Une trentaine d'équipages français étaient au départ de cette 90ème édition du Monte-Carlo. Sébastien Loeb et Sébastien Ogier n'ont pas été les seuls à briller... Retour sur les performances les plus marquantes.

Monte-Carlo 2022

Sébastien Loeb - Isabelle Galmiche - Vainqueurs

© Bastien Roux / Sébastien Loeb / Isabelle Galmiche

Nouvelle voiture, nouvelle copilote... On attendait pas Sébastien Loeb et Isabelle Galmiche à pareille fête ! Et ces deux là ont réussi une performance stratosphérique en s'imposant, Sébastien Loeb a décroché sa 80ème victoire en WRC tandis qu'Isabelle Galmiche s'imposait pour sa première manche en WRC et devenait la première femme à s'imposer depuis 25 ans ! Les qualificatifs sont durs à trouver pour commenter avec justesse une telle performance... On espère vite revoir ces deux là cette saison, Malcolm Wilson ne dira pas non assurément...

Sébastien Ogier - Benjamin Veillas - 2e

© Toyota Gazoo Racing / Sébastien Ogier - Benjamin Veillas

Pour avoir de beaux vainqueurs, il faut avoir de beaux vaincus. Même si c'était leur premier rallye ensemble, on s'attendait bien entendu à les voir performer. Jusqu'à cette corde trop prononcée dans l'avant dernière spéciale, le duo réalisait un sans faute face à un Loeb survolté.

Et que dire de cette dernière spéciale où ils reprennent 9" en 14 km au duo Loeb-Galmiche ? Malgré la défaite un peu dure, la déception était visible, ils sont restés très sportifs en saluant chaleureusement les vainqueurs du jour et en leur donnant rendez-vous en 2023. Nous avons hâte d'en savoir plus sur la suite du programme de Sébastien Ogier.

Yohan Rossel - Benjamin Boulloud - 13e

© ACM - Olivier Caenen / Yohann Rossel - Benjamin Boulloud

Pour leur premier rallye ensemble, le duo Rossel-Boulloud a tout de même joué de malchance. Après un début de rallye timide, ils sont devenus les seuls capables de challenger Andreas Mikkelsen suite aux abandons d'Eric Camilli et Stéphane Lefebvre.

Hélas une crevaison dans l'ES12 est venu briser leur élan, puis une sortie dans la piégeuse descente du Col de Fontbelle dans la spéciale suivante, les faisait chuter au 4ème rang du WRC2. Une dernière crevaison dans l'antépénultième spéciale du rallye les a fait de nouveau rétrograder, cette fois au 6ème rang du WRC2. Le duo a tout de même pu se consoler en engrangeant les gros points de la Power Stage.

Raphaël Astier - Frédéric Vauclare - 15e

© Chazel Technologie Course / Raphaël Astier - Frédéric Vauclare

Probablement l'une des grosses performance du rallye, malheureusement passée relativement inaperçue... Engagé sur une Alpine A110 R-GT de Chazel Technologie, l'Ardéchois a fait parler la poudre dans une catégorie R-GT très disputée avec des adversaires de la trempe de Manu Guigou où François Delecour. Seulement le duo Astier-Vauclare se connaît à merveille et Raphaël Astier a déjà prouvé qu'il savait performer au volant d'une propulsion : victoire lors de la Finale des Rallyes 2016 sur une Porsche.

Le duo s'était aussi imposé en R2 lors du Monte-Carlo 2017. Pour leur 4ème Monte-Carlo, le duo a terrassé ses adversaires en R-GT avec plus de 2 minutes d'avance à l'arrivée sur le duo Guigou-Bronner. Seconds le jeudi soir, ils ont ensuite enfilé les scratchs dans leur catégorie et ont surtout signé deux 11ème chronos devant toutes les Rally2 ! On espère les revoir cette saison sur l'Alpine en WRC où en Championnat de France.

Manu Guigou - Kévin Bronner - 18e

© Bastien Roux / Manu Guigou - Kévin Bronner

En tête de la catégorie le jeudi soir, le très expérimenté Manu Guigou a dû s'incliner face à Raphaël Astier. En signant des chronos aux alentours de la 20ème place, le duo a été très régulier et il faut bien le dire : Manu Guigou reste une des références au volant de l'Alpine R-GT.

Olivier Burri - Anderson Levratti - 20e

© ACM - Olivier Caenen / Olivier Burri - Anderson Levratti

Si Olivier Burri est suisse, son copilote Anderson Levratti est bien français et le duo méritait donc d'être mis à l'honneur. Le quadruple champion de Suisse prenait cette année le départ 23ème Monte-Carlo (il est le 4ème pilote avec le plus de participations !). Et Anderson Levratti connaît bien la famille Burri : il copilote alternativement Michäle Burri et son père Olivier depuis 2014. Leur meilleur chrono a été un 17ème temps dans la Power Stage et ils terminent seconds du WRC2 Masters.

