Ferrari a menacé de quitter la F1 si le règlement moteur présenté récemment arrive en 2021. Et si ce retrait pouvait finalement être bénéfique pour la Scuderia ?

Ferrari est en F1 depuis quasiment le début. Le premier Grand Prix de la Scuderia remonte à Monaco 1950. Le dernier Grand Prix pourrait être aux alentours de la saison 2020, si on en croit les dernières menaces de Sergio Marchionne, président de la marque au cheval cabré. Si la Scuderia dispose d’un veto sur les règles en F1, n’empêche que la menace doit être prise au sérieux, si on en croit Bernie Ecclestone.

Et si partir avait du bon pour Ferrari ?

D’après les derniers comptes publiés par Ferrari, diffusés par le journal britannique The Independant, Ferrari pourrait économiser de l’argent en quittant la F1.

Selon les comptes 2016, le budget de l’équipe est de 504 millions d’euros. Ce budget prend en compte les revenus nets gagnés par l’équipe, les accords de sponsoring, les revenus commerciaux de la F1, et les revenus nets générés par la marque Ferrari, y compris le merchandising, les licences et les revenus de redevances. Sur ce budget, 195 millions d’euros proviennent des sponsors comme Shell ou Santander. Aussi, environ 50 millions d’euros proviennent de la fourniture des moteurs aux équipes (17,5 millions par équipe).

L’équipe a dépensé 552 millions d’euros l’an passé. Le plus grand poste n’est autre que la recherche et le développement. Rien que 526 millions d’euros pour cela ! The Independant estime le coût pour l’équipe de F1 à 75% de cette somme, soit 395 millions d’euros. On ajoute à cela les salaires, frais de fonctionnement et on arrive au montant indiqué plus haut.

Le déficit pour l’équipe est proche des 50 millions d’euros pour 2016. Il est comblé par l’entreprise elle-même, qui utilise la F1 comme une publicité pour ses voitures.

Des ventes en hausse

En 2016, Ferrari a vendu 8 014 voitures pour un chiffre d’affaires de 3,1 milliards d’euros. Les ventes ont progressé de 4,36% par rapport à 2015 et de 49% depuis 2000.

L’année de son dernier titre en F1, soit en 2008, Ferrari a vendu 6 587 voitures. Les ventes ont baissé de 5% l’année suivante avant de remonter. 2013 est une année de baisse des ventes par rapport à N-1 également. Ainsi, les ventes ont chuté de 5,8% par rapport à 2012 avant de remonter. La marque vise 8 400 ventes en 2017.

Mais quel pourrait être l’impact du départ de Ferrari sur le produit F1 en lui-même ?