Interview de Pierre-Louis Chovet, pilote du championnat de France de F4

2018-10-21T14:12:29+00:00dimanche 14 octobre 2018|FIA F4|

Pierre-Louis Chovet revient sur le circuit où il a fait ses débuts en championnat de France de F4. Il s’impose une nouvelle fois en course 2, comme l’an passé

Tu n’as pas participé au meeting de Magny-Cours, pourquoi ?
J’ai eu deux semaines chargées avant Magny-Cours pour la recherche des sponsors. On s’était vraiment attelé à avoir les financements pour cette course mais malheureusement, à trois jours de l’échéance, je n’avais pas le budget. Il y avait à peu près 3 semaines entre Magny-Cours et Jerez et notamment grâce à Norvik Banka, une marque du groupe Netoil Inc. avec qui on est en contact depuis déjà 5 mois, j’ai pu financer ma fin de saison, soit les meetings de Jerez et le Paul Ricard.

Comment se sont passés ces contacts avec ces partenaires, comment es-tu arrivé à « te vendre » ?
On a plus mis en place du business avec eux que de la recherche de mécénat pure. Parce que ce sont des sommes assez importantes et que les partenaires ne cherchent pas forcément une simple aide sans contre-partie. Donc on a cherché à travailler sur ce point là, développer une relation business avec eux. Cela fait 5 mois que l’on travaille avec eux et il y a des partenariats finalisés pour financer cette fin de saison.

Tu es donc revenu en forme à Jerez avec un podium. Dans quel état d’esprit étais-tu ?
Je ne pensais plus au championnat en ayant raté un meeting. J’étais détendu et je voulais faire mon maximum. On a eu 4 essais libres le vendredi. J’ai commencé à 1 seconde de Caio Collet et je termine la journée à 5 centièmes. J’ai eu une progression solide et constante grâce à Johnny Cecotto notamment qui m’a apporté beaucoup de conseil. On était vraiment content à la fin de la journée, c’était constructif. J’ai perdu du rythme entre vendredi et samedi. J’ai eu quelques soucis en qualifications, je ne me sentais pas à l’aise dans la voiture, et mon pilotage n’était pas top. Je n’ai pas fait une bonne qualification. J’ai lutté en Course 1 pour revenir mais malheureusement il n’y avait aucun dépassement. Les températures étaient très chaudes et les pneus surchauffaient assez vite donc on ne pouvait pas doubler. Le dimanche c’était mieux. Je monte sur la 3ème marche du podium en course 2 après avec réalisé un top départ. J’ai ensuite retrouvé du rythme en course 3. A un moment lors de la course j’étais 10e et je remonte 5e malgré la chaleur identique à la veille : j’ai réalisé de beaux dépassements. J’étais content de mon rythme avec le second meilleur temps en course et de mes dépassements.

Comment envisages-tu ce dernier meeting de la saison ?
Je vais donner mon maximum. Je ne joue plus le championnat donc je prends tout course par course. Je vais donner mon maximum, bien travailler en essais libres car je n’ai pas roulé les deux journées d’essais FFSA de cet été ici au Paul Ricard. Et avec Johnny et mon ingénieur on va analyser au mieux les datas et les vidéos pour que je sois dans le coup au Chrono. J’arrive sans pression pour faire le meilleur résultat possible.