François Delecour - Jean-Rodolphe Guigonnet - 25e

© François Flamand - DPPI / François Delecour - Jean Rodolphe Guigonnet

A bientôt 60 ans, François Delecour a gardé la passion intacte, il ne loupe pas une occasion de prendre le départ du rallye qui lui avait brisé le cœur en 1991 mais où il s'était imposé 3 ans plus tard. Et comme Olivier Burri, le "Père Freine-Tard" prenait le départ de son 23ème Monte-Carlo.

Elles sont loin les premières éditions sur une 205 GTI... Toujours fringant, François Delecour ne pouvait tout de même pas lutter en performance pure face à Raphaël Astier. Néanmoins le duo Delecour-Guigonnet a signé un 16ème temps dans l'ES15 et boucle le rallye avec plusieurs scratchs dans la catégorie R-GT.

Anthony Fotia - Arnaud Dunand - 27e

© Bastien Roux Photographie / Anthony Fotia - Arnaud Dunand

Le Monte-Carlo était une découverte sportive pour le duo Fotia-Dunand, ils avaient face à eux une solide concurrence, notamment l'allemand Marijan Griebel sur une Opel Corsa Rally4. Mais le pilote fraîchement intégré au Collectif Espoirs FFSA a assommé la concurrence en signant 8 temps scratchs dans sa catégorie et en la menant de bout en bout. Il s'est même offert le luxe de titiller les Rally3. Assurément l'une des révélations de ce rallye.

Frédérik Casciani - Vincent Delaplanche - 29e

© DR / Frédérik Casciani - Vincent Delaplanche

A domicile, et malgré une solide expérience sur les rallyes locaux, Frédérik Casciani prenait le départ de son premier Monte-Carlo. Appliqué et régulier, le duo Casciani-Delaplanche a réalisé une très belle course, et honnêtement nous ne les aurions pas imaginés aussi bien classés au départ, ils ont déjoué les pronostics.

Jean-Michel Raoux - Laurent Magat - 30e

© DR / Jean-Michel Raoux - Laurent Magat

Déjà le 7ème départ au Monte-Carlo pour Jean-Michel Raoux ! On attendait à l'arrivée le duo Raoux-Magat, il ne nous ont pas déçus et avec en prime une quatrième place en WRC2 Masters.

Philippe Baffoun - Charlyne Quartini - 33e

© DR / Philippe Baffoun - Charlyne Quartini

Longtemps animateur du Groupe F, Philippe Baffoun est l'image même du gentleman driver qui prend le départ pour se faire plaisir. Depuis 2015 on le retrouve avec plaisir chaque année sur les routes du Monte-Carlo. Avec sa copilote Charlyne Quartini, ils ont signé un beau 28ème temps dans l'ES12.

Luc Pistachi - Laëtitia Authier - 35e

Le duo Pistachi-Authier se connaît bien mais c'était leur premier départ au Monte-Carlo ! Après un début de rallye perturbé suite à un contact avec un muret. Ils ont remonté une dizaine de places et ont signé un probant 24ème temps dans l'ES15. Ils ont rejoint l'arrivée avec bonheur et sous les yeux (assurément émus !) des parents de Laëtitia Authier.

Christophe Casanova - Dominique Corvi -36e

Le pilote corse s'est fait plaisir en prenant le départ de son premier Monte-Carlo au volant d'une superbe Alpine. La meilleure performance du duo a été un 31ème temps dans l'ES15, ils rejoignent l'arrivée à la 4ème place du R-GT.

Frédéric Rosati - Philippe Marchetto - 38e

Habitués des rallyes historiques, Frédéric Rosati et Philippe Marchetto prenaient eux aussi le départ de leur premier Monte-Carlo. Malheureusement ils ont accumulé les soucis et plus de 4 minutes de pénalité. 64èmes à l'issue de l'ES3, ils ont aligné les bons chronos (23ème dans l'ES15) pour rejoindre l'arrivée.

Styve Juif - Maxime Biegalke - 39e

© Bastien Roux Photographie - Equipe Juif Sport / Styve Juif - Maxime Biegalke

Seconds du Clio Trophy l'an dernier, Styve Juif et Maxime Biegalke s'alignaient au départ de leur premier Monte-Carlo. Réguliers, ils rejoignent l'arrivée d'une course difficile à la 5ème place du Rally4.