Grand Prix de Russie 2018 : Présentation et Horaires

2018-09-27T00:36:10+00:00jeudi 27 septembre 2018|Formule 1|

[vc_row][vc_column width= »2/6″][vc_column_text]

Les Horaires du Grand Prix

Jeudi : 15h00
Conférence des pilotes :
Valtteri Bottas (Mercedes)
Marcus Ericsson (Sauber)
Charles Leclerc (Sauber)
Sergey Sirotkin (Williams)
Vendredi : 13h00
Conférence des Teams Managers :
Cyril Abiteboul (Renault)
Mario Isola (Pirelli)
Omar Szafnauer (Force India)
Toto Wolff (Mercedes)
Essais Libres 1 : 11h00 / 10h00 heure française
Essais Libres 2 : 15h00 / 14h00 heure française
Samedi :
Essais Libres 3 : 12h00 / 11h00 heure française
Qualifications : 15h00 / 14h00 heure française
Dimanche :
Course : 14h10 / 13h10 heure française[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »4/6″][vc_single_image image= »58010″ img_size= »full » onclick= »link_image »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Le Grand Prix

La cinquième édition du Grand Prix de l’empire des tzars aura lieu dimanche ! Après deux courses automnales et un déménagement pour deux saisons avant l’été, le circuit russe accueille à nouveau la F1 à l’aube de l’autonome. la Russie impose sa stature d’un pays géographiquement européen, géo-politiquement incontournable.

La Formule 1 est un championnat de constructeurs régît par les intérêts supérieurs de leur mentor (les motoristes), qui eux-même obéissent à des enjeux dépassant le cadre sportif. La géopolitique a toujours été un vecteur dans le grand circuit commercial des enjeux de la F1. Nous l’avons vu au début des années 80, lorsque les monoplaces ont foulé la Hongrie, le revers du Rideau de Fer, en abattant les barrières de la Guerre Froide. La montée en puissance du clivage Europe de l’Est / Pays émergents est significative pour avoir vu le retour de l’Autriche en 2014.

Tous les pays des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) ont désormais eu leur Grand Prix, preuve s’il en est, que la F1 ne se produit pas essentiellement dans les pays où la culture sportive automobile a son importance.
Ceci étant, la Russie a voulu bénéficier de son étendard de pilotes et d’écuries. Le premier fut le pilote Vitaly Petrov au sein des structures Renault puis Caterham, hors du champ de la F1 désormais, la Russie fut également représentée par l’écurie Marussia, et la venue de Daniil Kvyat au sein du groupe Red Bull. Sergey Sirotkin a intégré le Circus de la F1 et un certain Artem Markelov frappe aux portes de la discipline.

Le Circuit

Le tracé se situe donc dans l’enceinte de Sotchi qui a accueillie début 2014 les Jeux Olympiques d’Hiver, le circuit se développe donc dans un environnement urbain. Dernière création de l’architecte Hermann Tilke (le bâtisseur allemand de la F1), il est un mélange du tracé que l’on a connu à Valence, par ses lignes droites et ses virages à angles droits, et du regretté circuit de Turquie par son interminable virage à gauche sollicitant un châssis sachant danser à la perfection le Kalinka !

L’asphalte russe est peu abrasif, et ne déploie pas une motricité extraordinaire, l’équilibre doit être parfait ici pour exceller sur ce billard. Les appuis sont moyens pour favoriser les vitesses de pointe. Le tracé étant bordé de murs bétonnés, peu de déchets viendront balayer la trajectoire (poussière, sables, herbe et terre ramenés en piste par une monoplace en perdition…). La trajectoire unique se dessinera donc au grès des tours par le dépôt de gomme habituel sur les tracés non permanents en zone urbaine. Les fautes d’inattention se traduisent par une intervention de la voiture de sécurité…

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]

Quelques anecdotes pour le tracé russe

  • Il s’agit du 5e Grand Prix de Russie de l’histoire depuis 2014.
  • Mercedes est invaincu au Grand Prix du Russie. Que ce soit les éditions modernes depuis 2014 voire même les anciens Grand Prix de Saint-Petersbourg en 1913 et 1914.
  • Sebastian Vettel sur Ferrari en 2017 a réussi a casser la chaîne des pole positions de Mercedes depuis 2014.
  • Le Grand Prix de Russie n’est pas particulièrement exigeant pour les pneus. La stratégie la plus couramment vue est celle d’un seul arrêt.
  • En 2014 et 2015, Mercedes avait sécurisé son titre Constructeurs.

Le Commissaire-Pilote

Le pilote-commissaire sera Emanuele Pirro, cinq fois vainqueur des 24 Heures du Mans, une couronne aux 24 Heures de Daytona et deux autres aux 12 Heures de Sebring. Emmanuele Pirro aura une carrière F1 de trois saisons de 1989 à 1991, pour le compte de Benetton puis la Scuderia Italia. Il a débuté son rôle de commissaire-pilote au Grand Prix d’Abou Dabi en 2010, et revient régulièrement depuis dans le collège des commissaires de course.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]

Les Pneus Pirelli

Pirelli arrive en Russie avec les pneus les plus tendres et en faisant l’impasse sur le SuperSoft. Ce sont donc les Soft (jaune), UltraSoft (violet) et HyperSoft (rose) qui seront proposés aux équipes.

Les zone DRS

La première des deux zones DRS a un point de détection situé 72m après le virage 18. L’activation se fait 95m avant le premier virage. La seconde zone a un point de détection situé 72m avant le virage 10 et une activation possible 203m après ce virage.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Départ mouvementé du Grand Prix de Russie 2016