qui concerne les systèmes sans pilotes ».

« La technologie évoluant si rapidement, nous devons rester flexibles sur les événements, courses et défis que nous promouvons ».

Les choses semblent en effet évoluer à toute allure maintenant, comme l’expliquait le directeur technique de la Roborace dans une longue interview accordée à e-racing.net le mois dernier. La Roborace avait fait prendre la piste à son Devbot à Marrakech, Buenos Aires, Berlin, New York et Montreal cette saison. La Robocar avait également pris la piste à Paris pour son premier test en conditions réelles.

Un pas en arrière pour Sverdlov ?

Le fondateur de la Roborace, Denis Sverdlov, change de statut au sein de son projet suite à la belle promotion de Di Grassi. Le russe occupera désormais un rôle de conseiller, ce qui est loin de le déranger : « Nous sommes ravis que Lucas ait accepté une fonction officielle au sein de la Roborace qui continue de grandir ».

« Il apporte un bagage de connaissances d’autres compétitions automobiles et nous sommes privilégiés de bénéficier de son expérience. Lucas comprend réellement l’importance de ce que la Roborace peut accomplir – rendre nos routes plus intelligentes et plus sûres en évoluant de l’aide à la conduite à l’évitement de collisions, des technologies de sécurité à une autonomie complète ».

L’apport d’un pilote aussi engagé que Di Grassi ne pourra être que bénéfique au développement de la Roborace. Reste à voir les effets concrets de ce nouveau rôle, lorsque le championnat sera réellement lancé.