Un début de saison difficile et prometteur à la fois pour Marine Pidoux

Par | 2018-06-09T07:38:43+00:00 samedi 9 juin 2018|Endurance, TTE|
  • © FranceRacing - Marine Pidoux

Marine Pidoux nous fait le plaisir pour la seconde année consécutive d’être notre chroniqueuse France Racing. Engagée en Free Racing Berline / GT aux côtés du team Speed Car.

Marine évolue au volant de sa Super Tourisme V6 développant pas moins de 330 ch dans la catégorie GT Cup, s’affrontant aux Peugeot 406 Silhouette, Porsche GT3 Cup, Ginetta GT4 ou encore une Audi R8 LMS Ultra GT3. Marine revient sur son début de saison qui s’est déroulé sur le circuit du Val de Vienne du 6 au 8 avril et de Lédenon du 4 au 6 mai.

Un début de saison mouvementé

J’étais impatiente de retrouver la piste de Ledenon pour enfin rouler lors du second week-end du Free Racing, qui est un championnat dans le cadre du Trophée Tourisme Endurance, permettant de s’affronter entre GT lors de 3 courses (2 sprints de 25min et une longue de 40min).

Je partageais pour ce second meeting le volant avec Alexandre, un de mes coéquipiers depuis 2016. (lui Pilote A, moi Pilote B). J’attendais beaucoup de ce weeekend car je voulais faire un classement honorifique afin de mieux me classer au classement général. La voiture avait eu des petits problèmes de moteur lors de la première course du Val de Vienne. Le moteur neuf ne délivrait pas toute sa puissance, pénalisant notamment les temps aux tours.

Ce weekend au Val de Vienne fut vraiment frustrant. J’avais le sentiment de ne plus reconnaître ma voiture, qu’on l’empêchait de bien respirer.

La saison est bien lancée

Arrivée a Lédenon, je m’installe au volant de l’auto, mon équipe est aux petits soins. Je retrouve enfin ma bulle « à moi », et je me lance en piste pour mes essais privés. La première accélération me fait comprendre que ma voiture a retrouvé toute sa puissance, me permettant de reprendre confiance au volant. Après une honorable 5ème place d’Alexandre pour la course réservée aux pilotes A, il prenait le départ de la course longue depuis la 3ème ligne.

Alexandre parvenait à conserver la 5ème place au moment de me rendre le volant. En reprenant la course, je me rendais compte que la voiture ne se comportait pas normalement. Ma voiture était devenue incontrôlable, le volant en ligne droite était à 45 degrés, j’avais l’impression d’avancer en crabe et à chaque freinage, des coups violents se faisaient ressentir de l’arrière, me déstabilisant un peu plus l’auto.

Alors que les changements de rapports devenaient de plus en plus difficiles, je prenais la décision de rentrer aux stands après seulement 4 tours passés en piste. Dépitée d’en arriver là, les mécaniciens se penchaient sur la voiture pour en détecter une casse de transmission. Avoir tenu 4 tours dans de telles conditions était loin d’être évident, voir même cauchemardesque.

Course contre la montre

Mon équipe toujours au top, ils se sont mis a 6 sur ma voiture afin de vite la réparer pour que je puisse prendre le départ de la course sprint réservée aux pilotes B. On ne pouvait pas rester sur un tel échec, après un beau début de course prometteur, tout le monde était déçu de nous voir abandonner lors de la course longue. Une heure plus tard, la transmission était changée et j’étais gonflée à bloc pour reprendre des places pour marquer de gros points pour le championnat.

Une course à rebondissement

Je prenais le départ de la course sprint 2. Devant, le rythme était très soutenu, mais je me retrouvais à prendre en chasse la magnifique Mustang TransAm développant 530 ch. Même si je me faisais déposer en ligne droite, ma GT Cup était très performante en courbe, beaucoup plus incisive. Je remontais a chaque fois dans les virages et cela me donnait encore plus envie de la dépasser afin de remonter à la 4ème position. Mais dans mon euphorie, j’ai fait l’erreur de dépasser sous le début du Safety Car suite a un accrochage entre une deux autos.

Je n’ai pas vu le drapeau au moment de mon dépassement et je l’ai réalisé bien que trop tard. J’ai pensé à rendre les 3 places volées mais le « mal était fait ». A la fin de la course je termine 5ème, malheureusement, suite à mon dépassement j’ai été convoqué au collège des commissaires. J’ai dû m’expliquer et j’ai été pénalisée. Résultat, 30 secondes de pénalité, ce qui me place finalement à la 13ème place. Je ne conteste pas et j’assume entièrement mon erreur. Je m’excuse auprès des 3 pilotes que j’ai passé sans respecter les drapeaux jaune.

Le weekend s’est finalement très bien terminé. Malgré cette pénalité, je retiens que du positif de ce second weekend de course avec notamment ma lutte pour la 4ème place face à la TransAm, 200 ch plus puissante que ma voiture. Cette pénalité permet surtout de se remettre en question et de faire plus attention la prochaine fois. Mais ce que je retiens dans ma tête c’est cette course 2, où je n’ai rien lâché où je ne me suis pas démonté.

Après les deux premiers meetings, je suis classé à la 6ème place au classement général. J’espère pouvoir me maintenir à cette place. Malheureusement, les incidents de ce début  de saison a amputé le budget. Je suis activement à la recherche de financement pour me permettre de me maintenir dans le top 10. Les partenaires et sponsors sont les bienvenus pour mener à bien ce projet.

C’est dans des course comme cela que je réalise que je sais tenir une GT sans assistance sans aide, du pur pilotage. Si vous souhaitez cher lecteur faire un baptême avec moi sur le Circuit D’Ales, n’hésitez pas a prendre contact avec moi. 

Un énorme Merci à mon Team Speed Car, mes mécanos qui m’ont changé ma transmission en une heure ! Mais surtout à leur soutien et encouragements tout au long de ce weekend. Merci à Marine equipement Marseille et LG Mercedes® sans qui je n’aurais pu rouler ce weekend !

À propos de l'auteur :

Salarié agricole et passionné de sport auto depuis mes 15 ans. J'ai découvert ce sport grâce à Gran Turismo en 1998. Cette même année je découvrais le circuit du Val de Vienne dans le cadre de la super Série FFSA. L'amour pour les GT et plus particulièrement la fabuleuse Viper GTS-R. Par la suite, je découvrais Larbre Competition et l'amour pour les 24 Heures du Mans. Depuis, l'envie de vivre ma passion au plus près, je passe le cap en m'inscrivant en tant que commissaire de piste à l'ASA du Vigeant en 2007. Le contact avec la piste et la mécanique grandissante, on me propose en 2009 de rouler en Rencontre Peugeot Sport au sein du GM Sport. Une courte saison malgré le potentiel mais un manque de financement me prive de continuer. Je prend alors du recul pour me consacrer à ma famille et mes 2 filles sans pour autant oublier ma passion.