Sean Bratches met en garde les anciens circuits du calendrier

2018-11-09T00:29:01+00:00vendredi 9 novembre 2018|Formule 1|
  • Hockenheimring

Sean Bratches, à la tête des opérations commerciales de la F1 pour Liberty Media, met en garde les anciens circuits du calendrier. Des circuits historiques comme Silverstone seraient menacés.

Une idée qui précède la venue de nouvelles destinations voulues par Liberty Media, comme le Vietnam pour 2020.

Les anciens circuits en danger ?

Certains circuits historiques de la F1 vont voir leur contrat expirer à la fin 2019. C’est le cas de Silverstone, Hockenheim, Monza, Barcelone et Mexico. Certains circuits, comme Silverstone et Monza, prônent la réduction des frais d’inscription engagés, un sujet épineux dont ils ne sortiront peut-être pas vainqueurs.

Les frais d’inscription des circuits font partie des revenus générés par Liberty Media et le groupe américain réfléchit à une extension du calendrier à 25 course. Une proposition à laquelle les écuries ne sont pas favorables, ne souhaitant pas dépasser le calendrier actuel de 21 Grands Prix.

Les négociations ont déjà débuté avec les circuits pour prolonger leur contrat, comme Silverstone dont on connait les difficultés. Le circuit britannique ne semble plus enclin à faire des efforts financiers pour assurer leur présence quand du coté de Liberty Media, Sean Bratches assure que la F1 n’aurait pas peur de remplacer certains circuits historiques.

« Nous sommes une entité de 68 ans et la nature des courses sur les Grands Prix fait que nous sommes une discipline dynamique. Silverstone a été le premier Grand Prix de l’histoire de la F1, mais nous n’y avons pas couru lors des 68 saisons. Le Grand Prix de Grande-Bretagne s’est aussi déroulé à Brands Hatch et Aintree. Rien n’est immuable dans ce sport en ce qui concerne la tenue des Grands Prix. » a déclaré Sean Bratches lors d’une conférence de presse.

« Sauvegarder le patrimoine de la F1 »

« Nous accordons une certaine valeur à certaines courses et nous faisons notre possible pour les conserver. Mais nous sommes aussi une entreprise, nous sommes cotés en Bourse, nous avons beaucoup d’intervenants et d’actionnaires et nous essayons de faire notre possible pour contenter tout le monde y compris les fans. »

Sean Bratches a expliqué qu’il souhaitait un mélange de circuits sur le calendrier, notamment avec des courses urbaines comme la prochaine course à Hanoï au Vietnam. « Nous voyons le futur en trois étapes, débord en conservant certaines courses qui font partie du patrimoine.
Ces courses sont importantes pour les fans, comme Silverstone, Monaco, Spa ou Monza. Ensuite, les courses urbaines mixtes comme Melbourne, Montréal ou Mexico. Le troisième plan est d’avoir des circuits avec des installations spécifiques et modernes comme Shanghai, Austin et Bahreïn, puis nous envisagerons d’ajouter des courses urbaines comme le Vietnam. »

« La plupart de nos Grands Prix se situent à une heure ou plus des grandes villes. Donc, l’intérêt est grand pour les circuits urbains. L’implantation des nouveaux circuits comme Hanoï répond à l’une des problématiques. De plus, certains courses sont assez spectaculaires sur ces circuits urbains et les fans semblent les apprécier comme Bakou ou Singapour. »

Reste à voir comment le calendrier de la F1 va évoluer, les écuries ne sont que peu favorables à 25 courses par an. Le personnel des écuries est déjà à la limite en terme de productivité, il ne faudrait pas dégrader la qualité du spectacle offert à la quantité des pays traversés. Certains patron d’écuries militent même pour une meilleure qualité encore en réduisant à 16 Grands Prix par saison comme au milieu des années 90.