24 Heures Slot Racing : les indiscrétions made in Slot

2018-12-01T18:16:03+00:00samedi 1 décembre 2018|Gaming|

Ils sont 14 engagés et ce week-end, chaque équipe tentera de remporter la prestigieuse course des 24 Heures Slot Racing du Mans. Pour cette nouvelle édition, Benoît Tréluyer, triple victorieux aux 24 Heures du Mans et Pierre Fillon, président de l’Automobile Club de l’Ouest sont les invités de prestige.

Avec un départ commenté en direct par Bruno Vandestick, les 24 Heures Slot Racing n’ont rien à envier du départ des 24 Heures du Mans. Retrouvons également les dernières nouvelles et l’ambiance avant le départ.

Le « Before the race »

Les 14 équipes ont pu participer aux essais libres dès vendredi pour reprendre leurs marques sur le circuit Manceau. En effet, la compétition commence dès le jeudi soir avec l’arrivée pour la plupart des participants.
Le vendredi soir, ils ont pu s’entraîner au roulage complexe de nuit, reprendre leurs habitudes de suivre la voiture avec une luminosité moins importante. Ce samedi matin a eu lieu la suite des essais libres de quoi remettre en jambes nos pilotes avant la grande course.

C’est finalement l’Audi du LMGT qui s’impose lors des essais libres 1, en réalisant un temps de 11″220. La Porsche 919 Hybrid du team NORMANS est à 5 millièmes de secondes avec un temps de 11’276. La Saleen des pilotes de SAGOU1 et la Ferrari F458 GTE du LM Spirit, ne participeront pas à ces essais.

Damien du SAGOU1 : « On part avec la même voiture que l’année dernière, nous avons donc une base solide. Après un changement de règlement, nous avons du réaliser des modifications comme par exemple au niveau des pneus avant. ça change tout de suite la garde au sol mais ça c’est bien passé dans l’ensemble. Sur la piste, il y a beaucoup de trafic, ce qui demande une réflexion et une concentration intense. Nous avons réalisé la pole dans la catégorie GT. »

Pat du Téléthon Racing : « Je suis confiant avant le départ, la voiture est efficace cependant nous avons un bruit non identifié sur notre voiture, j’espère que c’est pas une mauvaise nouvelle mais, jusqu’à présent avec ce choix de transmission notre voiture est fiable. »

Patrice du Speed KRZ : « Compétition difficile avec un niveau très élevé. L’ambiance est très agréable, les pilotes sont courtois. Il y a également cette entraide entre les pilotes que nous retrouvons nulle pars ailleurs. »

Place aux qualifications

Les engagés participeront à 3 séances qualificatives, lors de la première séance 1, l’Audi du LMGT est en grande difficulté avec un chrono de 12″292, tandis que la Lola Aston Martin du team FADA se positionne à la 4ème position. Malheureusement la Spyker C8 LAVIOLETTE ne bouclera pas un seul tour et ne participera pas à la séance 2.
L’Aston Martin du SPEED KRZ prends la 13ème position avec un tour de 13″474, elle ne pourra pas non plus participer à la séance 2. La Ferrari F458 du Téléthon Racing finira deuxième de la catégorie GT alors que dans la catégorie Prototype, la Toyota TS040 du C24T se positionne elle aussi en deuxième position.

Les 5 meilleurs Prototypes et les 5 meilleures GT s’affrontent lors de la qualification 2, c’est encore une fois la Porsche qui réalise le meilleur chrono. La Toyota et la Lola Aston Martin complète le podium dans la catégorie Prototype. La lutte se poursuit dans la catégorie GT, entre les 2 Ferrari des teams LMS et Téléthon Racing. L’avantage est pour la Ferrari de Chailleux, Langlais, Papin, Bourguigneau et Raoul du LMS. La Porsche « Pink Pig » ainsi que la Peugeot 908 HDi, la Lola B12/60 et la Corvette C6R ne participeront pas à la séance 3.

Les 3 meilleurs team des deux catégories s’affrontent pour choisir le meilleur emplacement pour la course. Thierry aux commandes de la Porsche prends la pole alors que les teams FADA et C24T n’abandonne pas et c’est finalement la Lola Aston Martin qui récupère la deuxième position pour seulement 3 centièmes de seconde. Le team Sagou1, récupère la 4ème place. Les 2 Ferrari compléteront la fin de classement.

Benoît Tréluyer est de passage en cette fin de matinée, alors qu’au même moment, les contrôles techniques battent leur plein.

Benoît Treluyer : « Une ambiance que j’adore… »

Le pilote français, triple victorieux des 24 Heures du Mans avec Audi était de visite ce matin. Dès son arrivée, il a tout de suite adhéré à l’ambiance qui régnait au sein du Slot Racing Club Le Mans. L’Alençonnais de 41 ans fut également émerveillé de cette esprit d’entraide, il a pu également s’imprégner encore plus de l’ambiance en visitant les paddocks, lieu où tous les réglages s’effectuent. Benoit Tréluyer a eu l’occasion d’échanger avec les pilotes et le public présent.

« J’ai fait du slot racing quand j’étais enfant mais jamais à ce niveau, mais quand je vois la technicité des règlements, ça m’épate énormément. Pour moi, ça fait très plaisir de retrouver ma voiture ici, j’ai eu l’occasion de la signer et de signer également les vêtements. Je sais ce que c’est, les courses de 24 Heures et ce que cela implique au niveau de la concentration. J’imagine que c’est très dur pour vous. »

Après une année de « break », Il en profite pour dévoiler ses projets pour les années à venir :

« J’avais besoin d’une année off, de pouvoir profiter de ma famille, car quand on est en plein championnat on a pas forcement le temps de bien profiter de sa famille. Je prends donc l’occasion pour passer un maximum de temps avec mes proches. Je voyais pas m’engager dans une équipe juste pour gagner. Je travail sur des projets pour 2020, même si en 2019, je vais faire quelques courses. »

Présence en Formule E avec Audi

« Je suis toujours chez Audi, où je prends toujours du plaisir et je travail avec Nico Müller sur la préparation des voitures ainsi que toute la gestion d’énergie avec les ingénieurs. On fait également toute la stratégie d’économie d’énergie, il y a beaucoup plus de facteur qu’avant, ça rajoute énormément de difficulté supplémentairesOn a des projets pour les années à venir, le projet de 2020 ne sera pas sur Le Mans, malheureusement. Mais le Mans, reste toujours l’objectif principal. »

« L’ambiance est extra et je pense que je reviendrais bientôt, pour moi cette ambiance est typiquement celle que j’aime. Les pilotes s’entraident entre-eux, une technique de précision pour les réglages comme à l’échelle 1. C’est vraiment top et je vous souhaite bon courage pour les 24 Heures. »

Peu de temps avant le départ, Pierre Fillon fait son apparition dans la salle du Slot Racing Club du Mans. L’occasion pour lui de redécouvrir le Slot Racing mais également de découvrir pour la première fois les 24 Heures Slot Racing du Mans.

Pierre Fillon : « Pas de fan, pas de course.. »

Le président de l’Automobile Club de l’Ouest était aussi de la partie tout comme Bruno Vandestick. Depuis maintenant 6 ans, il ne cesse d’améliorer les infrastructures et chercher à mettre en avant les nouvelles technologies. Le starter de cette édition, impressionné par l’ambiance, s’embarque dans l’ambiance du Slot Racing.

« Tout y est, la grande roue, le dunlop, les voitures, c’est très réaliste et ça se rapproche de l’échelle 1. Je suis assez surpris de retrouver la Nissan qui avait participé à l’édition de 2015 sur la piste. On avait tous un circuit étant jeune, ça rappelle forcément des souvenirs. Merci à vous, passionnés et fans car sans vous il n’y a pas de course. »

Départ Made in Le Mans